Partagez | .
 

 Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 20:27

Lysandre Aignèis-Ruth Pardaillant
Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière

NOM : Lysandre, prénom mixte, peut être pas passe partout, elle s'en fiche, elle veut qu'on se souvienne d'elle. Aignèis-Ruth un prénom doux, et un peu trop composé au goût de Lysandre, mais qu’elle tient de ses origines Irlandaises. Petite elle aimait particulièrement être appelée Ruth, qui est plus court et plus facilement prononçable que ses deux autres prénoms. Pardaillant, un nom d'origine Française. Elle y tient. Parce que c'est sa famille. Mais c'est un nom.
DATE DE LIEU DE NAISSANCE : Le 6 janvier 1898, à Paris.
ÂGE : 26 ans, mais pas toutes ses dents. Enfin elle a quelques bouts de fausse dent... En même temps vous verriez son métier.
EMPLOI OU OCCUPATIONS : Escrimeuse professionnelle, championne des Etats-Unis 4ème au JO de cet été à Paris, elle a passé le barreau l'année dernière, après d'interminable étude de droit à temps partiel. A cause de sa carrière sportive et de sa condition de femme elle ne trouve rien d'autre qu'un job d'assistante. Elle fait aussi de la boxe en club, en évitant de montrer qu'elle est une femme. Elle se doute que personne n'est dupe, mais puisqu'elle n'est pas mauvaise, on la laisse se battre. Essaye de ne pas s'impliquer dans la mafia Irlandaise, mais le fait pour sauver la tête de son frère.
SITUATION FAMILIALE : Elle a un grand frère qui est tout pour elle, son héros, son maître à penser, son idole, et une grande soeur à qui elle a énormément de reproche à faire. Elles avaient l’habitude d’être comme chien et chat, et couverte de boue on aurait su les différencier.
SITUATION AMOUREUSE : C’est compliqué... En même temps on ne pouvait rien espérer de plus pour une femme qui est un homme qui aime les hommes mais qui n’est pas homosexuel, puisqu’elle est en faite une femme. Enfin à moins que vous ayez déjà trouvez un homme qui puisse aimer une femme qui a plus de couille que lui. Elle est néanmoins extrêmement séductrice, mais ne conclue jamais, et déteste être vue comme un objet.
GROUPE : Classic.
I. introduction

Salut, honnête, et respectueux,
Tu abaisses ton masque protecteur,
Qui te coupe de mes regards hargneux,
Et tu pars mes coups avant ton coeur.
Tu contres avec une certaine frayeur,
On dirait que tu chasses les mouches,
Bas toi, joues, n’est pas peur,
A la fin de l’envoi je touche.

Tu me touches, c’est malheureux,
Un point pour toi, vil flatteur,
Dépêches toi, bientôt il pleut,
Cela serait mauvais pour l’ardeur.
D’un geste fin et accrocheur,
J’atteins ton poitrail, farouche
Ou trône fièrement ta fleur,
A la fin de l’envoi je touche.

Ne les regarde pas eux,
Tu n’auras pas de regard adorateur,
Tu perds, petit impétueux,
Je ne suis pas ton agresseur,
Ton adversaire plutôt, vainqueur,
Qui fera ça dernière retouche,
Avant que la fin du jeu sonne mon bonheur,
A la fin de l’envoi je touche.

Ami, adversaire, sourit ma foi
Car devant la gloire point d’escarmouche,
Je t’avais prévenue, une dernière fois
A la fin de l’envoi je touche.

