Partagez | .
 

 (beth) + save me from the dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 19:21

Beth Helen Allen
wake me up inside. Call my name and save me from the dark.

NOM : Son nom de jeune fille était Hendry, elle a ensuite pris son premier nom marital :O'Malley. Elle se remaria, suite à la mort de son premier mari prenant le nom de son second époux : Allen
DATE DE LIEU DE NAISSANCE : Elle est née un quatre juillet, dans la ville de Newark.
ÂGE : Elle est âgée de trente-cinq ans.
EMPLOI OU OCCUPATIONS : C'est une femme au foyer. Elle sait organiser des dîners et des cotillons avec brio, elle sait recevoir les gens avec amabilité. Elle occupe la plupart de ses journée en jouant de la harpe, en peignant et à faire de la couture afin de tuer ses longues journées.
SITUATION FAMILIALE : Elle est veuve et mère en premier lieu. Cependant, elle a perdu son mari à la guerre et sa fille a été emportée par la maladie. Elle est à présent remariée et belle-mère de deux 'enfants'.
SITUATION AMOUREUSE : Bien que mariée, Beth déteste profondément son mari qui lui en fait voir des vertes et des pas mûres. Elle a alors commencé une relation interdite avec son beau-fils, Charlie et même si elle refuse de l'admettre, elle en tombe peu à peu amoureuse.
GROUPE : Gospel.
I. introduction

Cher journal,
Une nouvelle journée débute, en enfer. Hier soir, Harold est encore rentré à la maison en empestant l'alcool. Quand j'ai senti son souffle dans mon cou, j'ai su que je n'aurais pas le choix. Encore une fois. C'est souvent à ce moment là, quand il comprime mon corps contre le sien dans une démarche brutale, et sauvage, que je repense à ma vie d'avant. Je repense à Mason, à Abby qui m'avaient laissé seule sur cette planète. Jamais, il ne remarque les larmes qui roulent sur mes joues, en même temps, je sais qu'il n'a aucun sentiment sauf pour lui-même. Son argent, sa réputation, le contrôle, le pouvoir, sont les seules choses qui lui importent ici bas. Même ses enfants, ils ne sont rien pour lui. Comme moi, je ne suis qu'un simple objet qui orne sa vie. Quand il a fini, je me sens sale et déchirée de l'intérieur. Mon âme est brisée en mille morceaux qui ne se recolleront jamais. Je sors souvent de cette chambre qui m'étouffe pour me réfugier dans la bibliothèque. Et alors, que mes larmes ne cessent de couler, je pense à Emma et Charlie. Emma, une jeune fille tellement douce, qui me fait penser à mon Abigail. Charlie, c'est autre chose. Je ne sais pas comment décrire le besoin irrépressible de l'avoir prés de moi. Ses bras autour de moi, ses lèvres contre ma peau, ses mots tendres, rien à voir avec son père. Je me sens comme une jeune fille et je sais à quel point, c'est mal, mais je n'arrive pas à y mettre fin.


Beth.




