Partagez | .
 

 (JUDITH&BARBARA) ding dong, c'est ta meilleure amie !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: (JUDITH&BARBARA) ding dong, c'est ta meilleure amie !   Sam 31 Aoû - 14:02

Judith & Barbara
ding dong, c'est ta meilleure amie!


Bienvenue dans le merveilleux sujet de Barbara Buchanan qui va avoir l'honneur d'avoir comme partenaire Judith Lefebvre. Pour leur sujet, ils autorisent l'intervention d'un PNJ inoffensif qui pimenterait le rp et ils interdisent l'intervention de membres extérieurs qui passeraient par là. Ne sont-ce pas là des choix merveilleux ? L’histoire se déroule le vendredi 30 août 1924 à 15 heures alors que la météo est magnifique. À présent, il est temps de laisser la parole au créateur du sujet : Barbara travaille tranquillement sur ses créations de jouets alors qu'une de ses meilleures amies, Judith, arrive à l'improviste pour se retrouver entre filles, sans oublier Hedda.


Invité
Invité
MessageSujet: Re: (JUDITH&BARBARA) ding dong, c'est ta meilleure amie !   Sam 31 Aoû - 14:30

« Mama! Maaaaaaaaa... maaaaaaaa? Mama, Mama, Mama » Je soupirais en relevant la tête de ma machine à coudre. J'arrêtais de pédaler pour stopper mon fil et je parlais assez fort pour que ma fille arrête de m'appeler, sa voix pleine de malice.

- Hedda, il est à peine quinze heures, tu n'as dormi que vingt minutes, Trésor...
- Maiiiiis heuuu. Maaaamaaa. Z'entends tu fais zouet.

Je soupirais en posant mes fils et mes tissus et me levais, allant dans la chambre de ma fille.

- Dis dooonc, ma chérie...

Je m'avançais pour la couvrir de bisous en lui chatouillant son petit ventre. La chambre de bébé ne tarda pas à se remplir d'un rire joyeux de bébé. Hedda finit par se redresser et s'accrocha à mon cou. Je souris et enfouit mon nez dans ses cheveux pour respirer son parfum que j'aimais tant.

- Tu es sûre ne plus vouloir dormir? Il est bien trop tôt pour le goûter, bébé... Et maman travaille encore.

Je la pris dans mes bras alors que Hedda restait tout contre moi, décidée à ne plus me lâcher. Ma fille adorait m'observer créer les jouets. Coudre les poupées, tresser la laine qui feront office de cheveux, sculpter le bois pour les jouets. Hedda était folle de mes créations ce qui était un peu ma fierté. Le problème était le même chaque vendredi après-midi. Je n'avais aucun cours à donner à Hunter College ce qui me permettait de me consacrer à mes jouets. Hedda ne voulait pas en louper une miette et refusait catégoriquement la sieste ce jour-là.

J'arrivais à nouveau dans mon atelier et assis Hedda à côté de moi, sur sa couverture où ses jouets préférés l'attendaient. Elle vint marcher jusqu'à ma chaise et posa sa tête sur mes genoux pour me faire un câlin. Je caressais ses cheveux et la regardais doucement.

- Tout va bien Hedda? Maman doit travailler, là... Me fais pas cette tête petite chipie, joue, allez...

Mais elle ne bougeait pas. Je soupirais et finis par céder en la prenant dans mes bras. Hedda avait une habitude lorsqu'elle voulait voir sa maman à l’œuvre, et c'était exactement ce qu'elle attendait. C'est ainsi que je l'assis contre le mur, bien au milieu du bureau derrière la machine à coudre. Je lui souris et me remis au travail. Mon enfant observait cela comme si c'était le spectacle du siècle avant que nos deux têtes pivotent vers la pièce principale après que la sonnette eut retentie. Je pris Hedda dans mes bras pour aller ouvrir alors que ma fille disait:

- Din' dong? diiiin doong.

Je ris et déposais un baiser sur son front alors que j'ouvrais la porte d'entrée. Hedda applaudit, et un grand sourire prit place sur mon visage en découvrant ma visite.

