Partagez | .
 

 (LUCAS&BERENICE) au pays des merveilles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: (LUCAS&BERENICE) au pays des merveilles.   Lun 19 Aoû - 14:14

berenice & lucas
au pays des merveilles


Bienvenue dans le merveilleux sujet de Berenice Snicket qui va avoir l'honneur d'avoir comme partenaire Lucas Remy Davis. Pour leur sujet, ils autorisent l'intervention d'un PNJ inoffensif qui pimenterait le rp et ils autorisent l'intervention de membres extérieurs qui passeraient par là. Ne sont-ce pas là des choix merveilleux ? L’histoire se déroule le 17 août à 17 heures environ alors que la météo est au beau fixe. À présent, il est temps de laisser la parole au créateur du sujet : une première rencontre haut en couleur entre deux personnes au franc parlé. Une robe de luxe? ça n'a pas de prix!.


Invité
Invité
MessageSujet: Re: (LUCAS&BERENICE) au pays des merveilles.   Lun 19 Aoû - 14:53

La Cinquième Avenue ou comment avoir des envies de dépenses folles. J'avais amassé un petit butin la veille grâce à mes représentations dans les rues de Greenwich Village et m'étais accordée une après-midi détente cet après-midi. Après tout, mon arrivée à New-York remontait à tout juste un mois et j'étais encore loin de connaître les lieux les plus beaux et accueillants. Évidemment, je n'ai pu résister et ma fâcheuse tendance au lèche-vitrine me conduisit tout droit là où boutiques et haute couture battent leur plein. Il parait que Paris déborde encore plus de création, de mode, de prestige. Que j'aimerais connaître la capitale française.  Berlioz était resté dans ma chambre de bonne sur son coussin préféré parce qu'il connaissait sa maîtresse par cœur et détestait devoir faire que se cacher dans le sac chaque fois que j'entrais dans une boutique.

Je ne tardais pas à passer devant une vitrine qui me fit faire demi-tour alors que je remarquais une robe bleue, dentelle en haut, soie en bas. En un seul mot: magnifique. Je levais la tête pour lire le nom de l'enseigne: Davis Couture, ce qui ne m'évoqua rien du tout. Je poussais la porte d'entrée, la sonnette avertissant de mon arrivée retentit aussitôt. Je souris, radieuse et polie, à l'attention du vendeur qui était derrière son comptoir.

- Bonjour, commençai-je en regardant autour de moi. Whouah. Vous vendez vraiment de superbes collections. Qui en est le créateur? Je ne crois pas connaître cela.

Je lissais ma robe pour la mettre en valeur. Je portais un vêtement d'une qualité certaine, d'un prix affolant mais je n'en avais pas honte malgré ma pauvreté. Je voulais qu'il voie que j'avais un goût certain pour la mode, afin de commencer à l'amadouer, sur une bonne base.

Je me mordis la lèvre en regardant à nouveau la robe bleue présentée en vitre. Je parcourais les rayons à la recherche de l'objet de mon désir. Je la trouvais pas alors je revins vers la vitrine et désignais le mannequin sur lequel reposait la magnifique robe en demandant:

- Ce sont des pièces uniques? Celle-ci est vraiment ravissante. Les détails de la couture sont à tomber. Je pense que c'est ma taille... Est-il possible de la passer, pour l'essayer, s'il vous plaît?

Je posais sur lui un regard tendre et digne d'une petite fille tellement gentille, qui a été bien sage et qui mérite un cadeau.
avatar
MY PAD, MY BODY, MY FAMILY, MY GIRLS.
Pseudo + Prénom : Solar
Missives : 247 Points : 57
Avatar : Clémence Poésy Crédit : avatar → Shiya, gif → tumblr
Âge : 27 yo
Statut : Célibataire
Occupation : Acheter une oeuvre pour un riche client, en faire une copie parfaite à l'aide de quelques pinceaux, et être payée pour une contrefaçon. Officiellement on appelle ça une acheteuse d'art, mais concrètement, on dit faussaire.
Gramophone : Bright Lights - 30'' to Mars
MessageSujet: Re: (LUCAS&BERENICE) au pays des merveilles.   Lun 19 Aoû - 16:09

Assis derrière le comptoir, je contemplais ma boutique. Cela peut paraître arrogant, et c'est le cas, mais je suis fier de voir ce que j'ai accompli. Et dire qu'il  y a quelques années, je comptais jouer à Broadway. Là, je me retrouvais à vendre des robes sur la Cinquième Avenue. C'était aussi bien, étant donné que je rencontrais de jolies femmes. Et puis, ça faisait rentrer de l'argent, plutôt beaucoup même, vu le prix auquel je vendais mes créations. Mais ce jour-là, c'était une plutôt calme. J'avais reçu une cliente dans les coups de dix heures, qui repartit avec une robe et des gants.
J'étais en train de lire le journal quand une cliente rentra dans la boutique. Je n'eut pas le réflexe de lever les yeux vers elle, trop captivé par ce que je lisais : une coutrière française, Gabrielle Chanel, prenait de plus en plus d'ampleur dans le monde. J'avais déjà entendu parler de cette femme de fer, d'autant plus que son prénom représentait beaucoup pour moi. Mais il a bien fallu que je regarde ma potentielle cliente.