II. Beth

Elle est passionnée, tout ce qu'elle entreprends, c'est pour se donner à cent pour cent. Une fois partie, on ne l'arrête plus. (+)  Elle est assez sociable et n'est pas du genre à éviter la foule. Elle est joviale, ce qui donne envie au personne de l'approcher car elle parait accessible. Cependant, n'espérait pas a voir sa confiance vous être accordée en quelques secondes, se serait de l'utopie. Et oui, elle reste tout de même méfiante et n'accorde pas sa confiance à n'importe qui. (+) Généreuse, elle serait capable de donner sa chemise pour le bonheur des autres et elle déborde de conseils. Pourtant, elle ne les applique pas à sa vie. C'est l'un de ses défauts, elle aide les autres, leur donne des conseils, mais elle n'est pas capable de redresser le gouvernail de sa vie ! (+) Même lorsqu'elle vit une situation difficile, qu'elle souffre, elle intériorise et ne dit rien. Elle garde ses peines et ses souffrances pour elle, pour ne pas heurter les autres. C'est pour cela qu'elle n'est pas spécialement franche, ce qui en fait un véritable défaut. Pourtant, lorsque tout sort c'est un véritable carnage, il vaudrait mieux pour vous de débarrassez le plancher.  (+) Elle déteste son dos, il est marqué de cicatrice. Marque du châtiment corporel donné par son père alors qu'elle était tombée enceinte à  16 ans. (+) Douce et fragile, elle paraît souvent effacée lorsque son mari est dans les parages mais avec Charlie elle laisse tomber les masques. (+) Détruite de par la perte de son premier mari et de sa fille, elle n'en parle jamais. (+) Elle est réfléchie, et n'agit jamais à la va-vite (+) Elle est sensible, et à souvent du mal à contenir ses émotions. (+) Elle culpabilise souvent, et sans vraiment de motif. (+)
Ladies ans gentlemen, nous avons aujourd'hui le plaisir d'accueillir Beth Allen ! Bonjour et bienvenue sur la radio AT&T's. Nous avons préparé quelques questions pour vous. Premièrement, tout le monde aimerait savoir ce que vous pensez des bars clandestins et du jazz, ne vous inquiétez pas, ça ne sortira pas d'ici !
« J'adore le jazz, cette musique qui nous entraîne et qui nous fait tout oublier. Mais pour ce qui est des bars clandestins, je ne peux pas en juger, car j'évite d'y entrer pour ne pas croiser mon mari, j'aurais bien trop peur des représailles. »
Oh, je vois... Ainsi, votre avis concernant la Prohibition...
« Depuis toujours, je n'ai jamais aimé l'alcool, encore plus aujourd'hui. Cela rends les hommes brutaux et méchants, alors, la prohibition... Je trouve que c'est plutôt une bonne chose. »
Oh ! Dans ce cas, buvez-vous de l'alcool ?
« Non, ou alors, que très rarement. Quand on m'y force. »
Personne ne vous juge, ne vous inquiétez pas. Et, dites-nous, New York, en un mot, c'est quoi pour vous ?
« C'est la ville où tout peut être permis, celle du renouveau. Une ville immense qui vaut la peine d'être explorée. Sauf que là, je m'y sens comme prisonnière, clouée au sol. »
Comme je vous comprends ! Pourriez-vous donc nous donner votre point de vue sur l'époque que nous vivons ?
« C'est la fin de la guerre, c'est comme une époque de délivrance, si je puis dire. C'est effervescence dans la rue, on entends de la musique dans chaque coin de rue, les sourires aux coins des lèvres des gens apparaissent de plus en plus. C'est une belle époque. »
Et bien, je vous remercie pour cette interview plus que constructive, et vous souhaite un excellent moment à New York !
derrière l'écran

PSEUDO ET/OU PRÉNOM : Laura
ÂGE : Vingt et un ans, bientôt vingt-deux heart
DÉCOUVERTE DU FORUM ET AVIS SUR CELUI-CI : Sur bazzart, je tourne dessus depuis la réouverture.
PRÉSENCE : 7/7j, après ça dépends de mon planning.
CONNAISSANCE ET AVIS SUR LES 1920's : Je ne suis pas très niveau connaissance des 20's, mais le peu que je connais me séduit totalement, les années folles et tout ça ... Le rêve !
TA CHANSON FAVORITE : Ca dépends des jours, ou de mon humeur, en ce moment, c'est Battle of kings de Audiomachine.
AVATAR : Diane Kruger
CODE DU RÈGLEMENT : validé par Maija.
PERSONNAGE INVENTÉ, SCÉNARIO : le magnifique scénario de Charlie heart
JE SOUHAITE PARTICIPER AU SYSTÈME DE RP D’INTÉGRATION : oui
UN DERNIER MOT : je vous aimes déjà danse 




Dernière édition par Beth H. Allen le Dim 22 Sep - 20:16, édité 21 fois
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 19:21