II. Lysandre


Lysandre est une femme - magnifique et provocatrice.
Lysandre est une garçonne - masculine et ultra féminine.
Lysandre est franco-irlandaise - mais attache plus d’importance à ses racines irlandaises.
Lysandre à un accent irlandais très fort - malgré ses quatorze premières années en France.
Lysandre ne parle d'ailleurs plus Français - sauf si elle y est obligée.
Lysandre est vierge -et je ne parle pas du signe astrologique.
Lysandre est romantique -  au fond elle est niaise et attend le prince charmant.
Lysandre est violente - sans l’escrime et la boxe elle ne saurait le contrôler.
Lysandre est protectrice - déteste être protégée.
Lysandre est forte - surtout tête brûlée.
Lysandre est séductrice - et sait surtout souffler le chaud, pour mieux souffler le froid.
Lysandre est castratrice - elle est persuadé de l’égalité homme/femme. Enfin de la supériorité des femmes.
Lysandre est juste - et un brin idéaliste.
Lysandre est intelligente - et particulièrement débrouillarde.
Lysandre déteste être manipulée - et sait se mettre dans des colères noires.
Lysandre en a parfois marre d’être un garçon manqué - elle aimerait être enfin regardé à sa juste valeur pour ce qu’elle est.
Lysandre est impulsive - et souvent irréfléchie.
Lysandre est rancunière - et susceptible avec ça.
Lysandre est bornée - il n’y a jamais moyen de lui faire entendre raison.
Lysandre s’attache à des valeurs - cela lui gâche la vie.
Lysandre à un schéma directeur - qu'elle ne suit jamais
Lysandre est frustrée - elle est surement trop ambitieuse et idéaliste.
Lysandre est scandaleuse - elle pourrait passer sa vie à déchirer les clichés.
Lysandre avait les cheveux extrêmement long - elle les a aujourd’hui court.
Lysandre a pu se faire une perruque avec le reste de ses cheveux coupés - elle la met pour être une femme plus féminine.
Lysandre est superstitieuse - elle ne passe pas sous une échelle, ne garde jamais un parapluie ouvert à l'intérieur, déteste les chats noirs, le nombre 13 etc...
Lysandre à des tocs portes chances - qui ne fonctionne jamais.
Lysandre porte d'ailleurs une amulette porte bonheur - une broutille trouvée dans les rues en Irlande qu'elle ne lâche jamais.
Lysandre ne sait pas danser avec quelqu'un - puisqu'elle déteste se faire guider par un homme.
Lysandre est hyperactive - et par conséquent elle est souvent difficile à suivre, et est assez déséquilibrée.
Ladies ans gentlemen, nous avons aujourd'hui le plaisir d'accueillir Lysandre Pardaillant ! Bonjour et bienvenue sur la radio AT&T's. Nous avons préparé quelques questions pour vous. Premièrement, tout le monde aimerait savoir ce que vous pensez des bars clandestins et du jazz, ne vous inquiétez pas, ça ne sortira pas d'ici !
« Le Jazz est entraînant, le Jazz ouvre sa porte à tout le monde, je ne vois vraiment parce qu'on pourrait reprocher au Jazz. Tout comme dans les bars clandestins, avec un verre dans le nez on est tous égaux.  »
Oh, je vois... Ainsi, votre avis concernant la Prohibition...
« C'est un mal nécessaire inutile. On ne peut pas laisser les choses en état, mais on ne peut pas réellement interdire les gens de boire... Ca aurait pu être mieux fait. Ca aurait pu être pire.  »
Oh ! Dans ce cas, buvez-vous de l'alcool ?
« Pas excessivement. Un esprit sain dans un corps sain dit-on. Et puis essayez de faire de la boxe, de l'escrime, de courir, de faire des étirements après une cuite et vous comprendrez aisément pourquoi je fais attention.  »
Personne ne vous juge, ne vous inquiétez pas. Et, dites-nous, New York, en un mot, c'est quoi pour vous ?
« Illusion. »
Comme je vous comprends ! Pourriez-vous donc nous donner votre point de vue sur l'époque que nous vivons ?
« C'est en progrès. On commence à se battre pour ce que nous méritons. Mais on a encore beaucoup de chemin à faire.  »
Et bien, je vous remercie pour cette interview plus que constructive, et vous souhaite un excellent moment à New York !
derrière l'écran

PSEUDO ET/OU PRÉNOM : Twisted Sunshine /Margaux
ÂGE : 20 ans
DÉCOUVERTE DU FORUM ET AVIS SUR CELUI-CI : Toujours par la même personne. Arik international
PRÉSENCE : Aussi souvent que possible
CONNAISSANCE ET AVIS SUR LES 1920's : De mieux en mieux.
TA CHANSON FAVORITE : J'en ai toujours pas
AVATAR : Léa Seydoux
CODE DU RÈGLEMENT : OK par Eve. heart
PERSONNAGE INVENTÉ, SCÉNARIO : Inventé en groupe.
JE SOUHAITE PARTICIPER AU SYSTÈME DE RP D’INTÉGRATION :non
UN DERNIER MOT : J'ai une capacité de résistance digne d'une petite cuillère. fire licorne 




Dernière édition par Lysandre A-R. Pardaillant le Dim 29 Sep - 9:45, édité 13 fois
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 20:27

Père suis-je folle ?
La plupart des gens bien le sont


Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau  ?


Je penses avoir toujours eu une famille particulière, mais c’est justement ce qui fait la richesse de notre famille. Avez-vous déjà essayé de compter le nombre de famille mixte que chaque pays compte ? Enfin les Etats-Unis peut être plus, tout le monde y émigre, au bout d’un moment, ça se mélange. Mais prenons la France, par exemple, où l’Irlande... Vous y trouverez principalement des couples Franco-Français, ou Irlando-Irlandais. Et quand je dis mixte, je ne vous parles même pas de la mixité des couleurs de peaux, tant c’est inenvisageable. Enfin, rare sont ceux qui tombent amoureux d’une étrangère, arrivent à obtenir sa main, et à la ramené dans son pays d’origine. Mon père la fait. Et il en est fier. Il nous rappelle sans cesse comment il a vaincu la ténacité Irlandaise. Pour la ténacité Irlandaise, on y reviendra plus tard. Enfin, mon père ne s’était jamais rendu compte jusqu’en 1912, qu’en réussissant son tour de force il arrachait ma mère de ses précieuses racines, et qu’arracher des racines Irlandaise ça laisse un trou béant. Mais cela aussi nous y reviendront plus tard. J’ai donc un père Français, franchement idéaliste, féru de littérature, et particulièrement de théâtre, sexuellement étrange, je l’ai déjà vu porter une robe de femme pour faire une pièce à ma mère, j’étais jeune, j’ai ris. Ma mère est Irlandaise, très belle, et ses gênes ne se sont pas perdus, intelligente et drôle, rafraichissante et bornée, froide et colérique, un foutu paradoxe hyperactif que l’on a jamais réussit à suivre. Je n’ai jamais compris ce qui avait pu unir mon père et ma mère, peut être leur idéologie trop moderne qui viendrait à rendre notre famille si particulière. Donc, le fait est que j’ai pu grandir dans une famille étrange et heureuse, qui n’avait aucun problème d’argent, et croulait sous la culture. Nous serions intelligent, c’était un devoir. Théophile est née d’une première inspiration religieuse, il sera pasteur, il sera parfait, et brillant, sans aucun doute. Une petite tête d’ange, des tâches de rousseur, et des yeux, oui mesdames, il vous fera succomber. Mais il est parfait, il ne dira oui qu’à une seule. Andromaque ensuite naquit pendant la période Racine du couple. J’ose espéré que mes parents l’on nommé ainsi pour sa force de caractère et sa fidélité, plutôt que sa manie de pleurer sans cesse sur le corps de son époux décédé... Andromaque est folle en quelques sorte. Mais elle était l’espoir féminin. Fut un temps. Après je ne sais pas trop ce qu’il s’est passé. J’ai été éjecté de la famille pour mon propre bien. Je vous retiens. C’est encore une autre histoire. Et enfin moi, Lysandre, née de je ne sais quel inspiration, avec un prénom sans sexe, comme s’il était prévu, que je sois une femme à l’image de l’homme, qui détrônerait enfin la sacralisation masculine. Enfin, je penses avoir toujours eu, et avoir toujours fait partie d’une famille un peu particulière et vaguement incomprise du monde qui l’entourait. A Paris, nous avions eu l’habitude d’être des parias silencieux, on ne le disait pas, on nous souriait, mais au final, on s’étonnait, on s'interrogeait, et on supportait difficilement de voir deux filles de bonne famille sans cesse se rouler dans la boue. Théophile aura sauvé notre honneur Parisien, peut être est-ce pour ça qu’il y est resté, lorsque nous sommes tous retourner dans le pays qui nous comprenait réellement.


