Partagez | .
 

 Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Fiordiligi / Elise
Missives : 132 Points : 27
Avatar : Alicia Vikander Crédit : (c) Saopflaws
Âge : 26 ans
Statut : Tristement célibataire. La femme qu'elle aimait étant morte et le fiancé paravent également...
Occupation : Papillon de nuit ; journaliste de mode à ses heures perdues ; chroniqueuse radio sur son temps trop libre
Gramophone : What I wouldn't do - A Fine Frenzy
MessageSujet: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 18:37

June V. Wentworth
"La destinée est une femme capricieuse" (G. Sand)

NOM : June Victoria Wentworth.
DATE DE LIEU DE NAISSANCE : Née à Édimbourg le 12 avril 1898. .
ÂGE : 26 ans.
EMPLOI OU OCCUPATIONS : Derrière un quotidien dont on dirait que l'oisiveté est le maître mot, June mène cependant un semblant de vie professionnelle. Ou plutôt devrait-on dire que ses activités inutilement rémunérées sont le pendant de sa mondaine existence. De son goût pour les dernières tendances découle une place de journaliste pour Vanity Fair. Quand son amour pour théâtre, opéra et expositions l'ont fait se réincarner en une femme de radio, intervenant une fois par semaine sur les ondes lors d'une courte chronique consacrée à la vie culturelle new-yorkaise.
SITUATION FAMILIALE :Seule fille au milieu de trois frères, June a quitté le nid familial il y a cinq ans pour venir s'installer à New-York. Sa décision de partir ne rencontra d'ailleurs que peu de réticence, sa mère n'y voyant aucun problème et son père sachant pertinemment que la fille et l'épouse finiraient par avoir le dernier mot.
SITUATION AMOUREUSE : Désespérément célibataire. A vrai dire elle n'a même jamais entretenu de relation sérieuse. Des passades, tout au plus quelques aventures mais jamais rien de solide et durable.
GROUPE : Music Hall.
I. introduction

« Adieu ! tu vas faire un beau rêve »

L'attendait dans la salle de bain un délice d'eau laiteuse et troublée de parfums. Elle baillait derrière sa main alors que sa femme de chambre finissait de tresser ses cheveux pour ensuite les épingler en un chignon négligé. Une fois seule, June laissa alors son peignoir glisser sur le sol et se plongea dans ce bain dont la chaleur réconfortante la fit soupirer d'aise. Ces yeux se fermaient alors que sa tête reposait en arrière. La bouche entrouverte, elle ressemblait à une femme qui cherchait à masquer son plaisir alors qu'en réalité il s'agissait d'une vague de fatigue incontrôlable qui montait en elle.

« Et t'enivrer d'un plaisir dangereux ; »

Trop. Aujourd'hui encore l'excès l'avait rattrapé.

« Sur ton chemin l'étoile qui se lève »

Sans raison, un rire cristallin s'échappa soudain de ses lèvres pour aller se perdre dans les hauteurs de la pièce. Les fenêtres donnant sur une ville endormie depuis longtemps s'emplissaient peu à peu de buée. Son corps se faisait lourd, son esprit léger. Elle ne songeait plus à rien.
Sentant que le sommeil s'emparait dangereusement d'elle, June eut alors la lucidité de se hisser hors de l'eau pour finalement aller se glisser dans un lit parfaitement tiré.
Autour d'elle, des silhouettes dansantes qui lui remémoraient sa soirée semblaient s'éloignaient doucement quand le visage de cette femme se brouillait peu à peu. La réalité se transformait en songe.  Et enfin, l'agitation laissait place au repos.

« Longtemps encor éblouira tes yeux. »
(Adieu! Musset)