histoire
Save me from the nothing I’ve become


history



« Jake, j’ai besoin de te parler », chuchotais-je, au jeune homme qui me faisait face. Il me considéra pendant quelques secondes avant de me suivre à l’écart. Cet homme là, je l’aimais. Du haut des mes seize ans, j’étais persuadé qu’il était l’homme de ma vie. Je lui avais tout donné, ma confiance, mon cœur et mon corps.   « Qu’est-ce que tu veux Beth ? Je bosse là. », me dit-il en plantant ses yeux dans les miens avec un mine revêche. Il ne ressemblait pas à celui qu’il était, enjôleur et souriant, pendant ces derniers mois. « C’est important, Jake. Je … je suis enceinte. », lâchais-je, précipitamment. Son visage se décomposa lentement, me toisant avec fureur. J’avais honte, mais là, je me ratatinais sur place. J’avais l’impression d’être un élément indésirable dans sa vie, alors qu’il m’avait répété encore et encore, qu’il m’aimait. Je me rendais compte à présent que tout cela n’avait été qu’un jeu pour lui. Je baissais les yeux sur le sol. « Que veux-tu que cela me fasse, Beth ? Débrouilles-toi, seule. Nous ne sommes pas mariés et qui me dit que tu n’as pas été voir ailleurs ? », me questionna t-il. Les larmes me vinrent aux yeux. J’étais dévastée, et alors que son regard me foudroyait, je trouvais le courage de le gifler avant de fuir en courant. Je fuyais chez le médecin de la ville, ne sachant pas où aller. La salle d’attente était bondée, je pris place sur un fauteuil libre, la tête basse. J’attendis des heures durant, le soleil baissa de plus en plus. Et alors, qu’il sortit un énième fois, j’étais maintenant la seule à être présente. Il m’invita à entrer d’un geste de la main. « J’imagine que vous lui avez annoncé. », me dit-il, une fois la porte refermée derrière lui.  Je hochais la tête. « Qu’est ce que je peux faire ? Ma famille va m’en vouloir, je suis enceinte et même pas mariée ! J’ai fichu ma vie en l’air, docteur. », me lamentais-je, en sanglotant pas la même occasion. Il me regarda avec un regard tendre, et il me conseilla d’aller en parler avec ma famille au plus vite. Je ressortais du cabinet avec la boule au ventre. Elle se fit encore plus ample, lorsque je franchissais le seuil de la demeure familiale. « Beth, viens ici ! », hurla le patriarche, et un frisson de peur remonta le long de ma colonne vertébrale. Je m’avançais lentement dans le salon, la famille était au grand complet et mon père me fixait, le regard mauvais. « Le père de Jake Owthorne vient de sortir d’ici, il vient de m’annoncer que tu avais été voir son fils pour lui dire que tu étais enceinte de lui. Est-ce que c’est vrai ? », m’interrogea t-il sévèrement. « Oui, père. », je ne pouvais pas lui mentir, il le verrait. Je vis du dégoût dans ses yeux, de la tristesse dans ceux de mère. « Il dit aussi qu’il n’a  jamais pêché avec toi, Beth. », continua t-il, et je me mis à pleurer. Cet homme n’était qu’un lâche, incapable d’assumer son acte ! « C’est un mensonge, il est le seul avec qui ... », et je ne pus finir car mon père se mettait déjà à beugler que j’avais jeter le déshonneur sur la famille. Il sortit aussi la ceinture, malgré les cris horrifiés de ma mère. Quelques instants plus tard, j’étais à genoux, les doigts serrant le rebord de la table en bois. Les larmes striant mes joues, pendant que la ceinture lacérait ma chair. Sans savoir comment, je réussis à me mettre debout à la fin du supplice. Je filais ensuite chez le médecin, malgré la nuit noire. Je vis l’horreur sur ses traits après avoir panser mes plaies. Moi, je caressais la forme ronde en bas de mon ventre, les joues mouillées. « Beth, je sais que vous n’êtes pas en état, mais je voulais savoir, si vous seriez prête à m’épouser ? », me demanda t-il et je le dévisageais avec stupeur. Il devait approcher de la trentaine et moi, j’avais seize ans, j’étais enceinte.   « Pourquoi vous enchaînez à moi ? Je suis un fardeau, je suis enceinte et jeune, vous serez au centre de tous les ragots. », expliquais-je. Il eut un sourire, le même qu’il avait eu plus tôt dans la journée, et il me caressa la joue. « Cela me regarde. », déclara t-il. Je finis par accepter sa proposition, et nous ne tardions pas à déménager à New York.


« En vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous déclare mari et femme », déclara le prêtre. J’eus un sourire et me tournais vers Mason. Ses lèvres se posèrent sur les miennes, légères comme un papillon et une main sur mon ventre arrondi. Nous avions fini par nous installer rapidement à New York, et Mason se fit connaître, et apprécier rapidement dans le quartier. L’urgence du mariage commençait à se faire sentir, au fur et à mesure que mon ventre s’arrondissait. Certes, je ne l’aimais pas d’un amour passionné, mais je ressentais un grand attachement, ainsi que de la tendresse à son égard. Il m’avait pris sous son aile, et acceptait plus que bien l’enfant à venir. C’était un homme bon et généreux, je ne pouvais rêver mieux dans mon malheur. Huit mois de ma grossesse avait déjà filé à une vitesse impressionnante. Il voyait souvent à quel point ma famille et mes repères me manquaient, malgré ce qu’ils m’avaient fait subir. « Écris-leur une lettre pour leur donner des nouvelles et vois ce que cela donne. », me conseilla t-il, et je lui adressais un sourire. Je me levais lentement, attardant ma main sur son épaule et me dirigeais vers le petit bureau en bois. Une fois assise, je commençais à rédiger ma missive.
Chers tous,
Je fais le premier pas vers vous, en vous donnant de mes nouvelles. Je ne sais pas si cela vous importe, mais je le fais quand même. Je suis à New York avec Mason O’Malley. Nous nous sommes mariés dans une petite chapelle dans l’intimité. C’était un très beau mariage, mais je dois avouer que vous m’avez manqué. J’ai toujours pensé que je me marierais avec vous à mes côtés. Mason est vraiment formidable, il me traite avec respect et tendresse, acceptant le bébé avec joie. Par ailleurs, ma grossesse se passe assez bien, malgré quelques nausées matinales. D’ici, un mois, le bébé devrait être parmi nous, je dois avouer que je suis impatiente.
Si vous souhaitez me rendre une visite, ou répondre à cette lettre, je vous laisse notre adresse.
Mr & Ms O’Malley
19, West 4th Street
Greenwich Village
New York

Je vous embrasses tendrement,
Beth.

