Partagez | .
 

 Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 13:08

Rose Hortense Johnson
I know I shouldn't look but I can't turn away

NOM : Rose Hortense Johnson, un nom connu de part la présence de Johnson Père en ces lieux prometteurs peu d'années auparavant.
DATE DE LIEU DE NAISSANCE : L'extrait de naissance indique que la jolie brune est née à Londres un 14 Mai 1904. Sixième enfant d'une fratrie nombreuse et accessoirement troisième fille, elle a toujours essayé de suivre le modèle de ses aînés, très attachée à Phyllis son aînée qu'elle considère comme sa seconde maman.
ÂGE : Dix-huit ans d'existence pour ce joli minois. On lui en aurait donné moins si elle était restée à Londres, vivant dans l'ombre de ces années de trouble précédent leur arrivée à New York qui va la faire grandir et prendre conscience des responsabilités d'une femme ainsi que les nouvelles opportunités que la vie américaine lui offre.
EMPLOI OU OCCUPATIONS : Au chômage comme de nombreuses femmes. Elle se serait contentée de rester derrière les fourneaux si sa soif d'ambition ne s'était pas manifestée. Bien vite elle décidera d'entamer des études de droit, suivant la voie tracée par son aîné.
SITUATION FAMILIALE : Sixième enfant d'une famille de neuf têtes brunes, Rose est très attachée à sa famille et aux valeurs inculquées par son éducation. Vivant à Londres depuis dix-huit années avec la ribambelle de frères et sœurs que compte la famille, elle vivait encore avec sa mère et ces derniers avant de rejoindre tout fraîchement New-York.
SITUATION AMOUREUSE : Si Rose est appréciée et courtisée à souhait, elle reste pour le moment célibataire bien que décidée et prête à s'engager dans une relation. Jusqu'à présent, elle était trop peu mature et encore légèrement perturbée pour se considérer comme femme. Les récents évènements et New-York vont faire naître en elle ce désir d'indépendance et de liberté. À l'instar de Gabriel, elle espère que si on arrange son mariage, son époux sera digne d'elle et loin d'être violent comme la plupart des hommes de l'époque. Si on lui laisse le choix, n'ayez crainte de voir la jeunette prendre son temps pour être sûre de trouver l'homme parfait.
GROUPE : Classic.
I. introduction

Il y a des années de cela, bien avant que Rose arrive à New-York pour assister au mariage de son frère bien aimé, j'existais encore dans le monde de cette petite brune à l'enfance atypique pour un américain de pure souche comme celui qui se trémousse aux côtés d'une danseuse de cabaret de l'autre côté de la salle. À ses yeux j'étais ce qu'il y avait de plus fiable, de plus beau et certainement son meilleur ami. Son innocence était grande et il n'y avait aucun mal à ce qu'elle s'exprime. Cependant, à force de la voir parler seule et l'entendre affirmer que j’existais bel et bien -puisque elle seule pouvait me voir- ses parents enfin surtout sa mère puisque son père était occupé à d'autres affaires avait peur que sa fille ne soit atteinte de folie profonde. Finalement rassurée par une psychiatre, elle finit par croire que tout allait bien dans la tête de sa petite troisième et qu'il fallait la laisser s'épanouir, faire le deuil de son ancienne amie. Madame Johnson a insisté auprès de Monsieur Johnson -qui finalement n'en avait pas grand chose à faire mais qui gérait le compte bancaire de la famille- pour que la petite soit confiée aux soins d'une gouvernante qui saurait l'éduquer sans qu'elle n'ait besoin de se rendre à l'école. Bien loin d'avoir honte d'elle, Madame Johnson avait surtout peur qu'elle soit victime de moqueries à force de s'adresser à son ami invisible. Imaginez votre enfant présenter à ses jeunes amis d'école un gardien invisible et la voir ensuite se faire ridiculiser à vie par des rictus moqueurs et réflexions manquant cruellement d'humanité lorsqu'elles sortaient de la bouche d'enfants ... Mais ce qu'ils ne savaient pas, tous, c'est que je n'étais pas qu'invisible. Je n'existais peut-être pas aux yeux de tous mais je veillais sur elle, je la protégeais. Qui croyez-vous donc l'a empêchée de plonger à son tour la main dans la casserole d'huile peu de temps après son frère pour le rassurer et lui dire que cette fois-ci elle était froide et qu'il pouvait la retremper dedans s'il le voulait sans ne rien craindre ? Elle avait peut-être peur que son frère aîné soit traumatisé à vie par l'huile bouillante, il ne fallait surtout pas qu'elle reproduise cette bêtise. Surtout que la petite n'en avait pas grand chose à faire de l'attention de son géniteur et n'avait pas besoin de se faire remarquer pour bénéficier des mots doux et de la tendresse de sa maman puisque son père n'était rien à ses yeux. Seulement un étranger qui revenait de temps en temps pour s'assurer que la maison tenait debout et en emporter quelques babioles. Un peu de plus et elle l'aurait pris pour un huissier, en particulier ce jour où il fit disparaître le piano de Gabichou ... c'était terrible, elle ne voulait plus le voir de peur qu'il fasse s'évaporer son violoncelle à elle aussi. Alors, lorsqu'il venait, elle se réfugiait avec moi dans le placard où sa chère maman rangeait ses belles robes à la mode anglaise.