Je guiguendélirerai.... vigoureusement !


J’entends souvent encore, que j’ai été une enfant abominable. Pas idiote pour deux sous, mais insupportable. Je suis née avec une surcharge de batterie dont je n’arrivais jamais à me débarrasser. Je suis née avec un dégoût certain du macramé, de la couture, du dessin, de la musique, non que je trouvais ses réalisations réellement hideuse, mais jamais il ne me serait venue à l’idée d’en pratiquer aucune d’entre elle. Je brisais les crayons dans mes mains, systématiquement je me piquais avec l’aiguille, et ma musique ressemblait à de violente symphonie guerrière en si majeur oreille douloureuse. J’ai toujours aimé la guerre. Mes premiers souvenirs, son d’ailleurs des souvenirs de mes croisades que nous faisions dans les terrains vagues parisiens que nous avions su apprivoiser, et qui était devenu notre repère. Ses terrains vagues qui n’étaient pas conseillé aux adultes, encore moins aux enfants, et qui regorgeait de temps de trésor. Nos trésors de guerre. Des vieux bouts de ferrailles, quelques postes de radio encore en léger état de marche grésillant, du bois, de la boue, quelques résidus d’herbe à certain endroit, sauvages. Nos parents ne comprenaient pas, et les enfants autours de nous encore moins. Quoique je les soupçonnes d’avoir été jaloux, engoncé dans leur petit uniforme de bonne famille parfait qu’il ne saurait ramené plein de boue sans subir le soufflet. Mais nous faisions ce que bon nous semblait et le soufflet ne venait pas. Nos parents semblaient impuissants face à nos ardeurs enfantines. Incapable de me coucher à l’heure habituelle, pas fatigué je disais, je les entendais parfois désespérer sur mon cas, se demandant ce qu’une fille pourrait devenir en étant comme moi. Et comme moi dans leur tête sonnait en si peu féminine. Non que ça ne choquait leur idée du temps. Mon père n’avait pas un ADN du machisme dans tout son corps, et voyait réellement ma mère comme son égal - c’était surement ce qui l’avait convaincue de quitter l’Irlande. Enfin, eux s’en fichait, mais ils reconnaissaient malheureusement que le monde n’était pas encore fait pour de tel tornade et que parfois il fallait savoir être discret, et déjà à l’époque, il se rendait bien compte que la discrétion n’était pas mon fort. Je crois que c’est pour avoir la paix qu’ils m’ont offert des cours de sport. L’escrime d’abord, je devais avoir quatre... Ou cinq ans... J’appelais ça l’épée. J’ai découvert ça je ne sais plus ou, dans les rues avec Andromaque surement, et j’avais d’abord demandé à mes parents sans succès, avant d’aller voir Théophile qui nous avait fabriqué des épées en bois. C’est là que mes parents ont cédé. Parce que nous devenions dangereuse. Et que si réellement nous devions nous battre, alors valait mieux le faire dans les règles de l’art, et ne pas se faire mal. Car étonnement, les règles des sports que je pratiquais étaient les seuls que je respectais scrupuleusement. J’ai donc commencé l’escrime, sur le tapis de mon salon, avec un professeur particulier qui ne savait pas ou se mettre, et qui avait du mal à comprendre pourquoi une fille voulait s’adonner à un tel sport - si aujourd’hui il savait que le fleuret féminin venait d’entrer aux jeux olympiques... D’ailleurs le premier jour de cours, il s’est avancé vers Théophile, avant que je lui donne un coup de poing dans le genoux pour lui rappeler que c’était moi l’élève, pas mon frère. Le coup de poing est ce qui à incité mes parents à me donner des cours de boxe par la suite. Non que ça soit particulièrement dangereux, mais s’ils supportaient la boue, ils vivaient assez mal les bleus et oeil au beurre noir. Surtout qu’à cette époque les garçons de l’école commençait déjà à ne pas me comprendre et à venir m’ennuyer - une fille ne pouvait pas leur faire d’ombre - et que j’ai commencer à me battre avec eux, plutôt que de me battre amicalement avec ma soeur, et mon frère de temps en temps. Je devais avoir sept ans, lorsqu’ils ont jugés que la boxe m’aiderait peut être à canaliser mon énergie. Car là était tout le dilemme de mon enfance. Comment parvenir à la calmer...



Qu'on lui coupe la tête !