II. June

Britannique d'origine, elle est installée à New-York depuis  bientôt cinq ans. De sa terre natale elle garde cependant un accent assez prononcé ~ Tant présente aux soirées de cocktail qu'aux premières d'opéra, vernissages d'artistes d'avant-garde ou fêtes aux convives soigneusement triés : elle se considère elle-même comme un oiseau nocturne ~ Fantasque et exubérante, elle enchaîne les frasques sans jamais songer qu'elle se donne en spectacle. Elle en amuse certain, en choque d'autres mais ne se rend qu'à moitié compte des regards tournés vers elle. Et aussi inconsciente que pétillante, elle a une notion très vague des « conséquences » ~ D'apparence indépendante mais au fond fille à papa ~ Sa dernière trouvaille : le pantalon. Confortable et pratique, elle le porte occasionnellement et jure qu'un jour il se trouvera dans toutes les penderies ~ Cependant les robes de créateur restent le grand amour de sa vie ~ En parlant d'amour, il paraît qu'elle croit au prince charmant. Ou peut-être à la princesse ? ~ Possède un ara hyacinthe. Grand perroquet répondant au doux nom de « mezzo » et qu'elle a vaguement apprivoisé ~ Copine facilement avec l'alcool et vit en concubinage avec la cigarette ~ Outre la boisson avec laquelle elle s'entend -trop?- bien, June est très sociable et ne refuse jamais de serrer de nouvelles mains. Du moins tant qu'on ne lui demande pas de sortir de Manhattan ~ Mais à trop apprécier quiconque vêtu d'une costume bien coupé ou d'un tailleur chic,elle en devient facilement manipulable ~ En effet, les belles paroles ont chez elle beaucoup d'effet et c'est facilement qu'elle peut être entraînée dans des affaires louches. Mais toujours, son sens des responsabilités étant peu développé il est fort probable qu'elle ne se rende compte de rien ~ Particulièrement tête en l'air, elle oublie tout et n'importe quoi. Il lui arrive même régulièrement de ne pas penser à manger ~ Quoique toujours la première debout quand il s'agit de prendre du bon temps, elle fait souvent preuve d'une flemmardise légendaire lorsqu'il s'agit de se mettre à son bureau afin de faire au moins semblant de travailler ~ Accessoirement, elle adore les œufs brouillés. Mais c'est très accessoire...
Ladies ans gentlemen, nous avons aujourd'hui le plaisir d'accueillir June Wentworth ! Bonjour et bienvenue sur la radio AT&T's. Nous avons préparé quelques questions pour vous. Premièrement, tout le monde aimerait savoir ce que vous pensez des bars clandestins et du jazz, ne vous inquiétez pas, ça ne sortira pas d'ici !
« Je ne fréquente pas vraiment les bras clandestins... Ce n'est pas l'ambiance que je préfère, quoiqu'on puisse parfois y prendre du bon temps. Je ne les condamne donc en rien, après tout ils font partie de cette vie nocturne que j'affectionne. Concernant le jazz, cette musique qui inspire à la nouveauté me plaît ! Et si je ne tournerai jamais complètement le dos à ce bon vieux classique, j'adore en écouter. »
Oh, je vois... Ainsi, votre avis concernant la Prohibition...
« Une stupidité. Illégalité ou non, il y aura toujours du monde pour vendre et acheter de l'alcool.  »
Oh ! Dans ce cas, buvez-vous de l'alcool ?
« Un peu... Beaucoup... Assurément trop ?!  Soit, j'avoue que j'ai beaucoup de mal à me modérer. »
Personne ne vous juge, ne vous inquiétez pas. Et, dites-nous, New York, en un mot, c'est quoi pour vous ?
« Le divertissement. Ici tout semble être fait pour qu'on ne s'ennuie jamais. »
Comme je vous comprends ! Pourriez-vous donc nous donner votre point de vue sur l'époque que nous vivons ?
« Pour rien au monde je ne changerais de siècle ! »
Et bien, je vous remercie pour cette interview plus que constructive, et vous souhaite un excellent moment à New York !
derrière l'écran

PSEUDO ET/OU PRÉNOM : Fiordiligi, ou Li' pour les intimes pervers 
ÂGE : 18 ans.
DÉCOUVERTE DU FORUM ET AVIS SUR CELUI-CI : Via Bazzart. Et je dois dire qu'il est WAHOU ! Vraiment superbe ! Un grand bravo au staff bril 
PRÉSENCE : Environ 5j/7, mais je rp principalement le week-end.
CONNAISSANCE ET AVIS SUR LES 1920's : Je connais la période surtout d'un point de vue socio-culturel (études obligent xD). Mais je me lasse jamais d'apprendre et je suis toujours preneuse d'informations nouvelles mimi Sinon : c'est une époque juste pa-ssio-nante !
TA CHANSON FAVORITE : Awww, je suis iiiincapable de choisir xD
AVATAR : Alicia Vikander
CODE DU RÈGLEMENT : OK par Eve. heart
PERSONNAGE INVENTÉ, SCÉNARIO : Inventé
UN DERNIER MOT : ... Sushis ?




Dernière édition par June V. Wentworth le Sam 24 Aoû - 12:33, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Fiordiligi / Elise
Missives : 132 Points : 27
Avatar : Alicia Vikander Crédit : (c) Saopflaws
Âge : 26 ans
Statut : Tristement célibataire. La femme qu'elle aimait étant morte et le fiancé paravent également...
Occupation : Papillon de nuit ; journaliste de mode à ses heures perdues ; chroniqueuse radio sur son temps trop libre
Gramophone : What I wouldn't do - A Fine Frenzy
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 18:37

histoire
Conservatisme d'avant garde


histoire ou test rp

Dans la nuit de mercredi à jeudi.