J'étais bien plus qu'une peluche sans âme aussi douce que du coton. J'étais son ange gardien. Grâce à moi, Rose a réussi à évoluer, à remplacer la présence de Talia, son ancienne meilleure amie à la couleur de peau semblable à l'ébène. Combien de fois m'a-t-elle parlé d'elle ... je ne saurai les compter mais je sais encore maintenant qu'elle n'a plus besoin de moi et par-dessus tout qu'elle tenait énormément à cette petite fille.

Maintenant, Rose a grandi. De ce corps d'enfant manquant cruellement de poitrine à son goût de telle sorte qu'elle glissait des oranges dans ses brassières étant petite, Rose a évolué en cette jolie jeune femme. Elle s'apprête à franchir une nouvelle étape de cette vie qu'elle s'est vu offrir à sa naissance. Miss Johnson ignore encore ce qui l'attend en cette terre promise située de l'autre côté de sa terre natale et encore plus ignorante du fait qu'elle y restera. Peut-être qu'un jour elle aura de nouveau besoin de moi. Je l'espère ... du plus profond de mon être d'ange gardien invisible. En attendant, j'hiberne dans un coin de sa tête. Parfois, j'astique ses méninges et dépoussière ses neurones de sorte à ce qu'elle ne se perde pas une fois de plus dans ce mirage au cœur duquel j'avais ma place. Quoiqu'il en soit, Rose Hortense Johnson est loin d'être folle. Croyez-moi.

II. Rose

Rose est née en Angleterre et ignore encore tout de la vie et de l' "American Dream" - elle était une enfant très sage bien que soupçonnée d'être légèrement atteinte - sa meilleure amie rencontrée à l'église était une petite fille à la couleur de peau bien plus foncée que la sienne ce qui avait tendance à la troubler - ensuite elle a rencontré d'autres personnes d'autre nationalité et n'a plus été étonnée - le père de cette petite Talia l'a empêchée de côtoyer de jeunes riches blancs, Rose a ainsi perdu sa meilleure amie - a commencé à s'inventer un ami imaginaire qu'elle considérait comme son ange gardien - adorait courir après les libellules et aller à la messe - adore se confesser - a vite développé une grande passion pour l'ornithologie et aurait rêvé être hirondelle - prenait son père pour un huissier puisqu'il venait toujours lorsque sa mère commençait à se ronger les sangs puis il repartait toujours avec quelque chose sous le bras - ne s'est jamais inquiété de savoir de quel milieu social elle provenait du moment qu'elle ne manquait de rien - passait beaucoup de temps son violoncelle au bras et emplissait d'une douce mélopée la maison familiale en fin de journée, après l'école lorsqu'elle y allait encore - admire son aîné, Gabriel et adule Aaron son protecteur depuis la disparition de son ange gardien - s'est faite chahuter par les petites filles de son école à son retour après avoir passé une année entière à recevoir les enseignements d'une gouvernante, confinée à la maison - n'a jamais réellement songé à la définition du mot "liberté" avant d'arriver à New-York et était prête à vivre en femme soumise - a travaillé d'arrache-pied pour devenir une excellente cuisinière mais continue de faire brûler ses cookies à chaque fois qu'elle tente d'en préparer - a l'impression d'avoir passé son enfance dans un monde parallèle puisqu'elle n'en garde presque aucun souvenir - a perdu son père à l'âge de 16 ans et ça n'a presque rien changé dans sa vie - elle en veut à feu son père d'avoir fait disparaître Gabriel aux États-Unis - va rapidement être en défaveur de la prohibition - espère devenir marraine du futur enfant de son frère aîné pour lequel toute la famille s'est déplacée à New-York - n'a jusqu'à présent jamais rencontré le grand amour qu'elle attend dorénavant avec impatience puisque prête à s'engager dans une belle relation - dans un monde idéal, elle serait devenue violoncelliste de profession et aurait parcouru le monde aux côtés de son orchestre - fait des origami lorsqu'elle s'ennuie - ne supporte pas les roses et se fait appeler Hortense, ça sonne chic avec l'accent américain des habitants du coin - se découvre une passion pour l'écriture - envisage de prendre des cours de droit et de rester à New York city.
Ladies ans gentlemen, nous avons aujourd'hui le plaisir d'accueillir Hortense Johnson ! Bonjour et bienvenue sur la radio AT&T's. Nous avons préparé quelques questions pour vous. Premièrement, tout le monde aimerait savoir ce que vous pensez des bars clandestins et du jazz, ne vous inquiétez pas, ça ne sortira pas d'ici !
« Je viens tout juste d'arriver mais du peu de connaissances que j'ai à ce sujet, je peux dire que les bars clandestins sont magiques. Un monde à part où la vie semble facile et où le bonheur coule à flot comme tous ces litres d'alcool ... je n'ai pas la prétention de fréquenter de tels endroits mais je les aime déjà. Quant au jazz, il m'entraînerait jusqu'au bout de a nuit à danser même avec ces escarpins que je porte aujourd'hui et qui me font un mal de chien. »
Oh, je vois... Ainsi, votre avis concernant la Prohibition...
« Pourquoi octroyer du bonheur à un peuple pour ensuite l'en priver ? J'ai du mal à croire que dans un pays aussi novateur et libre que le votre, de telles interdictions soient appliquées. Ne sommes-nous pas tous ici pour la seule et même bonne raison ? Le rêve américain se trouve dans les bas-fonds de la cité. Sommes-nous réellement obligés de nous cacher pour profiter de la vie et de ses richesses ? Je ne suis décidément pas en faveur de cette prohibition. »
Oh ! Dans ce cas, buvez-vous de l'alcool ?
« Je n'ai pas encore osé. Vous savez, pour une anglaise comme moi, l'alcool est réservé aux hommes. Il n'y a que lorsque ces derniers tournent le dos que nous pourrions nous permettre de toucher à leur brandy chéri. De plus, je suis encore très jeune et, voyez-vous, je pense que je ne tiendrai pas l'alcool alors, autant s'en passer pour le moment. De plus, je ne suis pas sûre que mon frère Aaron me laisserait faire alors ... nous verrons bien au cours des semaines à venir si je me laisse tenter ! »
Personne ne vous juge, ne vous inquiétez pas. Et, dites-nous, New York, en un mot, c'est quoi pour vous ?
« Un jardin d'Eden. Bon certes ça n'est pas qu'un mot mais ça résume bien la chose. »
Comme je vous comprends ! Pourriez-vous donc nous donner votre point de vue sur l'époque que nous vivons ?
« Cette époque est bénie des dieux ! Après une période de guerre incertaine, il est tout à fait normal que nous nous épanouissions de la sorte. Quitte à soufflet et tant que l'alcool coule à flot, pourquoi s'en priver ? De ce que je connais du passé, les humains ne se sont jamais autant amusé que durant ces années vingt. »
Et bien, je vous remercie pour cette interview plus que constructive, et vous souhaite un excellent moment à New York !
derrière l'écran