Je n’ai pas aimé Paris. Je n’ai pas particulièrement aimé les Parisiens. Je n’aimais de Paris que ses lieux étranges et détestable de la population qui m’entourait. J’étais regardé comme un démon possédé qui n’arrêtait pas de bouger, gesticuler, se battre, et mal parler. J’étais hyperactif et personne ne voulait réellement comprendre ce que c’était. Je ne me suis jamais acclimaté à Paris. Paris ne m’a jamais accepté. Pas comme elle a accepté Théophile. Théophile poisson dans les eaux troubles de la capitale française. Théophile poisson dans toutes les eaux de toute façon. Mais ce n’était pas un problème. Nous ne sommes pas resté. 1912 est arrivé, comme arrive les ans, les uns après les autres, suivant une certaine logique. Je ne pouvais pas dire que j’attendais 1912. J’attendais mes quatorze ans avec un manque d’intérêt total, en ayant la certitude que de toute façon ça ne changerait rien. Et en soit mes quatorze ans n’ont rien changé. C’est simplement l’année 1912 qui a tout fait basculé. On entendait déjà les Balkans grondés, que bien plus au Nord la situation dérapait. L’envie de liberté et d’indépendance des Irlandais explosait contre l’Angleterre et ma mère fit la chose la plus géniale et la plus stupide de toute notre vie. Déménager en Irlande. Je n’aurais jamais compris quel avait été ses véritables motivations, peut être n’avais-je jamais réellement écouté ce que l’on me disait. Je me souviens simplement des disputes qui avait été engagé avec mon père. Les seuls disputent que je leur avais jamais connu d’ailleurs. Rentrer dans un pays qui était en guerre civile, il fallait être complètement fou. Je crois que personne, mise à part mon père, n’a fait attention à se détail là. Nous étions juste rentré. Nous avions rencontré nos grands parents pour la première fois, et nos cousins, et nous avions appartenue à un pays à la seconde ou nos têtes blondes avaient franchies la frontière. Je ne saurais dire ce que l’Irlande avait de plus que la France. Peut être une certaine conscience du monde qui l’entoure et du faite que le monde n’avait pas besoin de tourner tel qu’on lui disait de tourner. Le climat de révolution et au fur à mesure de guerre civile, apportait une température douce, ou l’on sentait plus la liberté, que tout sens du danger. Peut-être étions nous inconsciente, peut-être n’ai-je juste jamais regarder tout le mal qui en avait découlé. Mais dans un monde de violence, je rentrais parfaitement dans le moule. Prendre des cours de boxe, d’escrime ne semblait aberrant à personne. Et j’aurais pu me mêler gaiement à ce que j’appelais les réjouissances de la révolution, et me battre avec les autres pour ce qui me semblait juste, et demander l’indépendance d’un pays, et de ses habitants. Et c’était là que la perfection clochait. A quatorze ans, comme à quinze, à seize, à dix sept, il semblait inconsidéré à toute ma famille que je mette mon nez dans ses affaires. Je n’étais plus bout en train et dynamique, j’était capricieuse et  irréfléchie, immature et téméraire. Tout le monde s’y était mis, mon père d’abord qui criait de voir toutes ses filles à la maison si branchée révolution, et puis ma mère pourtant convaincue qu’elle avait sa place dans les combats, et puis ma soeur. Ma soeur ! Celle qui avait été de toutes mes batailles, de toutes mes croisades... Celle qui elle même s’était plongé dans ce que je désirais suivre plus que tout, en faisant comme si je ne m’en rendrais pas compte. Personne ne trouvait sain que je participes à ce qui me semblait juste. Et si longtemps ils usèrent de leur pouvoir d’adulte pour me garder à la maison, augmentant doucement ma frustration, ce n’était rien à leur vile tactique qu’ils employèrent pour me «protéger» alors que j’atteignis mes dix huit ans. Du jour au lendemain je fus mise dans un bâteau pour les Etats-Unis, mon ticket d’entrée à l’université en poche, les phrases habituelles sur l’honneur de la famille, l’honneur de l’Irlande que je n’avais pas eu le droit de défendre. Mais c’est une autre histoire. La seconde ombre de ce ciel ténébreux et joyeux Irlandais, était l’absence de Théophile qui brillait néanmoins dans ses lettres toujours plus présente à mon esprit.





Les hommes sont faux, ambitieux, vaniteux, égoïstes,
et le meilleur ne vaut pas le diable, c'est bien triste.


« Je ne nie pas que les femmes soient stupides ; Dieu Tout Puissant les fit l’égal des hommes.  »

Janvier 1916
Théo,

Je sais que tu dois être pas mal occupé avec tes cours et ton installation à New York. La ville est-elle belle? Je ne doutes guère que tu ne t’y plaises pas, tu as toujours su te faire un petit ni douillet n’importe ou, mais quoiqu’il en soit bonne chance quand même, et n’oublie pas ta petite soeur passage, tu sais que j’aime recevoir de tes nouvelles. Tu sais aussi que les parents t’on toujours considéré comme la réussite de la famille, et qu’il est clair que je n’ai souvent fait que compliquer les choses. Mais si tu avais le temps, j’aimerais que tu fasses quelques choses pour moi. Envoie une lettre à papa et à maman, et donne leur ton avis. Tu sais bien que je ne peux pas rester sans rien faire en Irlande. Tout semble toujours calme et parfait, mais il faudrait être idiot pour ne rien sentir venir, je sais que les parents et Andromaque me trouve un peu jeune, mais je sais vraiment ce que je fais, ou du moins ce que je veux. L’Irlande à le droit d’être un pays libre, et toute liberté qui n’est pas accordé par la bonne volonté humaine se doit d’être prise par la force. Les Britanniques sont venus chercher des soldats Irlandais pour la guerre. Devons-nous réellement laisser mourir nos hommes pour un pays qui n’est pas le notre ? Maman et Andromaque comprennent bien cela, je ne suis pas aveugle, peux-tu essayer d’intervenir auprès d’elles pour qu’elles me laissent venir. Avec le Royaume-Unis en guerre il ne faudrait probablement pas longtemps pour qu’il s capitulent et nous laisses en paix, j’en suis convaincue. Papa dit que c’est pour me protéger, mais tu sais bien que je n’en ai pas besoin, ils ont peut être des fusils, mais on ne tire pas sur une fille, et personne mieux que moi manie le fleuret et les poings. Je deviens époustoufflantes d’après mon professeur d’ailleurs, une futur championne si on me laisse concourir. Enfin, je suis désolé de ne t’écrire cette lettre simplement pour te demander un service, mais je sais que tu tournes tes phrases bien mieux que les miennes, et que s’il y a quelqu’un pour faire entendre raison aux parents, c’est surement toi.