Alors que je mettais un point final à l’adresse sur mon enveloppe, une violente douleur s’empara de mon bas-ventre. Je grimaçais, crispant ma main sur mon ventre et poussais un cri qui alerta Mason. « Qu’est-ce qui se passe, Beth ? C’est le bébé ? », m’interrogea t-il, les sourcils froncés. Les lèvres pincées, je hochais la tête. Je savais pas ce qu’il m’arrivait, on ne m’avait jamais parler de ce qu’il m’arriverait lors de l’accouchement. Mon stress se décupla. « Ce n’est pas possible, il me reste un mois à faire, Mason. », lâchais-je, le souffle court. Je sentis ses mains se passer sous mes genoux et autour de ma taille. Mon corps entra alors en contact avec le matelas de notre lit. « Souffle, Beth. Je vais chercher de l’aide. », me conseilla Mason, et je le regardais s’éloigner. La douleur dans le bas de mon ventre me figea. Cela faisait déjà plus d'une heure, que des contractions m'assaillaient. Je caressais mon ventre espérant que la douleur se calmerait, mais rien n'y fit. Assise sur mon lit, je ne savais pas si j'avais la force de me lever. « MASON ! », criais-je. Ce dernier ne se fit pas attendre et il ne tarda pas à débouler en trombe dans notre chambre. Au même instant, je perdais les eaux, je n'eus même pas besoin de lui dire quoi de ce soit. A ses côtés se tenaient notre voisine, Mason se rapprocha de moi, me chuchotant des paroles rassurantes. Pendant tout l'accouchement, je ne pus m'empêcher de pleurer, malgré l'aide de mon mari et de ma voisine, toujours présent, pensant à ma famille. Eux n'allaient pas connaître cet enfant. « Félicitation, c'est une petite fille. », me dit ma voisine en tenant ce petit être dans ses bras. Mason l'enveloppa dans une serviette, pour ensuite le poser sur ma poitrine. Comme tous les parents le disent sûrement … c'était le plus beau bébé du monde. « Bonjour Abigail … », chuchotais-je en caressant sa petite main. Elle agrippa mes doigts, et une joie incommensurable se répandit en moi. Aussitôt que Mason avait posé ses yeux sur elle, il l’avait accepter comme sa propre fille, c’était un véritable bonheur ! Malgré mon jeune âge, j’arrivais à endosser mon rôle de mère ainsi que le regard des autres sur notre couple. Treize ans passèrent sans nouvelles de ma famille, mis à part quelques invitations pour de mariage de mes cousins. Toutes ces années passèrent sans accrochage, jusqu’à ce que Mason soit convoqué au front. A l’annonce de la nouvelle, j’avais fondu en larme. La guerre me terrifiait et j’avais bien trop peur qu’il y laisse la vie. « Beth. Je t’écrirais, je te donnerais des nouvelles aussi souvent que possible. Tout ira bien, Abby sera avec toi. », chuchota t-il à mon oreille. J’étais dans ses bras, et je fermais les yeux, pour essayer d’oublier l’horreur qui emplissait mes veines. « Je ne veux pas que tu meures, Mason. », soupirais-je et il y répondit en me serrant un peu plus fort. Une semaine plus tard, nous l’accompagnions Abby et moi, à la gare. « Au revoir, papa. », dit Abby en le serrant très fort dans ses bras. « Reviens moi. », lui chuchotais-je, en déposant un baiser sur ses lèvres. Il monta à bord, et le train ne tarda pas à partir. Et alors, qu’il disparaissait avec la fumée du train, je retenais mes larmes pour paraître forte aux yeux de ma fille.