La fumée odorante qui s'échappait lentement de sa bouche témoignait d'un repos de l'âme et d'une agréable paix des sens. L'odeur des cigarettes mêlée à celle des eaux de Cologne hors de prix et des effluves d'un champagne que le lendemain on prétendrait ne jamais avoir eu en sa possession emplissait les narines pour se glisser jusque dans les poumons et nous enivrer d'une sensation de bien-être.

Déambulant au milieu d'une foule colorée, au bras d'un homme auquel elle avait fait les yeux doux la soirée durant, June se nourrissait des bruits feutrés qui l'entouraient. Claquements de chaussures sur un parquet ciré, tintements de verres en cristal, rires étouffés et chastes soupirs qui faisaient les soirées qu'on disait de qualité.
Ce couple d'un soir s'arrêta alors à la hauteur d'un groupe dont celle qui monopolisait la parole leur avait fait signe d'approcher. Une trentenaire au charme certain mais qui n'avait jusque lors jamais gratifié June d'une parole. Elle ne connaissait que son visage, désormais elle se délectait de sa voix. Qu'il était séduisant ce son mélodieux, l'attaque suave de certaines syllabes, la manière de caresser la fin de ses phrase pour les laisser tomber dans un registre grave... Autour de cette femme qu'elle ne connaissait pas se dessinait un halo de mystère, une ombre discrète que pour rien au monde on aurait voulu balayer.  
En cette nuit dont la fraîcheur était lointaine cette inconnue était le plus beau diamant du luxueux écrin. Et longtemps encore June se délecta avec fascination de ses yeux gris qui eussent fait fondre les cœurs les plus réticents, de la muette dextérité de chacun de ses gestes, et de son sourire rieur qui laissait apparaître de petites perles blanches.

Emplie d'une douce quiétude June semblait ne rien voir d'autre qu'elle. Ne se souvenir de rien. Pas même qu'il lui fallait partir demain.

**********

Quelques heures plus tôt.

La plume de son stylo tapotait sur le papier pour venir y apposer de petites taches d'encre informes. Noires bavures sur une feuille dont la vive blancheur ressortait, accrocs sombres qui agrémentaient la douceur amère d'un manuscrit non entamé. Vierge de tout mot, ce qui était supposé se transformer en une lettre à l'intention de ses parents était  rempli de fines ratures témoignant d'un manque cruel d'inspiration. Incapable de se concentrer plus de quelques secondes, le regard de June s'égarait à présent sur l'immense perroquet qui la fixait intensément en retour. Dernier caprice, ce magnifique oiseau d'un bleu hypnotisant mettait en exergue son incapacité à résister à la moindre de ses pulsions. Alors que la jeune femme songeait qu'il lui faudrait parler de cette acquisition exotique à cette mère qui s'extasiait devant tout ce qui sortait de l'ordinaire, le cour de ses pensées fut interrompu par la sonnerie si caractéristique de ce téléphone flambant neuf. Objet tant divin que diabolique puisque doté de la capacité de nous réjouir à la perspective d'une agréable conversation, tout comme on le maudissait quand il balayait le nuage brumeux de nos profondes pensées.
Instantanément et loin de toute préoccupation philosophique concernant  le bien-fondé de la technologie, June sauta sur ses pieds et se précipita vers l'entrée de son appartement afin d'attraper le combiné.