Je t’embrasse, toute la famille aussi.
Tu nous manques.
Ruth.

Je ne pouvais pas dire que je n’avais pas vu venir un évènement comme la Pâques Sanglantes. Mais le fait est que je n’ai ni pu le sentir dans l’air et dans l’ambiance Irlandaise, ni réellement en entendre parler. Je savais bien que personne de ma famille avait pu participer à un tel évènement, notamment parce qu’il s’était déroulé à Dublin, et que nous en étions loin, mais entendre les choses exploser en Irlande me faisait regretter d’être partie. Je n’avais bien sûr pas eu le choix. Je crois que la lettre envoyer à Théophile eut l’effet inverse de ce que j’avais demandé. En lisant la réponse de Théophile ils avaient du comprendre que maintenant que j’avais dix huit ans, je n’en ferais surement qu’à ma tête... Après comment ont-il réussit à me faire intégrer NYU, directement pour le second semestre... C’est encore un mystère. Inutile de dire que je n’ai guère eu mon mot à dire lorsqu’ils m’ont jeté dans le bateau, me disant de faire quelque chose de bien... Quelque chose de bien... Vous aussi vous n’avez aucune idée de ce que ça peut être. J’étais quelqu’un de bien. Je n’étais même pas conne. J’étais simplement incapable de me fixer sur une chose à la fois, et j’avais toujours l’impression que j’allais tomber inanimée si je ne m’activait pas plus que la normal. Comment allais-je pouvoir faire des études supérieurs ? Le lycée m’avait déjà paru être un long calvaire que je n’aurais pas réussit sans l’aide d’Andromaque qui comblait mes défaillances de concentration. Mais étrangement tout ce passa presque pour le mieux. Si l’on oubliait mon habitude farouche à donner des coups à tout ceux qui venait m’ennuyer, et mon lunatisme. Après mes premiers six mois qui furent catastrophique sur le plan de mes études, NYU, me proposa de recommencer entièrement mon année, à mon rythme, en sport études. Je ne passerais chaque année que la moitié des cours nécessaire à mon passage dans l’année supérieur, et je pourrais utiliser le temps restant pour travailler mon escrime et la boxe. Le sport était toujours réellement la seule chose qui parvenait encore à me calmer à me maintenir dans un état relativement calme. Une fois installée dans la salle de sport, mon entraîneur me mettait systématiquement la musique à un volume moins que raisonnable, et je pouvais m’entraîner sans broncher jusqu’à tomber de fatigue. Heureusement Théophile était là pour me surveiller un peu, et pour apporter un peu de stabilité dans ma vie. Enfin pasteur, et marié, il m’amusait toujours autant. Je le trouvais légèrement changé, mais c’était surement la vie qui faisait ça. Il n’y avait rien que je ne puisses pas faire pour lui. Il le savait. J’étais solide. Je n’avais pas peur de grand chose, et j’avais surtout besoin de me divertir et de faire travailler mon cerveau sur autre chose que du droit, et du sport.


Je voudrais mourir par curiosité


Théophile n’avait jamais parlé le dialecte d’Irlande du Nord, il était un pasteur Irlandais, officiant à Chelsea, qui n’avait jamais mis un pied en Irlande. En soit ça ne devait pas posé de problème. Les enfants d’immigrant Irlandais était nombreux, et aussi Irlandais soit-ils, ils n’avaient jamais non plus mi de pied dans leur Irlande qu’il chérissait tant. L’Irlandais était un homme particulièrement fier et à part qu’il était difficile de comprendre. Quoiqu’il en soit, le fait est que Théophile soit un Irlandais si peu Irlandais sembla poser quelques problèmes. Généralement Théophile n’en parlait pas, et gérait les problèmes comme il pouvait. Mais aujourd’hui tout s’annonçait plutôt mal partit. Enfin jusqu’à ce que Lysandre entre dans le lieu de culte et surprit l’homme menaçant son frère. Son sang ne fit qu’un tour et elle s’imposa logiquement et durement. «Il y a un problème ? » demanda-t-elle sévèrement dans le dialecte qu’elle avait appris rapidement. L’homme la considéra avec un regard lubrique et dans un anglais parfait qu’il maîtrisait forcément malgré son accent demanda à Théophile. «C’est ta soeur ?». Lysandre grinça des dents, et répondit avant même que Théophile ne puisse ouvrir la bouche. «Oui je suis sa soeur, et si tu le touches je te brise le cou.» L’homme éclata de rire, un rire franc et généreux qu’il était impossible de contrôler. Théophile leva les yeux au ciel et soupira quand Lysandre regarda rageusement l’homme avant d’envoyer valser un premier coup de poing qui vint s’écraser sur le nez de l’homme. Elle enchaîna plusieurs coup et en trente seconde l’homme qui n’avait rien vu venir était à terre inconscient. «Lysandre t’es malade ? C’est pas un enfant de coeur.» gronda Théophile sans savoir s’il devait être amusé de la situation ou réellement terrifié du comportement presque suicidaire de sa soeur. «Et moi non plus. Il n’avait pas qu’à me sous-estimer» Théophile leva les yeux aux ciels, et essaya d’expliquer à Lysandre pendant l’heure qui suivit que ce qu’elle venait de faire était une connerie, posé dans un café. A la fin de la dernière goutte Lysandre finit par dire. «Bien j’irais le voir et je me ferais pardonner... Et je te ferais pardonner... Peut importe ce que tu as fait. Content ?» Théophile sourit faiblement, faisant semblant de contredire Lysandre pendant quelques minutes, avant d’accepter la protection de sa petite soeur.