- Judiiiith. Quel plaisir de te voir... entre, entre!!!
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (JUDITH&BARBARA) ding dong, c'est ta meilleure amie !   Lun 2 Sep - 15:24



girlfriends & cie

« Oliver, moins vite. » Judith tira fermement sur la laisse pour empêcher son berger allemand de la devancer de plusieurs mètres. Il semblait surexcité d'une telle promenade d'autant plus qu'il était à longueur de journée dans la vaste cour de l'orphelinat à faire son travail de chien de garde. Pour l'occasion, la gouvernante avait revêtu des bottines dont les talons n'étaient pas trop hauts car elle savait déjà qu'elle allait se faire traîner la moitié de la balade. Elle adorait son chien mais ne parvenait pas toujours à canaliser son trop plein d'énergie. Sa présence dissuadait souvent les voleurs de bas étage qui avaient tendance à penser que l'établissement dédié aux enfants était une proie facile. Après tout, l'orphelinat était pourvu d'une quantité impressionnante de vivres et de confort pour faciliter le quotidien des pensionnaires. Néanmoins Oliver faisait un labeur très efficace tout en prenant ça pour un jeu. Judith avait eu l'intelligence de l'avoir éduqué en français ainsi elle seule avait les droits sur son obéissance. Alors qu'elle déambulait tranquillement dans les rues de New York, elle remarquait les regards dubitatifs posées sur elle et son animal. Même si on croyait que la société allait de l'avant et s'ouvrait à de nouvelles perspectives, les vieux idéaux sexistes demeuraient toujours pour la plupart. Ainsi voir une femme apprêtée avec un chien aussi impressionnant n'attisait que les haussements de sourcils et les sourires mesquins quand Oliver avait le malheur de tirer un peu sur sa laisse. Judith s'en moquait et gardait la tête haute alors qu'elle atteignait l'upper east side. C'était le quartier le plus riche de New York, là où vivaient paisiblement les grosses fortunes et les familles aisées. Ces rues était l'image d'un autre monde, d'une autre facette de la ville que bien des badauds ne connaîtraient jamais. Judith se rêvait parfois à pousser les portes de ces appartements de luxe, de ces boutiques dont, même avec un revenu décent, elle ne pourrait jamais être cliente. Ca avait parfois du bon de se marier avec un homme américain influent, il suffisait de jeter un regard vers les groupuscules d'amies trentenaires dont le seul souci semblait être celui de fournir encore plus la garde-robe. Judith était venue dans un but bien précis : celui de rendre visite à une de ses meilleures amies, Barbara. Elle faisait partie de ces rares personnes qui connaissaient sa réelle identité et qui n'avait pas succombé aux préjugés qu'on trouvait encore partout. Elle avait besoin d'insouciance, de fraîcheur et de compagnie et Barbara était une hôte parfaite pour ça. Elle continua sa route jusqu'à une rue un peu moins fréquentée. D'énormes pavillons luxueux se profilaient devant elle et si elle n'avait pas quitté le centre-ville il y a cinq minutes à peine, elle se serait crue dans les riches banlieues de New York. Oliver devenait plus méfiant comme à chaque fois qu'il mettait les pattes dans un lieu inconnu. Quelques chiens aboyaient à son passage mais lui restait parfaitement stoïque auprès de sa maîtresse. Avec un sourire aimable mais fier, elle saluait les inconnus qu'elle croisait jusqu'à parvenir à la maison de Barbara. Elle était parfaitement entretenue, d'une architecture datant de plusieurs décennies mais dans un état irréprochable. Malgré son veuvage, elle avait su concilier son métier de créatrice de jouets et son statut de femme d'intérieur. Elle lui donnait parfois l'impression de représenter la femme typiquement américaine à qui tout réussissait et qui savait manier pleins de situations de front avec classe. Après avoir ordonné à Oliver de s'asseoir ce qu'il exécuta immédiatement, elle frappa à la porte pour signaler sa présence. Elle ne savait pas à quoi vaquait Barbara à ce moment précis mais elle aimait cette sensation d'être toujours la bienvenue. Lorsque le visage de la blonde apparut dans l'encadrement de la porte, aussitôt toute pression s'envola. « Barbara ! » Elle passa le pas de la porte lorsqu'elle lui laissa la place. « Oliver te gêne ? » Elle n'avait peut-être pas d'animal de compagnie mais le berger était irréprochable avec les enfants, au pire il irait roupiller sous le soleil dans le jardin. « Comment vas-tu ? » Elle salua son amie d'une étreinte brève avant de passer son index sur la joue d'Hedda. « Et toi ma jolie ? Tu grandis de jour en jour c'est affolant. » Elle se tenait au milieu du hall et tint quand même à se justifier sur sa présence. « Je passais par là lors de ma promenade puis je me suis dit que ça faisait trop longtemps que nous nous étions pas parlé. » Elle était véritablement heureuse de passer du temps avec Barbara. A ses côtés, elle se sentait américaine et oubliait presque les démons qui l'empêchaient parfois de s'intégrer davantage à la communauté.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (JUDITH&BARBARA) ding dong, c'est ta meilleure amie !   

 

(JUDITH&BARBARA) ding dong, c'est ta meilleure amie !

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All That Jazz :: 
FUN ISN'T IT
 :: archives :: topics :: abandoned
-