Partagez | .
 

 EVE ▲ you drive like a demon from station to station.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: EVE ▲ you drive like a demon from station to station.   Mer 31 Juil - 16:55

evpraksiya-honoria elizaveta kniaz
citation
NOM : Evpraksiya-Honoria Elizaveta. Des prénoms typiquement russes, hérités d'une culture qu'elle s'efforce de soutenir. Ce sont des prénoms nobles, ceux d'aïeuls à qui son père choisit de rendre hommage. Des prénoms royaux, tsaristes. Tout comme Kniaz, ce nom qui signifie "prince". Avec un tel patronyme, il lui est impossible d'un jour espérer revenir en Russie, mais l'adaptation dans la haute société new-yorkaise n'en a été que plus facile.
DATE DE LIEU DE NAISSANCE : Elle a vu le jour à Saint-Pétersbourg, le treize Janvier 1902. Elle a quitté sa Russie natale pendant la Révolution, mais de nombreux souvenirs de sa patrie, d'une douloureuse vivacité, demeurent.
ÂGE : Eve a vingt-deux ans. Vingt-deux années creuses, de principes sévères et légers. On lui donne toujours plus, par son caractère délibérément âcre, son jugement étonnant pour son jeune âge, son regard toujours sombre et le nombre de verres qu'elle peut s'enfiler.
EMPLOI OU OCCUPATIONS : L'argent ne manque pas, chez elle. On lui a inculqué toute son enfance des principes d'héritier masculin, afin qu'elle reprenne l'empire économique familial. Hélas, Dieu en a décidé autrement, lui donnant un don exceptionnel mais dangereux, celui de la musique. Elle se consacre en grande majorité à sa musique. Génie musical, elle est capable de tout dans le domaine, et ne vit que pour son piano, son violon et ses partitions. Seulement, tout génie a besoin de ses carburants malsains. Alors elle passe ses nuits dans des bars de jazz douteux, travestie en homme le plus souvent, à boire, boire et boire encore, et à s'éveiller le matin sur un piano, embrumée par l'alcool.
SITUATION FAMILIALE : Sa mère est décédée de la phtisie quelques jours après sa naissance, fragilisée par un accouchement difficile. Eve n'a donc que son père, et l'aime plus que tout.
SITUATION AMOUREUSE : Depuis peu, son père lui a annoncé qu'elle était fiancée et ce depuis sa naissance. Elle devrait se marier bientôt. Ce qui allait à l'encontre de tous ses principes et de sa vie entière, de son éducation masculine et libre. Il s'avéra cependant qu'on l'avait fiancée à l'homme dont elle est peu à peu tombée amoureuse, Gabriel. Elle oscille entre sa fierté, son désir d'indépendance et ses engagements depuis lors.
GROUPE : Par son caractère libertin, anticonformiste, Evpraksiya appartient au groupe Jazz.
   
I. introduction


   Lacrimosa dies illa,
Qua resurget ex favilla
Judicandus homo reus.
Huic ergo parce, Deus:
Pie Jesu Domine Dona eis requiem.
Amen.

   
II. evpraksiya

   Elle préfère sortir travestie en homme afin d'éviter les regards qu'une femme attire. Elle boit énormément, car elle est persuadée que son inspiration musicale vient de là. Elle tient donc très bien l'alcool, mais il n'est pas rare de la retrouver ivre morte sur un piano. Elle joue du piano depuis l'âge de deux ans. Elle a perdu sa virginité avec son fiancé. Elle ne donne jamais son patronyme complet, car les Américains l'écorchent toujours. Elle préfère aller au cinéma lorsque la bande son est jouée par un pianiste dans la salle. Elle fume de plus en plus, et uniquement des Lucky Strikes. Si elle est très âcre et antipathique, après quelques verres elle devient enjouée et féminine. Elle se travestit régulièrement, ne supportant pas les regards portés sur les femmes. Bien qu'elle ait été élevée au son de Mozart, Bach et Tchaïkovski, le jazz a une place particulière dans son cœur car il lui permet l'improvisation. Elle joue du piano et du violon. Elle parle Russe et Anglais, et aime à apprendre quelques mots d'Allemand ou de Français. Elle croit en Dieu et se rend quelques fois avec son père dans une église orthodoxe, où se réunit la communauté russe de New York. C'est une véritable enfant, au fond. Un rien ne l'amuse. Elle a l'alcool joyeux. Elle a été une suffragette active, et fait désormais partie du American Birth Control League Movement. Elle est donc une féministe engagée. Elle s'exprime encore avec un accent russe léger, dont il lui est difficile de se départir. Elle est amoureuse. Elle ne supporte pas la chaleur des étés américains. Elle s'est jurée de ne jamais pleurer que seule après cet octobre 1917.
   