Et c’était comme ça que tout avait commencé. Avec Théophile c’était comme ça que tout commençait. Toujours.

Baile riait fort. Baile était mysogine et machiste. Il caressa le menton de Lysandre. «Tiens toi droite.» lui tapa les fesses «hum ferme». Lysandre grinça des dents et envoya valser son point qui manqua sa cible, elle chercha plusieurs fois à le frapper, mais il semblait avoir appris à esquiver. Elle le fit néanmoins reculer jusqu’au fond de la salle et alors qu’il se cognait au mur qu’il n’avait pas vu venir, elle attrapa contre le mur l’une de ses épées et la pointa sur le cou de Baile. «Tu me touches encore je te transperce» Baile répondit par un rire. «Tu es fantastiques» Et il semblait le penser. Lysandre se calma vaguement et finit par l’écouter. Les différents plans foireux, les futurs cibles. Pantin discret qu’elle était pour la mafia, tout ça pour qu’ils pardonnent à Théophile un je ne sais quoi dont elle faisait genre de se foutre éperdument. Lysandre grimaça. «Tu sais que je ne tue pas !» Baile leva les yeux en l’air. «Tu menaces de me tuer à chaque fois qu’on se voit... Fait un effort.» Lysandre sourit et éclata de rire doucement. «Toi c’est différent, tu me dégoutes.» et elle le pensait. C’était surement la phrase qu’elle avait le plus dit en sa compagnie. Mais elle revenait toujours, inlassablement. Pour Théophile disait-elle. Et elle bronchait de moins en moins, sans raison apparente. Pourtant l’idée de faire partie de la mafia n’avait jamais paru juste à Lysandre. Mais les faits étaient là. Et pour Théophile elle continuait, sans jamais posé de question, pourtant sans jamais manquer d’ouvrir sa gueule quand ça n’allait pas.



« Trois espèces d'hommes n'entendent rien aux femmes : les jeunes, les vieux et ceux d'entre les deux.  »


Les sportives font peur aux hommes. On a beau être la gloire de leur pays, les emmener peut être plus loin que ne saurait le faire les hommes, les sportives font peur aux hommes. Les moins misogynes d’entre eux ont peur de ne plus savoir nous maîtriser, de ne pas avoir d’ascendance sur nous. Encore une fois ils ne comprennent rien, comme si l’ascendance était ce qu’il fallait chercher. Les plus malades et mauvais d’entre eux ne nous craigne pas et continue de nous surestimer, nous voit comme un objet un peu plus brillant, un animal à dompter. Je ne sais pas encore lesquels des deux espèces sont les plus pitoyables. Les premiers ont raisons, si ce n’est que leur peur est ridicule. Les seconds sont stupides et ont fait naître toutes les révolutions.
Je ne comprends pas les frivoles. Comment peuvent-elles penser que la liberté de la femme puisse passer par la liberté sexuelle ? La liberté sexuelle vient après, en tout dernier, lorsque tout le reste est gagné. On ne peut pas venir faire un pieds de nez à l’homme, en lui disant «regarde nous, nous sommes ton égal parce que nous avons coucher avec autant d’hommes que toi de femmes..» Les séductrices ne valent pas mieux que les séducteurs, ce n’est pas en rendant objet les fabricants d’objet, que nous objets de base en pleine révolution nous seront moins objet.
La femme est libre depuis longtemps, autant que l’homme, c’est une chose acquise, ce n’est plus une chose à débattre. Cessez donc de réclamer une liberté que vous ne savez prendre. C’est vos droits et vos devoirs que vous devez discuter. Pas nos devoirs devant la lois, souvent ils sont similaires à ceux des hommes, et s’ils ne le sont pas, nous changerons cela. Mais ce sont nos devoirs devant la tradition qui sont ridicules et obsolètes. Une femme doit s’occuper de ses enfants, doit faire la cuisine, chanter la berceuse avant que l’enfant s’endorme, faire le ménage, repasser les chemises de monsieur, lui laver ses sous-vêtements...
Qu’on se le dise, je n’ai rien contre les hommes. Certain sont de très agréable compagnie. Leurs techniques de séduction me font rire, et me laisse de marbre. Leur maladresse machiste est adorable. Leur corps est très avantageusement bien équilibré, et à me battre contre eux je n’évites pas les fantasmes. Mais la force de la femme réside dans sa tête, et à savoir tirer profits des frustrations. Le principal défaut des hommes est la femme, ou plutôt comment il la voit. Le jour ou un homme me regardera dans les yeux, et non dans ma poitrine. le jour ou un homme me laissera rentrer en première dans le bâtiment plutôt que de me tenir la porte. Le jour ou un homme me regardera comme une femme amoureuse regarde un homme... La peut être, je dirais que je les apprécie vraiment. En attendant je leur colle des bleus, les contraints à la douche froide ou aux maisons closes, et je les fais sentir misérable. Parce que c’est ce qu’ils essayent de nous faire croire depuis des années. Que nous sommes misérable.
Mais à son époque j’aurais surement détrôner d’Artagnan, et je n’ai rien à envier à personne. Mes défauts son masculin. Dernière preuve, que l’homme, la femme, il y a peu de différence.  