« Madame O’Malley ? Je suis le commandant Bennett … », commença un inconnu sur le pas de ma porte. Mon cerveau ne mit qu’une seconde pour comprendre. Je portais une main sur ma bouche. « Non. Non, non, non, non … », sanglotais-je. L’homme me regarda piteusement, en me donnant les effets personnels de mon mari. J’étais seule à présent, je n’avais plus qu’Abby. Tout ce que je redoutais été arrivé. Il m’avait promis dans chacune de ses lettres qu’il reviendrait pour moi et notre fille, mais il m’avait laissé sur le bord de la route. Jamais je n’avais pensé devenir veuve, et je dus prendre en charge toute l’organisation de l’enterrement. Abby était aussi secouée que moi, et me le montrait chaque jour, alors que je tentais de masquer ma peine en m’occupant de tout. Le jour de l’enterrement, tellement de personnes étaient présentes. Je ne lâchais pas la main de ma fille, pendant que tout ces gens venaient nous présenter leur condoléance. Je gardais la tête haute, et tentait de sourire lorsqu’on me rappelait des souvenirs sur Mason. La journée fut extrêmement longue, et alors que tout le monde avait enfin quitter notre maison, je montais pour dire bonne nuit à Abby. « Maman, tu sais tu as le droit de pleurer, je comprendrais. », dit-elle, et j’eus un sourire douloureux avant de déposer un baiser sur son front. « Je sais bien, mais si je commence, je ne pourrais plus m’arrêter, ma puce », répondis-je, et elle enroula ses bras autour de ma nuque pour me prendre dans ses bras. Le destin ne tarda pas à frapper fatalement à ma porte, une nouvelle fois, à mon plus grand malheur. « Ma puce, tu es brulante ! », m’exclamais-je en touchant le front d’Abby. Un an plus tard, Abigail tombait malade, je regrettais encore plus la présence de mon époux. « Ce n’es rien maman. », toussa t-elle, et j’aperçus le sang qui recouvrit sa main. La panique s’empara de moi, je courus chercher le médecin le plus proche. Quelques jours plus tard, la tuberculose avait emporté ma fille et ma vie. J’avais tout perdu, comme si les dieux m’avaient puni pour toutes les erreurs que j’avais commise. Je restais terrée chez moi, pendant des semaines entières, repliées en position fœtale en repensant à ce qui m’avait été arraché. 


J’étais assise sur un fauteuil en face du bureau de mon oncle, l’attendant. Depuis la perte de Mason et d’Abby, j’avais ressenti un besoin pressant de me rapprocher du reste de ma famille. Mon oncle en faisait parti, de plus, il habitait à New York. Il avait une vie mondaine, ce qui me permettait de m’occuper. La porte s’ouvrit, et laissa place à ce dernier et un autre homme. Je me levais, un sourire aux lèvres. « Mr. Allen ? Voici ma nièce, Beth. », déclara mon oncle, avec un signe de la main. Ce certain Mr. Allen me tendit la main et me gratifia d’un regard pénétrant et déplaisant. Je fis bonne figure alors qu’il me déposai un baisemain. « Enchanté, Beth », déclara t-il. Six mois plus tard, nous nous marions. Le jour de nos noces fut le jour où je signais ma descente au enfer. Il faisait nuit maintenant. Par la fenêtre ouverte, je pouvais observer les domestiques qui quittait la cour. Je finis par poser la tête sur mes genoux et fermai les yeux de fatigue. Mes joues étaient en feu, mais le vent nocturne rafraîchit ma peau. Ce fut en tremblant de froid que je rejoignis finalement le lit à tâtons. Il était trop mou pour être confortable, et j’eus l’impression d’y sombrer. Une obscurité encore plus grande se posa sur moi et transforma en ombre les objets de la chambre. Anxieuse, je prêtais l’oreille, sursautai à chaque bruit et attendis. Naturellement, je savais ce qui se passait lors de la nuit de noces entre mari et femme. J’avais déjà connu cela avec deux hommes, Jake, le père d’Abby qui s’était montré impatient et indélicat puis, il y avait Mason, enfin après qu’Abby soit née. Mason, lui, s’était montré doux et attentionné. Ma mère m’avait toujours répété que cette union pour un châtiment que Dieu avait imposé aux femmes. Je l’avais cru quand Jake avait pris possession de mon corps, mais Mason s’était montré patient et doux. Ce fut le silence qui me fit sursauter. Je m’étais laissé emporter par l’épuisement des jours passés, mais maintenant j’étais bien réveillée. Les pigeons s’étaient tus. « Mason », chuchotai-je, et tout en prononçant son nom que je sus que je me trompais. La nostalgie de mon premier époux me noua l’estomac. Mais c’était naturellement Harold qui montait l’escalier. Au clair de lune, sa silhouette se détachait sur la fenêtre. Il passa sa chemise par-dessus sa tête. Je me remontai la couverture jusqu’à mon menton. J’espérais qu’il serait trop soûl pour me toucher. Mais aussitôt après il eut un froissement d’étoffe, un souffle d’air passa sous la couverture, puis sa main se posa sur ma hanche. La frayeur me coupa le souffle et je croisai les bras sur ma poitrine pour tenter de me protéger. La main d’Harold retroussa ma chemise de nuit. Je sentis soudain sa peau chaude contre ma peau froide. Une jambe contre la mienne, le poids de Harold me fit suffoquer et m’écrasa les bras que j’avais gardés serrés sur ma poitrine, mais en cet instant j’aurais préféré mourir plutôt qu’abandonner mon bouclier. C’était déjà bien assez d’avoir honte et d’avoir peur. Bien assez d’être désemparée et de sentir mon cœur s’arrêter de battre de frayeur. Mais ce n’était pas là le pire. Ma mère avait raison : c’était un châtiment. Douloureux. Même quand Harold se fut détourné de moi, et qu’il s’endormit, j’en sentis encore la brûlure. Je ravalai mes larmes et me glissai le plus prés possible du bord du lit.