PSEUDO ET/OU PRÉNOM : Cleiya !.
ÂGE : 21 Ans.
DÉCOUVERTE DU FORUM ET AVIS SUR CELUI-CI : Grâce à Manon aka Charlie actuellement en rédaction de sa fiche heart .
PRÉSENCE : 4-3/7 voire plus ou moins selon mon emploi du temps d'Octobre et ma connexion internet, dans tous les cas je préviendrai.
CONNAISSANCE ET AVIS SUR LES 1920's : Avouons-le tout de suite, je n'y connais rien. D'où ce challenge pour moi de me documenter à bloc et de lire tous les sujets pouvant m'aider à m'intégrer sans trop de difficultés à ce monde qui n'est pas le mien. Je connais certes la prohibition et Gatsby le magnifique mais je n'ai pas beaucoup de connaissances sur les années 20. C'est donc avec plaisir que vous et moi allons permettre à ma culture générale de gagner des points excited 
TA CHANSON FAVORITE : Bring me the horizon - Deathbeds
AVATAR : Emilia Clarke.
CODE DU RÈGLEMENT : ok by gabe
PERSONNAGE INVENTÉ, SCÉNARIO :Scénario du génialissime Gabriel.
JE SOUHAITE PARTICIPER AU SYSTÈME DE RP D’INTÉGRATION : oui plutôt deux fois qu'une !
UN DERNIER MOT : J'espère bien m'intégrer et convenir aux exigences de mon créateur bril  .




Dernière édition par R. Hortense Johnson le Jeu 12 Sep - 21:13, édité 13 fois
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 13:09

histoire
Everybody wants to go to Heaven


histoire ou test rp

Je suis née ... voilà comment toutes les histories commencent et la mienne ne fait pas exception. Dans les traces de mes ancêtres, de mes géniteurs et de mes frères et soeurs, je me suis imposée en ce monde comme étant la quatrième fille de mes parents. Dans un monde que j'aurais pu croire parfait, j'ai poussé mon premier cri et ouvert les yeux sur un visage que je garderai à tout jamais gravé dans mon esprit, celui de ma mère.

« Rosy, tu peux aider Brunehilde à descendre la poubelle s'il te plais ? »
« Rofl .... »

Je n'étais pas une dure à cuire, loin de là et j'étais même plutôt obéissante. De toute façon, à notre époque, quoi de plus surprenant ? Les femmes ne travaillaient pas ou alors peu tandis que les hommes se bousillaient les mains et les poumons à travailler d'arrache-pied et à fumer comme des pompiers. Je crois même que je n'ai jamais vu de pompier fumer alors, pourquoi cette expression ? Quoiqu'il en soit, j'étais passionnée par le monde qui m'entourait. Qu'il s'agisse des arc-en-ciel, des papillons qui voletaient de fleur en fleur, de l'eau qui coulait dans la goutierre pour dévaler en une fine cascade sur la pelouse du jardin ou de la magie provenant des histoires que me racontaient mon frère ou ma soeur aînée ou encore ma mère. Parmi elles, il y en avait une qui m'interpellait plus que les autres. Je ne sais pas si c'en était une vraie ou alors le fruit de l'imagination de Gabriel mais elle semblait parler de cet homme qui, très ambitieux, avait quitté sa famille pour faire naître un véritable empire prospère dans un autre pays, de l'autre côté de l'océan.

