Partagez | .
 

 HORTENSE&JULIETTE - discuss contemporary art

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Missives : 224 Points : 144
Avatar : Anonyme. Crédit : Loonywaltz
Âge : 41 ans.
Statut : Marié.
Occupation : Inspecteur de police
Gramophone : Ry Cooder - Big Bad Bill
MessageSujet: HORTENSE&JULIETTE - discuss contemporary art   Lun 23 Sep - 20:57

Hortense & Juliette
discuss contemporary art


Bienvenue dans le merveilleux sujet de Hortense qui va avoir l'honneur d'avoir comme partenaire Juliette. Pour leur sujet, ils autorisent l'intervention d'un PNJ inoffensif qui pimenterait le rp et ils autorisent l'intervention de membres extérieurs qui passeraient par là. Ne sont-ce pas là des choix merveilleux ? L’histoire se déroule le 24 septembre à 10 heures alors que la météo est ensoleillée. À présent, il est temps de laisser la parole au créateur du sujet : En cette belle journée ensoleillée, vous avez décidé d'aller faire un tour au musée des beaux arts. Peut-être avez-vous eu une soudaine envie de vous cultiver artistiquement ? Vous êtes adultes, c'est $1.89 l'entrée, ce n'est pas cher n'est-ce pas ? Juliette observe une œuvre d'art connues et une silhouette surgit par derrière : Hortense. Qu'allez-vous faire ? Discuter d'art et devenir amies ou au contraire, vous balancer des œuvres/peintures à la tête ? La première option semble être la meilleure.

Nous proposons à Hortense de commencer, si le cœur lui dit !



Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: HORTENSE&JULIETTE - discuss contemporary art   Mar 24 Sep - 20:00

« Si tu ne sais pas quoi faire et que tu crois avoir tout vu, rends-toi au musée d'art contemporain, tu risquerais d'être surprise. »

M'avait-elle glissé avant de s'évaporer comme cette eau sifflante dans la bouilloire posée sur la plaque chauffante de la cuisine. Les mains posées sur la surface de mon bol, j'observais encore le fond de ma tasse de thé à travers cette eau transparente me révélant tous les secrets du fond du récipient. Ce dernier était d'un blanc immaculé et la marque de manufacture bien inscrite en son fond masquée de part et d'autre par les restes de plantes composant le breuvage qui m'avait été servi par ma belle-sœur. Belle comme un cœur, elle m'avait rejoint dans la cuisine peu de temps après que je me sois éveillée et m'avait regardé, un léger sourire aux lèvres. Je l'avais observée depuis son arrivée et en voyant ce sourire s'étirer sur ses lèvres, je n'avais pu m'empêcher de lui demander.

« Qu'y a-t-il ? »
« Tu as une mine effroyable. Beaucoup de nouveaux venus ici arborent le même teint après plusieurs nuits passées à faire la bringue ... »

Je n'avais pas mal pris sa remarque, je m'étais contentée de sourire puisqu'en réalité, cela me faisait rire. Il y avait peu de choses sur cette terre qui avaient le don de me mettre hors de moi et Evpraksiya n'entrait pas dans cette catégorie. Nous nous étions dévisagées, j'avais essayé d'observer mon reflet dans le bol de thé qu'elle m'avait servi puis j'avais passé mes doigts sur mes joues pour les frotter légèrement. Du peu que j'avais pu voir dans ce miroir improvisé, ma peau était blanche. Je n'avais jamais été très bronzée puisque mère ne m'avait jamais habituée à m'étaler au soleil mais je n'avais jamais été aussi blanche. Il fallait bien avouer qu'Ev n'avait pas tort. Cela faisait plusieurs soirs que j'enchaînais les sorties et pour cause, mon entrée à l'université n'allait pas tarder et, comme mon frère m'avait avertie, je n'aurai plus autant de temps à moi pour profiter de la vie new-yorkaise une fois les cours commencés. Qu'à cela ne tienne ! Je n'allais pas passer mon temps à observer la ville à travers les fenêtres de leur logement alors que je pouvais en profiter. L'argent n'était pas un soucis, ce qui m'avait permis de me faire à la vie américaine en peu de temps. Le seul problème était ma capacité à récupérer vite. De plus, je n'avais jamais mis mon organisme à rude épreuve comme je commençais à le faire alors, il ne fallait pas s'étonner de me voir ainsi.