« Beth, arrêtes de te comporter comme plus bête que tu ne l’es ! Tu sais très bien à quel point ce mariage doit être orchestré ! Il y a trop longtemps que je le laisse faire ce qu’il veut ! » , hurla Harold, en marchant de long en large dans la bibliothèque. Je détestais quand il se mettait en colère, surtout lorsqu’il s’en prenait à moi alors que je lui avais à peine adresser la parole. Si il n’y avait pas Charlie, ou Emma, je me serais enfermée dans un mutisme sans nom. Ma vie est ennuyeuse aux côtés d’Harold Allen, je n’avais rien d’autre à faire que de tenir la maison, organiser des fêtes ou alors, éviter de le contrarier à la moindre de mes paroles. Le sujet épineux qui moment était le mariage que voulait arrangé Harold pour son fils, Charlie. C’était dans l’ordre des choses, dira t-on, mais dés que le sujet était abordé, mon cœur se serrait de manière compulsive. Pourquoi ? Simplement, parce que j’ai une relation interdite avec mon beau-fils. Dis ainsi, c’est un peu ignoble et je passe sans doute pour la méchante. Mais Charlie était le seul qui arrivait à me montrer les attraits de la vie. « J’accompagne Emma chez sa tante Rose, je reviens pour le dîner. » , finis t-il, avant de quitter la pièce sans un regard supplémentaire. C’est avec précipitation que je me dirigeais vers les étagères pour m’emparer d’un livre. Peu importe lequel, tant qu’il arrivait à faire taire mes larmes. De chagrin, et de douleur. J’étais déjà prête pour ce dîner de malheur, et ce n’est que quelques minutes après le départ d’Harold que la porte s’ouvrit à nouveau sur un autre membre de la famille. Je ne bougeais pas d’un iota, continuant ma lecture. « Quand je te vois ainsi, je me dis que les anges sont vraiment sur terre. » , lâcha Charlie, et je me stoppais dans mon activité. Je posais un marque-page dans mon livre, avant de lever les yeux vers lui. Je devais avoir les joues humides à force de laisser couler mes larmes. Je ne lui laissais pas le temps de réagir. Je me levais pour me diriger vers la fenêtre. Je vis la voiture d’Harold, l’emmenant lui et Emma chez la tante Rose. « Tu arrives avec un sourire. Je me demande comment. », répondis-je, presque en colère. Il allait lier sa vie à une autre femme, comment pouvait-il arriver ici en me complimentant et en souriant ? «Tu crois que ton père va te laisser le choix ? Que vous le vouliez ou non, les fiançailles se feront. », continuais-je sur le même ton, même si je le sentais s’approcher de moi. « Non arrête. Tu ne comprends pas ce que ça veut dire ? Il est temps d’arrêter. Ce soir, tu vas t’engager auprès d’une jeune femme, si tu restes dans l’ombre à mes côtés, ça voudra dire que tu ne vaux pas mieux que lui. Et je refuse que tu deviennes son reflet. », soufflais-je, en croisant les bras sur ma poitrine. Les mots me déchiraient la gorge au fur et à mesure qu’ils franchissaient mes lèvres, mais je devais les dire. Il était hors de question que Charlie devienne le même homme que son père, il était hors de question qu’il trompe sa femme avec moi. Je sentis son corps contre mon dos, son visage dans mon cou, et je sentais mes défenses tomber peu à peu. Il avait toujours cet effet sur moi. Il était le baume sur mon cœur meurtri et quoi que je pouvais bien dire sur mes actes avec lui, je pouvais bien me voiler la face sur mes sentiments, j’avais vraiment besoin de lui. « Inspire lentement, puis expire. » , et je fermais les yeux quelques instants, le bruit de nos respirations se répercutant sur les murs de la bibliothèque. « Ça ne va rien changer. » , dit-il, en me tournant vers lui, essuyant les larmes qui subsistaient sur mes joues, m’embrassant par la même occasion. Une sensation de bien-être m’envahit, comme cela avait toujours été ma place, dans ses bras. « Fiançailles ou pas, ça ne changera pas ce qu’il y a entre nous, je sais que je serais sûrement un salaud, mais je ne m’éloignerai ni de toi ni d’Emma. Si tu veux qu’on arrête de coucher ensemble pour se donner bonne conscience, on le fera, mais tu sais comme moi que ça ne m’empêchera pas de te prendre dans mes bras et de te regarder avec admiration. Ça ne changera rien Beth. » , continua t-il, m'ôtant les mots de la bouche. Je ne pouvais rien dire de plus, je ne trouvais rien à dire. Je me nichais alors au creux de ses bras, quelques instants plus tard, la musique se mit en route et je me laissais porter par l’instant, évitant de penser au dîner qui n’allait pas tarder à se dérouler.