Je rêvais de ces terres inconnues, de ces énormes buildings, de l'argent qui tombait du ciel et de jeunes gens à la peau noire comme ma meilleure amie de l'époque. Cette dernière s'appelait Talia. Enfant d'une famille modeste d'origin africaine, j'avais l'habitude de la croiser à la messe tous les dimanches et de jouer avec elle lorsque nos parents nous tournaient le dos ou étaient trop occupés à prier le bon dieu. Nous avions peu échangé à l'époque puisque son père gardait toujours un oeil sur elle pour l'empêcher de faire ami-ami avec l'ennemi riche et capitaliste qu'il jaugeait d'un mauvais oeil. Aussi, la dernière fois que j'ai pu lui adresser la parole fut pour lui dire au revoir. J'entends encore les mots de son père résonner dans ma boîte crânienne et y rester gravées.

« Je t'interdis de jouer avec cette gamine dont les poches sont pleines de fric qui se verra un jour pervertir par satan et la luxure. Viens Thalia, nous n'avons plus rien à faire ici ! »

Les humains pouvaient être cruels, je l'avais appris à mes dépends et je trouvais que la disparition du piano de Gaby était l'une des pires cruautés que l'on pouvait infliger à un jeune aussi passionné que lui pour la musique. Moi, je cachais mon violoncelle pour qu'il ne m'arrive pas la même chose puisqu'à chaque fois que celui que l'on appelait "père" revenait, quelque chose de précieux à nos yeux disparaissait. Avait-il appris à être magicien sur sa Terre Promise ? Je n'en savais rien, tout ce qui m'importait c'était de voir mes proches sourire et lorsqu'il venait, c'était loin d'être le cas. Je l'avais un jour entendu parler avec mère de sa vie en Amérique. De l'asservissement des esclaves noirs cherchant leur indépendance, du monde changeant, du contexte économique florissant et d'autres enfants qu'il avait à charge. Ma mère fixait le sol sans piper mot, l'écoutant mais faisant comme s'il n'était pas là et qu'elle le maudissait silencieusement. Il lui arrivait souvent de faire ça. Se perdre dans ses réflexions en fixant un pan de mur et ne plus parler pendant quelques minutes beaucoup trop longues à mon goût. Si rien n'allait bien, alors, je ne vois pas pourquoi moi j'irai bien.

L'école était également un sujet délicat. J'avais beau aimer étudier, apprendre des choses et répéter tel un gramophone des poésies sans fin, la cruauté de l'être humain allait une fois de plus me rattraper. Ce que je ne vous ai pas dit jusqu'à présent c'est que je n'étais pas seule et que je ne l'ai jamais été. Dans ma petite bulle, il existait un autre être aux contours tout d'abord floutés puis au fur-et-à-mesure que la haine des autres à mon égard s'amplifiait, celui-ci prenait forme. Dans l'agitation constante de la maison Johnson, je l'avais observé évoluer à mesure que je grandissais sans jamais en parler à mes proches dans un premier temps. Ce ne fut que lorsqu'ils me surprirent en train de parler dans le vide que mère commença à avoir des soupçons sur mon état de santé psychologique.

« À qui tu parles Rose ? »

Tout d'abord hésitante, je m'étais retournée les yeux écarquillés, tentant de cacher derrière ma silhouette de jeune fille de huit ans, cet être fantomatique qui n'apparaissait que pour moi. Seulement, à l'époque, je ne le savais pas et avait essayé de trouver une alternative le sauvant des questions indiscrètes de mère à savoir "d'où vient-il, qui est-il, que veut-t-il ?"

« Je parlais à Phyllis, je croyais l'avoir entendu dévaler les escaliers ... »

Fort heureusement pour moi, je savais être convaincante et un échange de regard entre Grey -c'était le nom que je lui avait donné à cause de la teinte de sa peau encore brouillée- m'avait rassuré. Mère n'insista pas et partit à la recherche de Phyllis.

« Si tu la vois, dis-lui que j'ai besoin d'elle pour recoudre les boutons de manchette des garçons ! »

Nous étions discrets. Il me faisait des blagues et je riais à chaque fois comme ce jour où, alors que j'étais encore à l'école, il avait parcouru la classe en courant, avait fait des oreilles d'ânes avec ses doigts derrière la tête du professeur et m'avait révélé que le pantalon du petit Ryan était percé aux fesses. Le grand fou rire qui s'ensuivit eu raison de moi. Puisque personne ne se souvenait m'avoir parlé avant cet instant, on me prit pour une folle. Et ça n'allait pas aller en s'améliorant puisque, quelques jours plus tard, l'évènement s'était reproduit. J'avais ri à m'en rouler par terre et le maître m'avait fait sortir. La convocation arrivant dans la boîte aux lettres le lendemain m'avait étrangement fait bien moins rire ! Mère était intriguée. Elle qui avait des doutes sur mon comportement commençait à s'inquiéter et à voir en moi un petit diable. M'emmener à l'église était le plan B, le A consistait tout d'abord à établir un semblant de communication rassurante avec le proviseur pour s'assurer de mon état. Je crois qu'à l'époque, elle avait peur que je devienne une yankee ou quelque chose du genre. Mais à mon âge, on avait bien d'autres préoccupations. Du moment que je restais polie, courtoise et bien élevée, elle se sentirait bien et je n'avais pas l'intention de déroger à la règle.

