Partagez | .
 

 Loulou & Roxee ★ « No one keeps a secret. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Loulou & Roxee ★ « No one keeps a secret. »   Dim 15 Sep - 23:35

Louise & Roxee
No one keeps a secret


Bienvenue dans le merveilleux sujet de Roxanne S. Tchaïkovski qui va avoir l'honneur d'avoir comme partenaire Louise V. Delancastre. Pour leur sujet, ils interdisent l'intervention d'un PNJ inoffensif qui pimenterait le rp et ils interdisent l'intervention de membres extérieurs qui passeraient par là. Ne sont-ce pas là des choix merveilleux ? L’histoire se déroule le 15 septembre 1924 à 14h18 alors que la météo est ensoleillée. À présent, il est temps de laisser la parole au créateur du sujet : Roxanne vient de découvrir la correspondance de Louise et de son admirateur secret et compte bien en savoir plus à ce sujet.


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Loulou & Roxee ★ « No one keeps a secret. »   Dim 15 Sep - 23:35

Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save better lock it, in your pocket taking this one to the grave! If I show you then I know you won't tell what I said. 'Cause two can keep a secret, if one of the m is dead…
Loulou & Roxee : No one keeps a secret. ♡
Vous avez des idées pour gâcher un jour aussi parfait qu’un jour de repos ? Non ? Eh bien il suffisait de demander à Roxanne, elle avait des idées pleins sa commode ! Attachant ses cheveux par le simple biais d’un foulard, la jeune femme avait entreprit un grand ménage de l’appartement, sa manie de l’ordre et du propre ne supportant plus la vision de saleté qui s’offrait à elle à chaque fois qu’elle posait les yeux sur un coin de l’habitation. Il fallait tout de même souligner le fait qu’elle n’avait pas les mêmes références que la plupart du gens, sur ce qu’elle considérait sale ou non, héritage – surement – de son éducation aristocratique et l’habitude du propre qui en découlait. Bien sûr le fait de confier cela à quelqu’un dont c’était le métier était parfaitement hors de question, surtout pour le fait que… Cela ne serait absolument pas fait comme ELLE le voudrait – tout d’abord – et puis elle avait quitté le monde de l’aristocratie, renié aussi d’ailleurs, ce n’était pas pour en accepter quelques à-côtés ! Pour finir le tableau, Louise n’était pas dans les parages, c’était le moment idéal ! Elle adorait sa colocataire, mais lorsqu’elle laissait libre cours à sa manie, mieux valait éviter de se trouver sur le chemin de son plumeau – elle mordrait presque – . Mais c’était un spectacle assez amusant de la voir s’agiter, se contorsionner dans tous les sens, grimper sur des chaises, tables, armoires, et jusque-là, il n’y avait aucun accident à déplorer, il faudrait rejouer la même scène dans une quarantaine d’année, cela devrait valoir son pesant de cacahuète !

Son périple se termina dans la chambre de Louise. L’avantage avec Roxee, c’est que certes elle était curieuse, mais jamais oh grand jamais elle irait prendre les vêtements des autres, ou fouiller dans les affaires d’autrui. Elle était bien trop défenderesse de l’aspect privé de certaines sphères et surtout elle ne supporterait pas qu’on lui retourne la faveur ! « не сделано чтобы другие, то что вы не хотите что вы делаете » - Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse – un adage que lui répétait sans cesse sa nourrice et qu’elle appliquait… Souvent… Parfois… Enfin cela dépendait avec qui et de la situation en fait ! Finissant le dernier coup de plumeau elle descendit du lit de la jeune femme, mais s’emmêla les pieds dans le drap provoquant une perte d’équilibre. Heureusement elle put compter sur le petit meuble de chevet à côté pour la rattraper avant que celui-ci ne finisse au sol Roxee dessus, et répandant son contenu à terre. La jeune femme se massa activement ses côtes endoloris par le contact rude avec le bois avant de se relever, et de redresser le petit meuble. Par chance elle ne voyait rien de cassé, et entreprit le rangement actif de ce bazar. Elle aurait pu tout mettre, refermer le tiroir et continuer sa journée, mais elle tomba sur des enveloppes, et un morceau de papier qui s’était échappé de son habitacle. Dépliant celui-ci avec délicatesse elle entreprit la lecture, portant la main à ses lèvres dans un léger rire. Une magnifique lettre.