- Ah, ma fille, s'exclama la voix masculine de son paternel.
- Papa ? S'il s'agissait assurément du timbre grave d'Henry Wentworth, June ne restait pas moins étonnée de l'entendre résonner.
- Comme tu ne réponds ni aux télégrammes ni aux lettres j'osais espérer que tu décrocherais au moins le téléphone, reprit la voix chaude et rassurante de ce père qu'elle adorait bien que le peu de nouvelles qu'elle lui donnait pouvaient parfois laisser à penser qu'il en était tout autre chose.
- Oui, soupira-t-elle d'une petite voix tout en fixant la lettre pas même entamée mais qu'elle s'était pourtant promis d'envoyer il y avait de cela plus de deux semaines. Je suis désolée...
- Cela ne fait rien, l'important est que tu ailles bien. Malheureusement je n'ai pas le temps de te parler longtemps. Cela n'était pas bien étonnant. Car Wentworth était un homme occupé entre la gestion de ses florissantes affaires et une vie mondaine orchestrée par son anticonformiste d'épouse. Un businessman ouvert d'esprit, quoiqu'issu d'une vieille famille, marié à une artiste qui nageait à contre-courant mais bien ancrée dans le milieu du luxe : ce couple avait longtemps fait parler de lui. Deux personnalités un brin fantasques quoique respectables qui avaient donné naissance à une fille toute à leur image. Petit brin de femme doté d'une extravagance difficilement égalable mais évoluant dans la sphère tapissée de fils d'or d'une société un jour londonienne, le lendemain parisienne et aujourd'hui new-yorkaise.
Alors qu'Henry s’apprêtait à demander quelques nouvelles supplémentaires, June entendit au loin la voix de sa mère qui s'élevait. Bien que la communication téléphonique fût grésillante, pour ne pas dire désagréable, elle aurait reconnu entre mille le ton si haut perché et tinté d'un accent purement écossais d'Eleanor.
- Tu as sans doute entendu, mais ta mère te rappelle qu'elle compte sur toi pour son vernissage de la semaine prochaine.
Un vernissage ? La semaine prochaine ? Rendez-vous de la bonne société londonienne, occasion de voir et d'être vue et surtout événement auquel sa photographe de mère tenait plus que tout... Mais qui était totalement sorti de l'esprit de sa new-yorkaise de fille.
- Mais je pensais que ce ne serait qu'en mai, s'écria la jeune femme qui n'avait absolument pas prévus de revenir sur le vieux continent. Beaucoup trop occupée aux États-Unis, elle n'avait ni le temps ni l'envie de se lancer dans une traversée de l'Atlantique, qui toute confortable et luxueuse qu'elle serait, l’ennuierait autant qu'elle lui ferait perdre un temps précieux. Entre sorties récurrentes et dépenses sans compter, sa vie mal rangée était beaucoup trop pleine pour qu'elle envisage d'aller se perdre dans les dédales d'un paquebot de croisière qui la mènerait tout droit vers sa Grande-Bretagne d'origine.
- Nous sommes en mai, ma June ! Et tu nous avais promis de venir. Ne me dit pas que tu as encore oublié.

Si. Bien sûr que si. Car à vivre sous la lune, dormir au soleil, badiner avec des boissons interdites et jouer aux entrechats avec les mondanités elle finissait par en oublier le sens des réalités. Si un coup de téléphone rapide ou un petit télégramme n'était pas là pour le lui rappeler, elle finissait facilement à enchaîner les verres d'alcool procuré illégalement à vingt, cent, ou mille lieues de l'endroit où elle était supposée être. Toute forme de responsabilité avait chez elle était troquée pour une inconsciente futilité. Bien au courant de se mouvoir dans un état d'éternels enfantillages mais incapable de se soustraire à ce qu'elle voyait comme une fatalité, June était résolue à ne se lancer dans aucune tentative de changement. Tout comme jamais elle ne se résoudrait à écraser sous son talon vernis sa bonne amie la cigarette, elle ne troquerait champagne et whisky pour rien au monde, en dépit de la prohibition et pas même pour les supplications d'un père qui avait depuis longtemps perdu tout espoir d'influencer les comportements de sa petite. Seule fille au milieu d'une fratrie de trois garçons, elle était trop précieuse pour qu'il prenne le risque de la contrarier.  

- Non. Bien sûr que non. Je... Je serai là, bredouilla-t-elle d'une voix dont le manque d'assurance était perceptible jusqu'en Angleterre. C'est juste que...
- Que tu voudrais que je m'arrange pour te trouver une cabine dans le bateau de demain matin et que j'appelle ta radio pour leur dire que tu ne seras pas là pendant deux semaines, coupa Henry qui se doutait bien que sa progéniture, en plus d'avoir de nouveau démontré son talent lorsqu'il s'agissait d'oublier une date, souhaiterait se ranger du côté de la facilité. Car après tout il avait toujours été là pour elle et, quoiqu'elle ait quitté le nid familial depuis maintenant près de cinq ans, il continuait à faire de son mieux pour lui éviter tout tracas matériel. Cela ne l'empêchait par ailleurs pas de s'inquiéter continuellement pour son irresponsable de fille. Mais car il la voulait heureuse il s'était résolu à ne pas l'enchaîner. Il n'était après tout pas de ces vieux conservateurs qui ne rêvaient de rien d'autre pour ses enfants que d'un beau mariage. Bien qu'ayant hérité d'une certaine rigueur liée tant à son milieu social qu'à sa patrie, lorsqu'il s'agissait de June il s'adoucissait considérablement et devenait un homme capable de passer n'importe quel caprice pourvu qu'il ait devant lui ces grands yeux suppliants.
- S'il te plaît.
- C'est entendu ! On se voit donc à Londres, s'exclama-t-il, absolument ravis à la perspective de pouvoir d'ici peu serrer son enfant dans ses bras. Drôle d'homme qu'était Henry Wentworth. Incapable de retenir une gamine qui la vingtaine entamée avait souhaité partir vivre à l'autre bout du monde. La laissant s'installer seule dans une ville qu'elle n'avait vu qu'une fois mais dont elle était tombée amoureuse, mais qui se rassurait en continuant à répondre au moindre de ses besoins. Père aimant qui, à défaut d'avoir su la garder auprès de lui, tentait de s'occuper d'elle à distance. Assurément lui n'était pas terre-à-terre lorsqu'il s'agissait de sa famille. Car il avait participé à modeler une jeune femme tant pimpante que charmante certes, mais détachée de toute valeur des choses. Habituée depuis toute petite à dépenser sans compter, June restait dans le chemin qu'elle s'était tracée en ne regardant jamais l'addition. Persuadée que l'argent ne faisait pas le bonheur -le genre de chose parfaitement stupide qu'on répétait pourvu qu'on ait un compte en banque bien rempli!-, elle s'achetait ce qui lui plaisait et distribuait des chèques à n'importe qui prétendant -souvent à tort- être le représentant d'une bonne cause. Aussi généreuse que naïve.
Mais le fond de l'histoire ne résidait pas dans son incapacité à percevoir les limites...