J'étais restée devant la pièce contenant le bureau, assise sur une chaise, à attendre que mère et le proviseur aient terminé leur entrevue. Grey était à côté de moi et faisait des bruits dégoutants avec ses aisselles dans le but de me faire rire. Il n'y parvint pas, j'étais bien trop crispée pour ça. Alors, il posa sa main sur la mienne et redressa mon menton de son index de sorte à ce que je le regarde.

« T'en fais pas Hortense, tout va bien se passer. Les seuls à blâmer sont tes petits camarades qui se moquent de toi ... Tu n'as rien fait de mal ! »
« Tu es sûr ? »
« Oui, je peux te l'assurer.»
« Merci Grey, tu me rassures. »

À l'instant où j'avais tourné la tête vers la porte, j'avais croisé le regard interloqué de ma mère. Le meeting avait beau s'être bien passé, je venais de signer mon arrêt de mort. Les yeux écarquillés, j'avais jeté un regard sur la chaise à côté de moi et n'y avait plus vu Grey. Le retour à la réalité avait été brusque mais je tenais le coup. Mère m'emmena le surlendemain chez un psychologue très patient qui eut la bonne idée de me parler de ce fameux Grey.

« Bien Hortense, après ton dessin, tu pourras me parler de ton ami Grey ? Je crois que je le connais moi aussi ! »

Intriguée, j'avais du mal à croire que le psychologue ait pu connaître mon ami le plus proche. Depuis la disparition de Talia, j'avais du mal à faire confiance aux adultes qui étaient médisants et hypocrites alors, ne levant pas les yeux de ma feuille, je lui avais simplement répondu.

« Prouvez-le. »
« Je peux te dire qu'il est toujours là pour toi lorsque tu vas mal, qu'il te guide vers le meilleur chemin pour que tu ailles bien et qu'il ne te demande jamais rien en retour de ses services. Je me trompe Rose ? »

Je trouvais ça un peu facile. Les adultes étaient peut-être malins mais moi aussi. Mère avait parlé avec moi et avait évoqué le terme "d'ami imaginaire". Ce qu'ils ne comprenaient pas c'est que Grey était bien vivant, j'en étais persuadée. Je pouvais parfois sentir son souffle dans mon cou quand il apparaissait dans mon dos.

« Grey est mon ami, que lui voulez-vous ? Ne sommes-nous pas ici pour parler de moi ? »
« Tu as raison jeune fille. Comment ça se passe pour toi à l'école ? »

J'avais senti mon estomac se contracter et ma gorge s'assécher. L'école était devenu un sujet sensible. J'étais la cible de moqueries. Les enfants se pliaient en deux par terre et faisaient semblant de rire à chaque fois que je passais devant eux tant et si bien que je n'arrivais plus à rire à l'école. Tous les matins, avant d'y aller, je faisais mine d'être souffrante pour éviter d'avoir à croiser leurs regards mais surtout, faire face à leurs moqueries. Je n'avais rien demandé, moi. Tout ce que je voulais, c'est qu'on me laisse tranquille.

« J'aime beaucoup mes professeurs et j'adore lire. »
« Très bien. Quant à tes petits camarades ? Tu as des amis là-bas ? »

J'avais hésité. Dire non aurait une fois de plus prouvé au monde entier que j'avais besoin d'un ami imaginaire pour survivre et que je n'étais pas capable d'avoir un semblant de vie sociale avec les autres enfants de mon âge.

« J'avais une amie, Talia. Sinon j'aime beaucoup mes frères et soeurs. »

Il n'arrêtait pas de prendre des notes et jetait des regards rapides par dessus mon épaule pour voir ce que je dessinais. La séance avançait et je toisais parfois du regard mère qui se serait presque rongé les ongles. J'avais l'impression qu'à chaque fois que je répondais aux questions du spécialiste, il pouvait y avoir une bonne et une mauvaise réponse. Mère aussi devait y croire puisqu'elle était plus que jamais crispée lorsque je répondais et qu'elle observait l'expression du psychologue.
J'eus encore le droit à quelques interrogations sur mes passions, ce que je voulais faire dans la vie, mes ambitions en tant que femme et Dieu puis, la séance prit fin.

Le diagnostic avait eu raison de l'école. J'étais une enfant traumatisée selon les termes du psy et, pour mon bien, mère avait demandé s'il ne vaudrait pas mieux me faire suivre des cours à domicile. Ce à quoi il n'avait pas dit non. Mère me choyait autant que possible et je lui en était reconnaissante. En sortant du cabinet, je lui avait soufflé un merci et lui avait serré très fort la main alors qu'elle me guidait vers la sortie.

En rentrant à la maison, Grey avait eu le droit à un rapport détaillé de la séance. Il n'avait pas souhaité venir de peur de fausser les informations que j'aurais fournies ou encore me distraire. Quand il m'avait demandé :

« Tu as dessiné quoi pendant tout ce temps ? »

J'avais tout simplement répondu :

« Un ange gardien avec une auréole sur la tête. »

Il avait levé les bras et tapoté au dessus de sa tête sans trouver ce qu'il cherchait.