Attrapant le tas des lettres qu’elle venait de trouver Roxanne eut tout de même quelques secondes d’hésitation, après tout, cela ne la regardait absolument pas… Mais une autre partie d’elle mourrait d’envie de savoir ce qu’il y avait après le léger passage qu’elle avait lu… Juste pour s’assurer qu’il n’y avait rien de malsain, ou qui sentait le traquenard à plein nez… Après tout Louise était sa meilleure amie non ? Elle s’inquiétait pour elle… Mais le combat intérieur n’eut le temps de se solder par une victoire de l’un ou de l’autre clan, entendant le cliquetis caractéristique de la porte d’entrée. Se mettant derrière le canapé, les lettres dans son dos, Roxanne accueillit Louise avec un magnifique sourire. « Bonjour ma douce… Votre matinée a t’elle était plaisante ? ». Rien que le ma douce éveillerait n’importe quel soupçon, surtout venant de Roxanne, cela sonnait très étrangement et surtout comme ayant quelque chose de sous-jacent… « J’espère qu’elle n’a pas été trop fatigante… Sinon je suis persuadée qu’un peu de lecture te ferait le plus grand bien, c’est étrange le pouvoir de la poésie, des vers se succèdant, sur le genre humain… ».



avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : NarglesQueen / @AccioNargles / Lisa
Missives : 1004 Points : 256
Avatar : Rooney Mara Crédit : EVERDEEN. (avatar), NarglesQueen (crackship)
Âge : 24 ans.
Statut : Veuve depuis six ans.
Occupation : Actrice à Broadway, prof de français à ses heures perdues et ancienne prostituée.
Gramophone : Cosmic Love, Florence + The Machine.
Doubles-comptes : Nope.
MessageSujet: Re: Loulou & Roxee ★ « No one keeps a secret. »   Mar 17 Sep - 21:03

Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save better lock it, in your pocket taking this one to the grave! If I show you then I know you won't tell what I said. 'Cause two can keep a secret, if one of the m is dead…
Loulou & Roxee : No one keeps a secret. ♡
Un frisson parcourut le corps frêle de Louise. L’air frais de septembre n’avait pas épargné la ville de New York, au plus grand désespoir de ses habitants qui s’étaient à peine accommodés de la chaleur estivale à la limite étouffante des deux mois précédents. C’était fou ce que le temps pouvait changer en quinze malheureux petits jours…  Remettant son châle sur les épaules, Louise arrêta une dernière fois son regard sur la scène vide du Palace Theatre. C’était drôle de voir à quel point une salle aussi vivante en soirée pouvait être autant désertée en plein jour. Enfin désertée… quelques fidèles travailleurs acharnés se refusaient de quitter les lieux, préférant préparer la salle au mieux pour le spectacle du soir, mais la magie des lieux n’était définitivement pas du tout la même chose sans la présence ensorcelante des artistes. Depuis qu’elle travaillait dans une des salles les plus importantes et prestigieuses de Broadway, Louise se sentait enfin considérée comme l’artiste qu’elle avait toujours rêvé de devenir, ce qui la motivait d’autant plus à s’améliorer à chacune de ses performances pour faire en sorte de continuer le plus longtemps possible à se produire sur scène. La belle savait que dans le milieu du spectacle tout tenait à un fil et si elle voulait vraiment se faire un nom dans le domaine, il ne suffisait pas d’une bonne performance pour lui assurer un avenir brillant rempli de succès.  Voilà pourquoi la jeune femme redoublait d’effort et se donnait presque autant que le soir à chacune des répétitions. Jouer, danser, chanter, laisser le projecteur l’aveugler, sentir tous les regards admirateurs braqués sur elle… Il n’y avait absolument rien d’autre qui pouvait plus l’épanouir que toutes ces sensations réunies que lui apportait la scène. Elle était faite pour ça, elle le savait, elle le prouverait.