Ladies ans gentlemen, nous avons aujourd'hui le plaisir d'accueillir Evpraksiya Kniaz ! Bonjour et bienvenue sur la radio AT&T's. Nous avons préparé quelques questions pour vous. Premièrement, tout le monde aimerait savoir ce que vous pensez des bars clandestins et du jazz, ne vous inquiétez pas, ça ne sortira pas d'ici !
« J'y passe le plus clair de mes nuits. L'ambiance des speakeasies est incomparable, et artistiquement stimulante. Quant au jazz, j'y accorde une attention toute particulière. C'est selon moi la musique du cœur, qui semble refléter parfaitement les états d'esprits de la jeunesse d'aujourd'hui. »
Oh, je vois... Ainsi, votre avis concernant la Prohibition...
« Il ne m'est pas difficile de me procurer de l'alcool, donc je ne m'en plains pas. Mais si je suis certaine d'une chose, c'est bien de l'inutilité de cette loi. Voyez comme chacun se précipite aux trafics : jamais la consommation d'alcool ne réduira de cette façon.  »
Oh ! Dans ce cas, buvez-vous de l'alcool ?
« Quelle question, bien entendu que j'en bois ! »
Personne ne vous juge, ne vous inquiétez pas. Et, dites-nous, New York, en un mot, c'est quoi pour vous ?
« La nouveauté. New York change chaque jour, les rues évoluent si vite que vous ne lez reconnaissez plus d'un mois à l'autre. Cette vitesse est grisante ! »
Comme je vous comprends ! Pourriez-vous donc nous donner votre point de vue sur l'époque que nous vivons ?
« C'est une ère folle, vive et joyeuse. Mais je la sens encore à cheval sur deux époques, ce passé désuet et ce futur que tous espèrent toujours plus brillant. Je me sens coincée entre ce passé et ce futur, sans pouvoir réellement m'adapter à notre époque de changements. »
Et bien, je vous remercie pour cette interview plus que constructive, et vous souhaite un excellent moment à New York !
   
derrière l'écran

   PSEUDO ET/OU PRÉNOM : Clémence, aka ZIGGY STARDUST. ou @girlcalledmercy.
ÂGE : Dix-huit ans.
DÉCOUVERTE DU FORUM ET AVIS SUR CELUI-CI : Je l'ai fondé. rmgreen
PRÉSENCE : Présence quotidienne pendant les vacances, très (très) réduite en période scolaire.
CONNAISSANCE ET AVIS SUR LES 1920's : Je me débrouille, ayant rédigé quelques annexes et fait plus de recherches pour ce forum que pour mes TPE. mdl
TA CHANSON FAVORITE : Je ne pourrais pas choisir une chanson, mais elle serait forcément de David Bowie.
AVATAR : Kaya Scodelario.
CODE DU RÈGLEMENT : Pas besoin. niark
PERSONNAGE INVENTÉ, SCÉNARIO : Personnage inventé.
UN DERNIER MOT : keur sur vous bande de kk.   

   

   

_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.


Dernière édition par Evpraksiya-Honoria Kniaz le Jeu 14 Aoû - 21:33, édité 33 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: Re: EVE ▲ you drive like a demon from station to station.   Mer 31 Juil - 16:56

histoire
Souvent, au travers d’un rire visible au monde coulent des larmes invisibles au monde.


isolar II


année 19.., Saint-Pétersbourg - marche slave.