« Comment fais-tu pour paraître aussi fraîche que la rosée du matin ? »

Lui avais-je demandé avant d'avaler une gorgée du liquide chaud coulant dans ma bouche, prenant à peine quelques secondes pour faire son effet. Détournant le regard en direction de la fenêtre, toujours aussi souriante et légèrement rêveuse, elle m'avait répondu. « C'est un secret ... » Je n'avais donc pas insisté et avait attendu. Attendu que ce secret me soit révélé, chose qui n'arriva point. Les minutes passaient, j'entendais presque le cliquetis incessant de l'horloge de la cuisine et je dois bien avouer que mon crâne faisait des siennes. Était-ce réellement l'effet de l'alcool ? On avait beau m'avoir prévenue, je m'étonnais encore de ces effets secondaires. Autant, la veille, j'étais guillerette mais à présent, je ne pouvais en dire de même. Alors j'attendais. La seule révélation qu'elle me fit fut cette merveilleuse idée de m'encourager à me cultiver grâce au musée. L'art n'avait jamais été mon fort mais j'appréciais les belles choses telles les sculptures, les peintures, la musique. Bref, l'art sous toutes ses formes, raison pour laquelle je ne perdis pas une minute de plus pour aller me changer.

Lorsque j'étais sortie, j'avais aperçu au dernier moment mon bol encore fumant présent sur la table. Ev avait du retourner auprès de Gab' et l'attendait pour manger à ses côtés. Je les enviais depuis que je les avais découverts tous deux dans ce magnifique logement où siégeais le piano de son enfance. Combien de temps me faudrait-il encore pour trouver l'homme parfait ? Certes, je n'avais aucun problème pour discuter avec les hommes, flirter de temps à autres mais je ne me laissais jamais aller entre les bras d'un américain, aussi gentleman soit-il. Pour cela, il aurait fallu que je sois sûre et actuellement, c'était loin d'être le cas. Le coup de foudre ne m'avait pas encore frappé. Alors j'attendais pour ça aussi. J'y songeais encore en franchissant l'immense porte en pierre du musée pour prendre mon ticket et pénétrer en ces lieux inconnus. J'avais consulté le plan affiché à l'entrée en compagnie de plusieurs lèves-tôt et m'étais dirigée vers une aile présentant des peintures de toute sorte.

Certaines m'avaient agréablement surprises tandis que d'autres avaient empêché mon cerveau de raisonner logiquement. En observant certaines toiles, j'avais l'impression d'avoir encore de l'alcool dans le sang ce qui, à mon humble avis, ne devait plus être le cas. Alors pour ces dernières, je passais mon chemin. Il n'y en eut qu'une seule qui attira vraiment mon attention. Je me sentais encore mitigée à son propos alors, pour être sûre, je décidai qu'il me fallait approcher. Cependant, devant celle-ci, il y avait aussi quelqu'un qui avait attiré mon attention. Puisqu'il me fallait également contempler cette œuvre d'art, je m'approchais d'elle doucement, presque sans un bruit. Les yeux posés sur sa nuque, je préparais déjà ma tirade puis, lorsque je fus prête, je levai les yeux vers l’œuvre d'art et articulais.

« Je me sens toujours perplexe face à une oeuvre d'Otto Dix ... qu'en est-il pour vous ? »

Laissais-je planer dans les airs tout en observant à tour de rôle la toile intitulée Les joueurs de Skat et l'expression de la jeune femme aux côtés de laquelle j'avais pris place. Les gens étaient tous si gentils ici à New-York que je n'hésitais pas une seule seconde à aller à la rencontre d'une tierce personne. Voyons maintenant si cette dernière est aussi agréable que ses homologues.
 

HORTENSE&JULIETTE - discuss contemporary art

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All That Jazz :: 
FUN ISN'T IT
 :: archives :: topics :: abandoned
-