Aux alentours de quatorze heures, la jeune Delancastre sortit enfin du théâtre, quelque peu fatiguée par la matinée intense qu’elle venait de passer. Broadway, c’était bien sympathique mais ça finirait par la tuer si elle se donnait autant à chaque fois qu’elle était sur scène, que ce soit devant un public ou non d’ailleurs… Ah mais qu’est-ce qu’elle ne ferait pas pour Broadway, dans l’idéal elle se voyait mourir sur scène à soixante ans passés – soit largement plus que l’espérance de vie moyenne de son temps –, à l’instar de Molière, grand dramaturge français qui avait tout son respect et admiration.  Enfin bon, avant de parler de sa façon de mourir, la belle comptait bien profiter de chaque seconde d’une vie qu’elle voulait encore longue et prospère, ce qui commençait dès maintenant par rentrer chez elle pour se reposer avant la représentation de la soirée. A cette heure-là de la journée, les rues étaient beaucoup moins fréquentées qu’à l’accoutumée ce qui permit à Louise de rejoindre la trame de métro la plus proche sans perdre une seule seconde. C’était fou, toute cette nouvelle technologie qui émergeait depuis une bonne vingtaine d’années la laissait à la fois perplexe et admirative. Les automobiles, le cinéma, le métropolitain, les motocyclettes, les avions… Ce n’était pas tant les inventions en elles-mêmes qui l’impressionnaient – quoique ça se discutait – mais c’était surtout la vitesse à laquelle toute cette nouvelle technologie se développait et se renouvelait ! Pour cause, quand elle était arrivée à New York, les lignes de métro comptaient sûrement moitié moins de stations et étaient largement moins fréquentées que maintenant ! A ce rythme-là toute la banlieue environnante serait bientôt desservie avec la moitié des newyorkais pour passagers, ça laissait rêveur ! Après une bonne demi-heure passée dans les souterrains de la ville à s’extasier sur le développement des transports en commun, Louise arriva enfin à destination, à savoir la station de métro qui la déposait au plus près de l’Upper East Side, lieu où se trouvait l’appartement qu’elle partageait maintenant depuis cinq ans avec Roxanne. Ah, Roxanne. Il y avait tellement de choses à dire sur la belle blonde que Louise ne serait par où commencer, mais une chose était sûre : la brune lui devait tout. Elle l’avait sauvée à une époque où son futur était plus qu’incertain et où son rêve de Broadway n’était plus qu’une douce plaisanterie. Sans elle, Louise serait sûrement en train de se prostituer dans la plus grande des contraintes, voire en train d’agoniser d’une quelconque maladie attrapée à cause du manque d’hygiène de vie qu’elle avait bien eu l’habitude de côtoyer pendant de longues années… Dire que maintenant elle habitait dans le quartier le plus chic et le plus huppé de la ville… autant dire qu’elle n’aurait jamais cru ça possible à cette époque-là de sa vie ! Et pourtant, elle ne rêvait pas, tout était bien réel et c’était grâce à cet ange-gardien tombé du ciel qui avait soudain pris l’apparence de cette belle russe à la générosité incomparable et qui lui permettait de vivre un rêve éveillé qu’elle s’était imaginée depuis sa plus tendre enfance. Oh, après évidemment Roxanne avait son petit caractère qu’il fallait réussir à apprivoiser mais entre elles deux, tout fonctionnait parfaitement bien et Louise n’avait absolument pas peur de dire qu’elle considérait la blonde comme la sœur qu’elle n’avait jamais eu.

Enfin chez elles, Louise balança ses affaires sur la chaise la plus proche avant de remarquer une forte odeur de…propre. Oh ça y est, elle recommence !, se dit intérieurement la jeune femme avant de partir à la recherche de sa meilleure amie et colocataire. Depuis qu’elles habitaient ensemble, Roxanne avait développé une forte passion pour le ménage. Non que ça déplaisait à Louise qui était ravie d’être privée de corvée de ménage (quoiqu’elle faisait vraiment de son mieux pour donner un coup de main à Roxee), c’était juste qu’après le passage de Rox-la-tornade, il lui fallait une bonne semaine avant de se réhabituer au nouvel emplacement de chaque objet qu’elle avait soigneusement pris la peine de déplacer pour son ménage ! « Roxaaaaanne ? », appela Louise dans l’espoir d’entendre une réponse de la part de son amie. Aucune réponse, tant pis. Tout compte fait elle était peut-être de sortie. Telle fut la conclusion à laquelle Louise était arrivée jusqu’à qu’elle aperçoive une chevelure blonde dans sa chambre. Qu’est-ce qu’elle faisait-là ? D’habitude lorsqu’elle faisait le ménage dans sa chambre elle n’y passait pas plus de deux minutes… «Bonjour ma douce… Votre matinée a t’elle était plaisante ?».WHAAAAAAAAAAAAT ? C’était quoi ce délire ? Depuis quand elle parlait dans un langage aussi formel ? Elle ne pouvait tout de même pas avoir lu les lettres de son mystérieux admirateur… A cette simple hypothèse, le cœur de la jeune femme fit un raté. Autant dire que si c’était le cas, elle pouvait signer son arrêt de mort tout de suite. «J’espère qu’elle n’a pas été trop fatigante… Sinon je suis persuadée qu’un peu de lecture te ferait le plus grand bien, c’est étrange le pouvoir de la poésie, des vers se succèdant, sur le genre humain… ». Bon, aucun doute possible, Roxanne avait lu ces lettres et elle se foutait ouvertement de sa tronche. « Rends-moi ce que tu caches derrière ton dos avant que je ne t’arrache la tête ! », balança-t-elle plus paniquée que menaçante avant de tenter de reprendre son calme. « Ne me dis pas que tu as lu ces lettres Roxanne, s’il te plait. », demanda-t-elle ensuite, le visage rougissant qu’elle vint cacher entre ses mains. Le sourire naissant qui vint s’étirer sur le visage de son amie fut la déclaration de guerre. « Je vais te tuer.»  
.




_________________

⊹new york, new york

 
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t247-louise-follow-me-down
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Loulou & Roxee ★ « No one keeps a secret. »   

 

Loulou & Roxee ★ « No one keeps a secret. »

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All That Jazz :: 
FUN ISN'T IT
 :: archives :: topics :: abandoned
-