Dernière édition par Lysandre A-R. Pardaillant le Dim 29 Sep - 11:12, édité 9 fois
avatar
MODO secretary charming girl.
Missives : 712 Points : 52
Avatar : Phoebe Tonkin. Crédit : gentle heart + tumblr + silber sky.
Statut : Célibataire.
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 20:35

Bienvenue sur ATJ. heart
Je te souhaite bon courage pour ta fiche de présentation et si tu as la moindre question, n'hésite surtout pas : les boîtes mps de l'équipe administrative sont ouvertes. bril
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t103-sue-la-vie-de-facon-hitchcockienne#728
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : NarglesQueen / @AccioNargles / Lisa
Missives : 1004 Points : 256
Avatar : Rooney Mara Crédit : EVERDEEN. (avatar), NarglesQueen (crackship)
Âge : 24 ans.
Statut : Veuve depuis six ans.
Occupation : Actrice à Broadway, prof de français à ses heures perdues et ancienne prostituée.
Gramophone : Cosmic Love, Florence + The Machine.
Doubles-comptes : Nope.
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 20:40

Je ne t'aime pas, t'es moche et Léa et ton personnage sont affreux.

...

licorne :dancenavet:.

_________________

⊹new york, new york

 
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t247-louise-follow-me-down
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 20:47

T'as craqué vite finalement hein ? mdr! T'es belle ma chieuse, très belle héhéh 
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 20:48

Léa Seydoux. my god RE-BIENVENUE LICORNE EN CHOCOLAT ! (quoi faut que j'en fasses des tonnes pour me rattraper du coup greeny) Bon courage pour ta fiche. bril Je vais me répéter, mais je suis déçue, même pas eu à te convaincre de céder, tu es faible. héhéh (mais je vais pas en rajouter après ma bourde de peur de me faire afficher en fin de compte greeny)

_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind


Dernière édition par S. Maija Pavlov le Lun 23 Sep - 21:40, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 20:48

Bienvenue sur atj, mam'zelle ! Bon courage pour ta fiche !
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : strawbale/Sarah
Missives : 442 Points : 98
Avatar : Michael Fassbender Crédit : JAN (avatar)
Âge : 32 ans
Statut : Veuf, c'est ce qui arrive quand on règle son compte à sa chère et tendre. Désormais entre Charles et Apo il va falloir choisir sur quel pieds danser.



Occupation : Ancien membre de la mafia. Gérant d'un restaurant où je t'assure que tu ne veux pas aller et du bar clandestin dans son sous sol où tu rêves de pouvoir poser ton derrière fortuné.
Gramophone : Arctic Monkeys - Do I wanna know
Doubles-comptes : Littlefiger is a woman
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 21:13

You little... naaan
C'est mal ce que tu fais, tu le sais ça ? help
Mais sinon ben tu sais que j'aime hein héhé
Je sais que t'as hâte que ta grande soeur adorée soit là (a)
En attendant Arik il t'aime bien licorne
REBIENVENUE darling et bon courage pour cette fiche excited

_________________

    Le vin est semblable à l'homme : on ne saura jamais jusqu'à quel point on peut l'estimer et le mépriser, l'aimer et le haïr, ni de combien d'actions sublimes ou de forfaits monstrueux il est capable.♘  .ReedNight
     
    Remember
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 21:25

REBIENVENUE. bril Bon courage pour terminer ta fiche donc ! (Et ne fais pas de Lysandre - omg ce prénom - quelqu'un qui se travestit trop, hein (a))

_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 21:26

Re-bienvenue léchouille 
& gosh Léa j'adhère au choix excited 
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 21:27

SUE, MAYAMIA, NANCY, vous êtes adorable. licorne 

LOUISE nah loser help pièce fucking :lovenavet: 

CHARLIE C'ta faute va ! Tes yeux doux, là et tout et tout. regard en coin M'enfin c'est toi qui va en baver maintenant. héhé 

ARIK Oui je le sais ! Mais comme c'est mal, c'est jouissif. hinhin Oui MA GRANDE SOEUUUUR graou tu craqueras vite, tu verras. rmgreen

EVE J'tenvoie un mp por vérifier un truc. (a) 

ROX Elle est belle hein (a) danse 
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 21:30

Léaaaaa ! Trop rarement vue sur les forums, je ne peux que saluer ton choix d'avatar bril 
Bisous dans ton oreille, bienvenue et bon courage pour ta fiche :navet: 
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 21:31

Je l'ai jamais vue sur un forum je crois. Mais elle me faisait de l'oeil, et elle est splendide. bril 

Merci. héhé 
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : / Cécile
Missives : 257 Points : 122
Avatar : Rosie Tupper Crédit : Sugar Slaughter
Âge : 21 ans
Statut : Célibataire opportuniste, prête à tout pour gravir les échelons. Un peu plus attachée au russe qui lui sert de patron qu'elle n'aimerait le reconnaître.
Occupation : Officiellement : Cigarette-Girl au B-Flat. / Officieusement : Responsable des alcools au B-Flat, Brasseuse et Productrice du seul alcool de qualité que l'on peut trouver dans la région. L'alcool, c'est un art.
Gramophone : London Grammar - Strong
Doubles-comptes : /
I dont care if you love me. I dont care if you hate me. But darlings, you should all, fear me.
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 22:10