« Je n'ai pourtant pas d'auréole ! »

M'avait-il répondu avant de me sourire. Nous étions liés plus que jamais face à l'adversité et quand il n'était pas là, c'était mes frères et soeurs qui me rassuraient. Je ne sortais pas seule et à l'église, mes proches empêchaient les enfants de m'approcher, surtout ceux de mon ancienne école. J'entamais une nouvelle vie. J'étais assignée à résidence et personne ne m'embêtait plus sauf peut-être Phyllis qui me taquinait avec des horribles chansons du genre « Rose elle est amoureuse d'un fantômeuh ! ». Peu importait, Grey était la seconde moitié de mon coeur et je sais qu'encore aujourd'hui, il conserve cette place.

À la consultation qui suivit, ayant tout d'abord parlé du père absent et de cette "peut-être" impression d'être mise de côté, mère m'avait laissé vivre ma vie puisque cette apparition que mon esprit avait matérialisé ne semblait pas me faire de mal. Les enfants étaient si mauvais avec moi que j'avais ressenti le besoin de me confier à une autre entité qui m'écoutait, me rassurait et jouait avec moi sans pouvoir attraper les choses entre ses mains. Comme un fantôme, il était mon protecteur, mon ange gardien et je l'aimais. J'aimais toujours mes frères et soeurs et mère mais lui occupait une place particulière à mes côtés. J'aurais pensé ne jamais m'en défaire puisqu'il me permettait de ne pas sombrer sous les critiques des enfants jaloux de mes longs cheveux soyeux mais il arriva un jour où je grandis plus que les autres jours et à ce moment là, je n'avais plus besoin de lui. Il s'était évaporé mais je continuais à penser à lui. Souvent, je rêve encore de lui lorsque je ne suis pas sûre de mes choix mais je n'entends plus sa voix. Je ne sais pas si un jour il réapparaîtra mais je l'espère. Peut-être que si quelqu'un venait à me trahir, le phénomène se reproduirait ? Le psychologue avait dit qu'il pouvait arriver aux jeunes enfants de créer une illusion de toute pièce quand ils avaient trop peur ou subissaient une émotion trop forte ... Qui sait ce qui m'attend.

Il y a quelques années en arrière, père est mort. Le choc ne fut pas suffisant pour faire réapparaître Grey car cette nouvelle ne me fit ni chaud ni froid et je n'allai même pas à son enterrement. Mère me l'avait interdit de toute manière et puisque je n'avais pas de robe noire, j'aurais fait tâche habillée tout en rose dans l'église. Peu importait, le monde semblait plus clair, l'espoir renaissait dans le cœur de mère mais Gabriel allait partir. La sentence tomba lors de la lecture du testament de feu notre père et je ne compris tout d'abord pas ce qui se passait, trop occupée à me donner corps et âme dans les leçons qui m'étaient dispensées à domicile. J'aurais souhaité être une femme de lettre, l'une de celle qui arrivait au pouvoir et exerçait une influence considérable sur l'époque, qui guidait les femmes vers un nouveau style vestimentaire, qui faisait rêver les petites filles à travers des histoires innocentes à l'eau de rose et qui aurait pu trouver un bon mari pour s'installer et bâtir un empire digne de ses espérances. Cependant, il me faudra encore quelques années supplémentaires pour ce faire. En attendant, Gabriel allait partir et j'allais me retrouver sans l'un de mes piliers. Il me restait certes Aaron, celui qui m'avait préservé en partie des moqueries des enfants quand je sortais et qui me suivait assez souvent lorsqu'il m'arrivait de vouloir prendre l'air mais jamais personne ne remplacerai Gabriel. Il avait les yeux cernés lorsque nous l'avons accompagné sur le chemin du départ mais je savais qu'il réussirait là où il irait. Apparemment, père lui avait trouvé une promise et je me mettais à en rêver dès lors qu'il m'en parla. Peut-être qu'à moi aussi il aurait trouver un homme digne et bon ? Qui sait ?

Je conservais mon innocence et ma candeur. Les traits de mon visage étaient aussi purs que l'eau de pluie et mon caractère bien trempé allait me permettre de m'imposer dans cette nouvelle vie qui m'attendait de l'autre côté de l'Atlantique. J'étais à l'aube de mes dix-huit ans et je commençais à m'intéresser aux histoires de coeur en faisant des gâteaux dans la cuisine en compagnie de mère. Nous écoutions une narratrice conter ses histoires en direct à la radio et nous en parlions durant de longues heures. Mère s'intéressait beaucoup à ce que je pensais, à mon idéal masculin et aux espérances que j'avais pour l'avenir et je lui en suis reconnaissante. Très peu de personnes se sont intéressées de la sorte à ce que je ressentais au plus profond de mon être mais elle, celle qui m'avait mis au monde, semblait porter une attention toute particulière à celle qui avait été si fragile au coeur de la maison pendant quelques années. Maintenant que j'étais presque totalement "guérie" alors que je n'avais jamais réellement été malade, on me laissait vivre et croire en l'avenir. Alors qu'on s'évertuait à m'enfermer dans une vision du monde parfait deux ans auparavant, on me laissait à présent ouvrir les yeux sur le monde, ses conflits, son économie et ses habitants.