Spoiler:
 




Dernière édition par Beth H. Allen le Dim 6 Oct - 14:34, édité 37 fois
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 19:23

BIENVENUE officiellement alors, et excellent choix. bril Bon courage pour ta fiche, et n'hésite pas si tu as des questions !

_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 19:29

Bienvenue parmi les navets ! :dancenavet: Je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fiche. Ce scénario est tellement parfait, j'ai hâte de voir ce que tu vas en faire. bril N'hésite pas si tu as des questions ou besoin de renseignements !

_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 19:39

Une belle créature, comment y résister excited Merci de tenter Beth, je suis contente qu'il te plaise autant excited si tu as besoin, je suis là en rp autant qu'il faut !

Et puis :

Spoiler:
 
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 20:05

Merci à vous tous, vous êtes des amours heart youhou excited danse 
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Fiordiligi / Elise
Missives : 132 Points : 27
Avatar : Alicia Vikander Crédit : (c) Saopflaws
Âge : 26 ans
Statut : Tristement célibataire. La femme qu'elle aimait étant morte et le fiancé paravent également...
Occupation : Papillon de nuit ; journaliste de mode à ses heures perdues ; chroniqueuse radio sur son temps trop libre
Gramophone : What I wouldn't do - A Fine Frenzy
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 22:08

Quel excellentissime choix de scénario ! J'ai vraiment hâte de voir ce que tu vas faire de Beth bril
Du coup bienvenue belle dame, et au plaisir de vous croiser héhéh 

_________________

Don't forget to smile
“I guess we all have reasons to be happy.”
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 22:26

Merci beaucoup charmante demoiselle heart
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 23:42

J'aime tellement le début de ta fiche **
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : NarglesQueen / @AccioNargles / Lisa
Missives : 1004 Points : 256
Avatar : Rooney Mara Crédit : EVERDEEN. (avatar), NarglesQueen (crackship)
Âge : 24 ans.
Statut : Veuve depuis six ans.
Occupation : Actrice à Broadway, prof de français à ses heures perdues et ancienne prostituée.
Gramophone : Cosmic Love, Florence + The Machine.
Doubles-comptes : Nope.
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 23:57

Bienvenue, excellent choix de scénario excited.

_________________

⊹new york, new york

 
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t247-louise-follow-me-down
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Sam 21 Sep - 23:57


Miiiiinou a écrit:
J'aime tellement le début de ta fiche **
Moi aussi, moi aussi ♥
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Pondy* + Pauline
Missives : 204 Points : 26
Avatar : AntoniaThomas Crédit : Applestorm
Âge : vingt-quatre ans.
Occupation : Bonne + Chanteuse dans un bar clandestin.
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 0:34

Bienvenuuuue :3

_________________
 ABBY WILSON
My soul is painted like the wings of butterflies,
Fairy tales of yesterday, will grow but never die,
I can fly, my friends!
© ZIGGY STARDUST.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Missives : 1180 Points : 369
Avatar : James Mc Avoy Crédit : © Blondie
Âge : Une petite trentaine il pense.. Mais rien est vraiment sûr.
Statut : Il est persuadé qu'il a été marié, mais personne n'est venu le réclamer, il se considère donc comme célibataire, d'autant plus qu'il se souvient pas de sa femme.
Occupation : Gère une maison close glauque - ouvreur au théâtre
Gramophone : Je bois et puis je danse - Aline
Doubles-comptes : blonde hyperactive et violente pour vous servir.
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 1:06

Bienvenuuue !! très bon choix de scénario !!
Charclot en a de la chance ! héhé 

_________________
WITHOUT MEMORY
MY LOVE IS GONE
Can anybody help ? Save me from my own failure ? Give me hope, give time, give me souvenir ? I'm a rack, a nothing, a lost soul. I'm dumb without you.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 1:24