C'est alors qu'une jeune femme aux courts cheveux châtains se dressa devant moi. Une réelle beauté, comme je les aime. Tout de suite, je l'imagina à mes côtés, dans mon lit, puis moi en train de lui dessiner une tenue rien que pour elle, qui sera exposée dans ma boutique. Non ! Non ! Penser à l'argent, avant toutes choses.
Je m'approcha de la jeune femme, un sourire charmeur aux lèvres comme j'en avais le secret.

«Je suis ravi que mes robes vous plaisent. Dois-je en conclure que vous êtes une habituée ? »

Je ne pris même pas la peine d'attendre sa réponse. Toujours avoir le contrôle de la conversation. C'est le début de la richesse.

« Je suis un jeune créateur, ma boutique est toute fraîche. »

J'avais l'impression qu'elle faisait exprès de paraître soignée et coquette. Elle n'en avait pas besoin, c'était évident qu'elle aimait la mode, et qu'elle aimait être femme. C'était vraiment ce que j'attendais d'une demoiselle, qu'elle soit féminine. Malgré tout, j'aimais la différence, et les femmes un peu garçonnes récoltaient tout autant les louanges. Je le voyais se balader dans le magasin, faisant claquer ses talons à chaques pas.  J'aimais tellement ce son ! Elle revint vite vers moi, ou plutôt vers la robe qu'elle voulait tant.

« Oui, tout ce que vous pouvez voir ici est unique. Du moins pour l'instant. Lorsque mon enseigne prendra de l'ampleur, les quantités de vêtements aussi, par la même occasion. »

Je défis la robe de son mannequin et la passa à mon bras. Je lui souris, un sourire entre tendresse et détermination, celle qui pousse quelqu'un à acheter. Même si, dans ce cas précis, je n'avais apparemment pas besoin de la forcer à passer à la caisse.

« Je serais ravi que vous deveniez son nouveau mannequin. »

Je l'emmena aux cabines, et ouvrit le rideau. Je posa la robe sur le portant, et lui fit un signe de la main pour qu'elle rentre. Je ferma le rideau derrière elle, et une fois que le contact visuel fut rompu, j'arqua un sourcil, comme je le fais toujours lorsque je suis fier de moi.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t605-miss-goldella-not-miserable
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (LUCAS&BERENICE) au pays des merveilles.   Sam 24 Aoû - 20:19

Naturellement, je me montrais sociable et agréable avec le vendeur, dans le but d'augmenter mes chances d'obtenir une réduction, voire la gratuité de la robe qui était devenu mon désir numéro un à cet instant. J'appris donc qu'il était créateur de mode et que toutes ces merveilles étaient sa réalisation. La boutique était nouvelle, et j'étais jeune arrivée à New-York aussi. Une belle affaire s'offrait à moi, et je ne pouvais la laisser passer comme cela. J'y travaillerai durement, mais j'obtiendrais quelques unes de ses créations, à commencer par cette magnifique robe bleue.

« Je serais ravi que vous deveniez son nouveau mannequin. »

Je souris, et portais ma main au dessus de ma poitrine, pour exagérer de façon théâtrale son compliment. J'entrais dans la cabine et commençai à me déshabiller, laissant volontairement la robe que je portais dépasser au dessus du rideau. Tout en me changeant, je continuai la conversation:

- J'espère vraiment que votre affaire va s'agrandir au-delà de cette boutique, qui a déjà pour moi un goût de paradis. Mais si toutes les femmes sont de mon avis, nous serions vite à l'étroit par ici. Avez-vous eu vent de l'ouverture du saks le mois prochain? Vous devriez tenter d'obtenir votre stand si vos finances vous le permettent...

Je tirai dynamiquement le rideau, vêtue de la robe bleue qui semblait avoir été cousue pour moi. J'affichais un sourire radieux, en tournant sur moi-même.

- Alors, comment ai-je l'air? commençai-je, sur un ton enjoué, bien décidée à mettre la main sur cette robe, à n'importe quel prix, tant qu'il ne s'agissait pas de dollars. Vos coutures sont d'une force et d'une précision... et les tissus choisis sont ma-gni-fiques. Vraiment, je suis conquise. Suis-je un bon mannequin pour sublimer votre robe, comme vous le suggériez, très cher?