La meilleure chose qui arriva dans ma vie fut ma découverte de New-York. La vision que je m'en étais faite lorsque je rêvais de l'histoire que me racontait Gabriel était toute autre mais la réalité était encore meilleure. Nous avions de l'argent et je pus m'adapter à la mode locale. Les sorties étaient au programme mais pour le moment, il faudrait découvrir la fiancée de Gabriel, la ville, les secrets enterrés sous ces fondations et surtout, le mode de vie des américains. S'adapter à leur accent particulièrement haché serait pénible mais rien ne me fait peur, en tout cas, j'ose l'espérer. Une nouvelle vie commence. J'ai laissé derrière moi la petite Rose peu sûre d'elle pour céder la place à une Hortense plus fraîche que la rosée du matin !




Dernière édition par R. Hortense Johnson le Ven 20 Sep - 16:35, édité 6 fois
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Pondy* + Pauline
Missives : 204 Points : 26
Avatar : AntoniaThomas Crédit : Applestorm
Âge : vingt-quatre ans.
Occupation : Bonne + Chanteuse dans un bar clandestin.
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 13:15

Bienvenuuue à toi et très bon choix de scénario :)

_________________
 ABBY WILSON
My soul is painted like the wings of butterflies,
Fairy tales of yesterday, will grow but never die,
I can fly, my friends!
© ZIGGY STARDUST.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 13:19

Merci Abby !
C'est un plaisir de vous rejoindre bril 
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : NarglesQueen / @AccioNargles / Lisa
Missives : 1004 Points : 256
Avatar : Rooney Mara Crédit : EVERDEEN. (avatar), NarglesQueen (crackship)
Âge : 24 ans.
Statut : Veuve depuis six ans.
Occupation : Actrice à Broadway, prof de français à ses heures perdues et ancienne prostituée.
Gramophone : Cosmic Love, Florence + The Machine.
Doubles-comptes : Nope.
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 13:31

Emilia + le pseudo + le scénario, j'adhère totalement excited. Bienvenue et bon courage pour ta fiche ma jolie bril

_________________

⊹new york, new york

 
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t247-louise-follow-me-down
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 13:49

Merci beaucoup Louise ! greeny 
Moi j'adhère totalement à Rooney et aux occupations de Louise bave
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 13:55

Mamourette en sucre rose pailleté d'amouuuuur ♥ Contente que tu viennes quand même ici **
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 14:11

Mon avocat à la sauce vinaigrette in love 
Merci à toi d'être intervenu lors de ce début d'après-midi ennuyeux, je suis contente de te voir poster dans ma fiche alors je te remercie avec des cookies faits maison et une botte de carottes greeny 
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 14:33

Tu sais comment me parler hein? bave 2 licorne fucking 
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 15:57

BIENVENUE SUR ATJ ! Emilia est parfaite. my god
Bon courage pour la réalisation de ta fiche, j'ai hâte de voir ce que tu vas faire du scénario. excited Si tu as des questions n'hésite pas à faire appel à un membre du staff et on sera ravies de t'aider à en apprendre un peu plus sur les twenties. heart

_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 16:07

Charlie - OWI VILE TENTATRICE !

Maija - Jessica Stam in love 
Jotem déjà !! Merci pour l'accueil blondie ! J'ai aussi hâte de voir ce que je vais en faire ... rmgreen  Je serai ravie de vous embêter au cas qu'il s'agisse des années 20 ou d'autre chose, je connais le chemin vers vos boites mps bril 
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 16:15

Moi aussi jotem (trop d'amour sur ATJ greeny). N'hésite pas à aller faire un tour dans nos annexes si ce n'est pas déjà fait pour en apprendre un peu plus. clin d\'oeil 

_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 16:46

J'ai tout lu maîtresse, je peux avoir un bon point ? rmgreen 
Allez je m'embarque à l'écriture de ma fiche silly 
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 16:51

Bienvenue léchouille 
avatar
ADMIN ♔ strange bird
Pseudo + Prénom : loonywaltz - léa
Missives : 992 Points : 192
Avatar : ben barnes Crédit : loonywaltz
Âge : 25 yo
Statut : fiancé depuis toujours à l'amour de sa vie par la force du hasard
Occupation : propriétaire du palace theatre & du speakeasy please don't tell
Gramophone : pompei - bastille
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 16:51

ASDFGHJKL excited 

I'M SO EXCITED AND I JUST CAN'T HIDE IT excited excited excited excited (= Merci d'avoir prit mon scéario bril )
YOU ARE THE ONE FOR ME FOR ME FORMI-FORMIDAAAAAAAAAAABLEUH bave bave bave (Je t'aime, je suis à tes pieds, encore merci bril )
AAAAAAAAAAAND IIIIIII WILL ALWAYYYYYYYS LOVE YOUUUUUUUUU in love 2 in love 2 in love 2 (... encore merci rmgreen )

WILKOMMEN BIENVENUE WELLLLLLCOOOOOOOOOOOOOME danse (Bienvenue :GEU: )
WE WILL WE WILL ROCK YOU tschk tschk (Tu vas voir que ATJ ça déchire )

Bref... bril
N'hésites pas à me harceler par Mp. Les Johnson, c'est pas super facile à comprendre snif 

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 17:08

Je pleure à cause du message de Gabriel, mi god. mdl BIENVENUE sur atj future belle-sœur de mon cœur. bril Je suis tellement contente de voir Rose enfin prise, elle est juste parfaite et puis la famille Johnson > la vie quoi. (Oui, je suis objective. rmgreen) Bon courage pour ta fiche et n'hésite pas si tu as des questions !
Et, Emilia. heart