Quand ses petits doigts eurent finir de frapper le piano à une vitesse épatant, Il se leva, dans toute sa majesté, et l'applaudit chaleureusement, tandis que les fillettes en robes virginales s'avancent vers elle en claquant joyeusement des mains. Evpraksiya Nikolaïevna leur sourit quand elles fondirent dans ses bras, recevant en même temps le regard satisfait et attendri de son père quelques marches en-dessous du tsar.

Elle se leva, s'inclinant devant le pianiste avec un léger sourire aux lèvres, et le laissa reprendre sa place tandis qu'elle se laissait à regret entraîner par les grandes-duchesses loin du piano.

année 1917, Budapest - le russe blanc.
Des boucles étroitement pressées en bandeaux contre ses tempes encadraient ce visage d'opale, blanc et maladif. Elle savait ses yeux fatigués, cernés de violet et veinés de bleu. Ses vêtements étaient ternis par la poussière du voyage et froissés. Elle songeait, les yeux mis-clos, le visage tendu par l’amertume et la fatigue. Elle serrait contre elle un manteau de feutre noir, les joues enfouies dans le col de fourrure sombre raidie par le froid et la crasse.

« Ча́сто сквозь ви́димый ми́ру смех лью́тся неви́димые ми́ру слёзы. »
« Souvent, au travers d’un rire visible au monde coulent des larmes invisibles au monde. » lâcha-t-elle à l'homme qui lui faisait face dans un anglais maladroit. Celui-ci la fixa durement en retour, les traits aussi fatigués, les yeux rougis et enflés par les larmes qu'ils n'osait verser devant sa fille. De ces vers de Gogol, russes, prononcés en anglais, il comprenait la souffrance symbolique.

Vagabonds. Âmes errantes, ectoplasmes blancs dans un train fuyant toujours plus vite vers l'ouest. Le vagabond ne peut rester sédentaire, il n'est nulle part chez lui.

Elle songeait aux lustres de cristal reflétant la lumière adamantine, aux bougies qui éclairaient comme le jour, aux lambris blancs et dorés, aux cheminées grandioses et aux murs tendus de velours du Palais d'Hiver. C'était chez elle. Elle imaginait la ruine de la façade d'un bleu qui reflétait toujours le ciel froid de Saint-Pétersbourg, les drapeaux rouges flottant fièrement dans la chapelle bleue et or du Palais Catherine, surplombant une Pieta déchue supportant le poids d'une dynastie assassinée.

« Retiens tes larmes, cache-les au monde aussi longtemps qu'il le faudra. Nous pleurerons ensemble la Russie quand nous aurons retrouvé un foyer, à l'abri de nos propres murs. » lui murmura son père, la voix calme et autoritaire, bien que brisée par le chagrin et le voyage. Elle baissa la tête, les yeux secs. « Retiens les partitions de Mikhaïl Ivanovitch Glinka et Petr Iliitch Chaikovskii. Joue les dans le silence de ton cœur. Répète les vers de Evguéni Baratynski et Alexis Konstantinovitch Tolstoï. »

Il ne continua pas. Il savait qu'elle jouait déjà une Kamarinskaia, qu'elle frappait rageusement les touches de son esprit, dramatisant le léger morceau, symbole de cette Russie intellectuelle et romantique qu'ils laissaient derrière eux. Elle abattait les touches avec autant de force que son cœur pouvait se le permettre, ses doigts battant discrètement le bois de la table qui les séparait. Paul Belosselsky-Belozersky Kniaz sourit. Sa fille était l'âme de la Russie qu'ils ne pourraient abattre dans le sang écarlate. La Russe blanche.


année 1924, New York - marche slave.





_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.


Dernière édition par Evpraksiya-Honoria Kniaz le Lun 6 Fév - 16:24, édité 13 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: EVE ▲ you drive like a demon from station to station.   Mer 31 Juil - 20:31

Bienvenue Evprashprisiazakhsa. rmgreen

_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: EVE ▲ you drive like a demon from station to station.   

 

EVE ▲ you drive like a demon from station to station.

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All That Jazz :: 
CHARACTERS MANAGEMENT
 :: presentations
-