J'viens de voir le : miiiiinou a écrit de Pupuce, ça fait full virile xD
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 1:59

Bienvenue léchouille 
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 2:01

Oh une autre Beth ! Trop la classe ! (H) 
Bienvenue sur atj ! Bon courage pour ta fiche !
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 14:46

Merci à tous heart

Charlie B. Allen a écrit:
J'aime tellement le début de ta fiche **
Emma A. Allen a écrit:

Miiiiinou a écrit:
J'aime tellement le début de ta fiche **
Moi aussi, moi aussi ♥
Merci beaucoup à vous deux heart Je suis contente que ça vous plaise yeah 

Charlie B. Allen a écrit:
J'viens de voir le : miiiiinou a écrit de Pupuce, ça fait full virile xD
mdl C'est clair que ça ne fait pas très virile, mais très chippendale hinhin 
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 14:50

Ce sont nos petits surnoms à la con qui nous poursuivent de partout même en rp mdr!
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : / Cécile
Missives : 257 Points : 122
Avatar : Rosie Tupper Crédit : Sugar Slaughter
Âge : 21 ans
Statut : Célibataire opportuniste, prête à tout pour gravir les échelons. Un peu plus attachée au russe qui lui sert de patron qu'elle n'aimerait le reconnaître.
Occupation : Officiellement : Cigarette-Girl au B-Flat. / Officieusement : Responsable des alcools au B-Flat, Brasseuse et Productrice du seul alcool de qualité que l'on peut trouver dans la région. L'alcool, c'est un art.
Gramophone : London Grammar - Strong
Doubles-comptes : /
I dont care if you love me. I dont care if you hate me. But darlings, you should all, fear me.
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 15:10

Ca c'est du choix de scénario quoi bril (Nan, mais déjà Diane Kruger quoi my god )

Bienvenue et Bonne chance pour ta fiche licorne

_________________


« vivre fait mourir. Soyons des licornes »


(c) Myuu.BANG!


licorne
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t220-apollonie-la-biere-est-la-preuve-que-dieu-nous-aime-et-veut-que-nous-soyons-heureux#3550
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 15:13

Charlie B. Allen a écrit:
Ce sont nos petits surnoms à la con qui nous poursuivent de partout même en rp mdr!
mdl Je comprends, je comprends !

Apollonie O. Dufresne a écrit:
Ca c'est du choix de scénario quoi bril (Nan, mais déjà Diane Kruger quoi my god )

Bienvenue et Bonne chance pour ta fiche licorne
Merci mademoiselle, Rosie+le prénom fire 
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : strawbale/Sarah
Missives : 442 Points : 98
Avatar : Michael Fassbender Crédit : JAN (avatar)
Âge : 32 ans
Statut : Veuf, c'est ce qui arrive quand on règle son compte à sa chère et tendre. Désormais entre Charles et Apo il va falloir choisir sur quel pieds danser.



Occupation : Ancien membre de la mafia. Gérant d'un restaurant où je t'assure que tu ne veux pas aller et du bar clandestin dans son sous sol où tu rêves de pouvoir poser ton derrière fortuné.
Gramophone : Arctic Monkeys - Do I wanna know
Doubles-comptes : Littlefiger is a woman
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 16:11

Très bon choix de scénario et puis Diane quoi excited
BIENVENUE licorne
Bon courage pour ta fiche bril

_________________

    Le vin est semblable à l'homme : on ne saura jamais jusqu'à quel point on peut l'estimer et le mépriser, l'aimer et le haïr, ni de combien d'actions sublimes ou de forfaits monstrueux il est capable.♘  .ReedNight
     
    Remember
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 16:21

Merci beaucoup heart
FASSBENDER est trop bave 
avatar
MODO secretary charming girl.
Missives : 712 Points : 52
Avatar : Phoebe Tonkin. Crédit : gentle heart + tumblr + silber sky.
Statut : Célibataire.
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 20:58

Bienvenue sur ATJ. heart
Bon courage pour ta fiche ! red heart Si tu as la moindre question, n'hésite surtout pas, les boites mps de l'équipe administrative te sont ouvertes. bril
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t103-sue-la-vie-de-facon-hitchcockienne#728
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Dim 22 Sep - 21:55

Merci beaucoup heart
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   Lun 30 Sep - 20:19

Puis-je avoir un délai, s'il vous plait ? heart
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (beth) + save me from the dark   

 

(beth) + save me from the dark

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All That Jazz :: 
CHARACTERS MANAGEMENT
 :: presentations :: validated
-