_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 17:24

Merci Roxanne ! J'adore ce prénom, il me rappelle la chanson à chaque fois naaan 
ROXANNE YOU DON'T HAVE TO WEAR THAT DRESS TONIIIGHT hinhin 

MON FRÈRE D'AMOUR À LA CRÈME BANANE CASSIS - j'ai pas voulu poster dans la fiche de scénario pour te faire la surprise et voir si tu venais souhaiter la bienvenue aux petits nouveaux (niark je suis diabolique ... rrr )
Déjà j'ai tout compris à ce que tu as écrit dans la fiche ce qui, en soit, est un bon début !
J'espère que ce que je m’apprête à écrire te conviendra ÔH GRAND MANITOU DU CHARLESTON !
Je vais m'appliquer promis et je serai une gentille petite soeur qui traînera dans les pattes de son frèrot adoré aussi longtemps que possible rmgreen (ps : j'veux être marraine de ton premier enfant)

En tout cas je n'hésiterai pas à te mp toi non plus puisque je te dois la vie (Frankenstein bonjour !)

excited in love (a) culcul chevalier câlin balloon fucking
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 17:26

UNE MEMBRE DU CLUB GAME OF THRONES, OUI excited danse bril 
(je me sentais seule, ahem. mdl
emilia est sur-canon, ce scénario gère, bref, j'te fais l'amour quoi my god 

bienvenue parmi nous! baise
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 17:32

Evpraksiya - OMG j'ai mis trois heures à écrire ce doux prénom ...
Excuse-moi je n'ai pas remarqué qu'on avait changé de page et que tu avais posté entre le message d'amûr Johnson son et Johnson daughter greeny 
ALORS JE ME RATTRAPE ET JE T'ÉCRIS UNE PHRASE EN CAPSLOCK POUR TE MONTRER QUE JE TE AIME COMME LES CACAHUÈTES excited 
Faut pas pleurer, tu vas inonder ma fiche =O
passe un mouchoir
Merci ôh grande dame du Saint Esprit ! (cette appellation d'origine non contrôlée n'a aucun sens ...)

Gladys - Que tu es belle ! Tu m'inspires ce court poème "les vagues."
GOT 4 EVER ! On va monter un girlsband mettant en avant toutes les qualités requises pour faire un bon épisode de GOT (qui ira au contraire de l'éthique des années 20 xD)
Natalie est tout aussi canon que Emilia, jotem toi aussi, viens, on va faire des bébés gotiens puisque tu as l'air consentante Fuck 
Merci à toi aussi petite craquinette, je viendrai te quémander un lien si je passe l'horrible et redoutable épreuve de la validation !
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 17:32

Tout sauf Céline Dion pour exprimer ton amour Gabiche ! mdr!
Rosie : Je t'en donne même plusieurs greeny
Spoiler:
 

_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 17:34

Maija - Trop génial ! Je vais les mettre dans ma signature !
je sais jamais quoi y mettre ... XD
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 17:48

R. Hortense Johnson a écrit:
Evpraksiya - OMG j'ai mis trois heures à écrire ce doux prénom ...
Excuse-moi je n'ai pas remarqué qu'on avait changé de page et que tu avais posté entre le message d'amûr Johnson son et Johnson daughter greeny 
ALORS JE ME RATTRAPE ET JE T'ÉCRIS UNE PHRASE EN CAPSLOCK POUR TE MONTRER QUE JE TE AIME COMME LES CACAHUÈTES excited 
Faut pas pleurer, tu vas inonder ma fiche =O
passe un mouchoir
Merci ôh grande dame du Saint Esprit ! (cette appellation d'origine non contrôlée n'a aucun sens ...)
Je te pardonne, parce que t'as un humour tout à fait dans mes cordes petite Johnson. rmgreen Et t'inquiète pour le prénom, on s'y fait. my god Au pire tu peux m'appeler Grande Dame du Saint Esprit, ou Dieu, ça marche aussi. héhéh

_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 17:52

Je t'appellerai Evpaprika dans ce cas, c'est plus simple pour mes neurones lechouille 
Je préfèrerais Grande Dame du Saint Esprit parce que Dieu, c'est un peu trop court comme pseudo et j'aime bien les pseudos composés comme "mon ourson cubain buveur de tekila" ou alors "mouton des hautes montagnes enneigées d'asie profonde" ... m'enfin, je m'égare face 
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 17:54

Evpaprika c'est juste trop chou, aw. bril
Genre "petit saumon frétillant des plaines mongoles", I feel you. bril

_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
avatar
ADMIN ♔ strange bird
Pseudo + Prénom : loonywaltz - léa
Missives : 992 Points : 192
Avatar : ben barnes Crédit : loonywaltz
Âge : 25 yo
Statut : fiancé depuis toujours à l'amour de sa vie par la force du hasard
Occupation : propriétaire du palace theatre & du speakeasy please don't tell
Gramophone : pompei - bastille
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   Jeu 12 Sep - 17:57

Mon bouchon et ma petite soeur s'entendent si bien, ça m'émeut ouin 

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate   

 

Rose ▲ And like a deer in the headlights I meet my fate

Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All That Jazz :: 
CHARACTERS MANAGEMENT
 :: presentations :: abandoned
-