On va encore se faire envahir par une famille de fous  de licornes roll 

Bref. Tu as craqué. On est tous fier de toi bril

Ca va être un personnage parfait, comme d'habitude t'sais :lovenavet: 

Re-Bienvenue, Bonne chance pour ta fiche p'tit papillon licorne

_________________


« vivre fait mourir. Soyons des licornes »


(c) Myuu.BANG!


licorne
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t220-apollonie-la-biere-est-la-preuve-que-dieu-nous-aime-et-veut-que-nous-soyons-heureux#3550
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 22:16

LES PARDAILLANT C'EST LES PLUS MIEUX !!! bril 

J'espère bien qu'il sera parfait. héhé 
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : NarglesQueen / @AccioNargles / Lisa
Missives : 1004 Points : 256
Avatar : Rooney Mara Crédit : EVERDEEN. (avatar), NarglesQueen (crackship)
Âge : 24 ans.
Statut : Veuve depuis six ans.
Occupation : Actrice à Broadway, prof de français à ses heures perdues et ancienne prostituée.
Gramophone : Cosmic Love, Florence + The Machine.
Doubles-comptes : Nope.
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Lun 23 Sep - 23:16

N'oublie pas les Delancastre pour autant toi :killernavet: boude

_________________

⊹new york, new york

 
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t247-louise-follow-me-down
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Mar 24 Sep - 19:20

Comment pourrais-je ? bril 
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Pondy* + Pauline
Missives : 204 Points : 26
Avatar : AntoniaThomas Crédit : Applestorm
Âge : vingt-quatre ans.
Occupation : Bonne + Chanteuse dans un bar clandestin.
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Mer 25 Sep - 10:06

Bienvenuuuuue :) Hâte de découvrir ton persoonnage ;)

_________________
 ABBY WILSON
My soul is painted like the wings of butterflies,
Fairy tales of yesterday, will grow but never die,
I can fly, my friends!
© ZIGGY STARDUST.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Ven 27 Sep - 19:22

Merci beaucoup !!! respect (H) 
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Dim 29 Sep - 11:07

Citation :
A la fin de l’envoi je touche.
Cyrano. bril Ton poème est très beau en tous cas.
Citation :
des téléviseurs cassés
La télévision n'existait pas à l'époque, et elle n'a pas existé avant un bout de temps, donc il faudrait que tu supprimes. ;)
Sinon, superbe histoire. bril J'aime beaucoup ce que tu as fait de Lysandre, et je dois avouer que l'escrime est un sport qui convient tout à fait au caractère que tu lui dépeins. Bref, je te valide ! Attention à pas mal de fautes d'accord, notamment sur les participes passés, qui peuvent gâcher une si belle histoire ! heart

_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Dim 29 Sep - 11:07

félicitations !
validation

Tu viens d'être validé(e), félicitations ! Mais il te reste des choses à faire ! En effet, n'oublie pas de remplir tous les champs de ton profil (ou du moins le maximum), ainsi que le gif. Il est impératif que tu recenses ton avatar dans le bottin prévu à cet effet dans ce sujet. De même, il te faudra ouvrir une fiche de liens et rps, pour ce faire, rendez-vous ici. Construire des liens entre ton personnage et ceux d'autres membres constitue une étape primordiale pour t'intégrer au forum. Si les codes ne sont pas ton fort, tu trouveras dans ce même sujet une fiche prête à être utilisée. Tu peux également obtenir un rang, trouver un logement, ou si ce n'est pas déjà fait une profession originale à ton personnage. Il est conseillé de surveiller régulièrement les annonces, de ce côté afin de suivre les intrigues et évènements en cours et de participer pleinement à la vie du forum. Tu fais d'ailleurs partie d'un groupe, pour en savoir plus c'est . N'hésite pas à faire un tour dans le flood ou à venir papoter avec nous sur la chatbox, on est là pour se faire plaisir avant tout ! Et n'oublie pas de rp, bien entendu. Allez, file donc danser le Charleston !



_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Missives : 1180 Points : 369
Avatar : James Mc Avoy Crédit : © Blondie
Âge : Une petite trentaine il pense.. Mais rien est vraiment sûr.
Statut : Il est persuadé qu'il a été marié, mais personne n'est venu le réclamer, il se considère donc comme célibataire, d'autant plus qu'il se souvient pas de sa femme.
Occupation : Gère une maison close glauque - ouvreur au théâtre
Gramophone : Je bois et puis je danse - Aline
Doubles-comptes : blonde hyperactive et violente pour vous servir.
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   Dim 29 Sep - 11:10

Ah voui effectivement (c'est avoir vu des images vidéo de la première guerre mondial qui m'a induit en erreur... Mais effectivement on pouvait déjà filmer, mais pas encore retransmettre le tout sur des téléviseur. youhou Je change ça.
J'essayerais de repasser un coup sur la fiche. respect 

_________________
WITHOUT MEMORY
MY LOVE IS GONE
Can anybody help ? Save me from my own failure ? Give me hope, give time, give me souvenir ? I'm a rack, a nothing, a lost soul. I'm dumb without you.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière   

 

Lysandre + Bienheureux les fêlés, car il laisse passer la lumière

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All That Jazz :: 
CHARACTERS MANAGEMENT
 :: presentations :: validated
-