Je souris une nouvelle fois, et regardais mon reflet dans le miroir, en relevant légèrement la robe, l'examinant de plus près, sans laisser au hasard le fait que l'on devinait légèrement le haut de mon bas dentelé.

- Écoutez, monsieur... hmm, suis-je distraite ou bien est-ce que vous ne m'avez pas encore dit votre nom? repris-je, d'un ton sûr, décidée à entreprendre les négociations. Je crois que nous pouvons peut-être trouver un arrangement, dans lequel chacun de nous y trouvera son compte...

Volontairement, je restais floue sur les motivations de ma démarche, et j'attendais désormais sa réponse, afin de connaître son humeur et son ouverture quant à un échange original de services, à la place de dollars décidément difficiles à trouver dans cette immense - mais si magnifique ville américaine. La débrouille; le rêve américain, c'était aussi ça.
avatar
MY PAD, MY BODY, MY FAMILY, MY GIRLS.
Pseudo + Prénom : Solar
Missives : 247 Points : 57
Avatar : Clémence Poésy Crédit : avatar → Shiya, gif → tumblr
Âge : 27 yo
Statut : Célibataire
Occupation : Acheter une oeuvre pour un riche client, en faire une copie parfaite à l'aide de quelques pinceaux, et être payée pour une contrefaçon. Officiellement on appelle ça une acheteuse d'art, mais concrètement, on dit faussaire.
Gramophone : Bright Lights - 30'' to Mars
MessageSujet: Re: (LUCAS&BERENICE) au pays des merveilles.   Sam 24 Aoû - 22:10

Je ne pus retenir un sourire amusé, bien conscient de son petit jeu de séduction. En même temps, il était justifié : ma robe était vraiment magnifique. Elle pouvait sublimer n'importe quel corps, même le plus laid ; c'est ce qui était étonnant avec mes créations. Elles étaient faites pour toutes. Je fus sortis de mes pensées lorsqu'elle continua de me parler.

« C'est en bonne voie, mademoiselle. Les clientes fusent de toutes parts, certaines viennent même en me demandant si la "jolie robe que portait leur amie venait d'ici". »
Je m'interrompis, admirant l'incroyable vide qui peuplait ma boutique. Je rigola, puis continua.
« Je dois vous avouer qu'aujourd'hui, elles doivent être trop occupée à papoter ou à boire du thé avec leurs partenaires de ragots. Oui, je compte bien avoir un stand, dans les premiers d'ailleurs. Puis, à plus long terme, j'espère pouvoir exporter Davis Couture à Paris, où je suis né. »

Et voilà comment j'ai introduis mon atout charme dans la conversation. Toutes les femmes étaient dingue des français. Malheureusement, mon absence d'accent me pénalisait un peu, mais je compensais aisément avec mes petites anecdotes, et la description de la ville Lumière.
Elle sortit de la cabine, habillée du somptueux pan de tissu bleu.

« Vous êtes tout bonnement ravissante, je n'écouterais que mes envies je vous aurais déjà demandé en mariage. »
Je rigola gaiement.
« Vous me flattez ! Il suffit juste de se demander ce qui pourrait rendre une femme encore plus belle que ce qu'elle n'est déjà... Vous remplissez ce rôle avec brio. »

Je retourna à mon comptoir, commençant à préparer la facture.

« Je m'appelle Lucas. Je me demande bien quel nom peut porter une aussi belle créature que vous. »
Je souris immédiatement lorsqu'elle commença a négocier. D'ordinaire je l'aurais plumé, mais je commençais à avoir une gentille affection pour cette femme apparemment obligée de marchander.
« Ne vous fatiguez pas à me donner des excuses improbables, je vous l'offre. »
Accoudé à mon comptoir, je lui tendis la feuille de facture presque vide, avec seulement inscrit le descriptif du produit, le prix et ma signature. Un prix qui comptait donc plus de zéro inutiles que ceux qu'on aime voir d'ordinaire derrière le un.
« Je ne vous l'offre qu'à une condition, que vous acceptiez un dîner avec moi. »

J'avais ce petit sourire charmeur qui faisait tourner les têtes. Celui que j'utilisais toujours lorsque je voulais faire tomber une fille dans mes filets. Celle-ci était très jolie, et d'ailleurs c'était une aubaine qu'elle soit tombée chez moi.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t605-miss-goldella-not-miserable
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (LUCAS&BERENICE) au pays des merveilles.   

 

(LUCAS&BERENICE) au pays des merveilles.

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All That Jazz :: 
FUN ISN'T IT
 :: archives :: topics :: abandoned
-