- Il faudra d'ailleurs que je te présente au fils des Lanfredi. Il est charmant et vient tout juste de rentrer de Rome.
- Papa ! Sa voix s’emplit d'une sonorité aiguë qui détonnait avec son ton ferme et accusateur. Une voix pleine de contradiction dont on pourrait alors dire qu'elle s'accordait avec sa personnalité. Avant-gardiste et écervelée tout autant qu'issue de vieilles lignées et soucieuse de ne pas complètement décevoir ses parents. Pour sûr, certains traits de caractère prenaient cependant le pas sur d'autres.
- Tu as raison ma fille, tu auras bien assez le temps de lui parler de vive voix.
Encore une fois, on en revenait indirectement à l'épineuse question du célibat de June. Depuis qu'elle avait l'âge de se marier, elle avait toujours catégoriquement refusé les propositions des jeunes hommes de bonnes familles, prétextant que celui-ci n'était pas assez beau quand la galanterie de celui-là restait à prouver. Excuses qui manquaient cruellement de fondements mais qui avaient pourtant le mérite d'être efficaces. Heureusement pour June, son père respectait encore son désir de ne pas se voir imposer ses choix, quoiqu'il espérait au fond qu'elle finirait par accepter qu'un homme respectable lui passe la bague au doigt. Il était cependant loin de se douter que derrière les quelques flirtes avec la gent masculines auxquels June se laissait aller, celle-ci avait une préférence marquée pour l'autre sexe. Mais cela ne se faisait pas. Cela ne se disait pas. Et si ici sa scandaleuse lubie de se laisser aller au saphisme n'était pas totalement inconnue -quoique par pudeur on se contentait de s'indigner en privé et on se gardait bien de l'évoquer en public-, il était hors de question que cela se sache outre-atlantique. Une Wentworth célibataire était déjà peu acceptable à Londres, la savoir atteinte d'un tel mal et jamais on ne l'aurait plus regardé dans les yeux. Il lui aurait fallu naître à Berlin... Car on disait qu'au milieu du conservatisme tant européen qu'américain, la capitale allemande faisait office d'une oasis en matière d'ouverture d'esprit. Mais au fond, se souciait-elle seulement de l'image qu'elle renvoyait ? Elle aurait voulu dire oui. Les faits tendraient à prouver le contraire. Non pas qu'elle cherchait à choquer, plutôt qu'inconsciemment elle ne pouvait s'empêchait de tromper bien longtemps son monde. Car dès qu'un peu d'alcool lui montait au nez elle se laissait aller. Car si elle ne faisait pas l'effort d'y prêter attention l'être prenait le pas sur le paraître. Peut-être était-ce au fond pour cela qu'elle avait quitté l'Europe... Car si elle se savait bien lotie au milieu de parents qui ne la forceraient jamais à rien, elle sentait bien qu'elle voulait goûter à une liberté qu'on ne lui accordait au fond qu'à moitié. En partant, June l'avait acquis tout en ayant la certitude que la distance empêcherait les blessures. Car ce que son père ignorait ne pourrait jamais lui faire mal.

- Il faut que je te laisse, conclut-il finalement, sans attendre de réponse qu'il supposait de toute manière négative. A la semaine prochaine.
- Embrasse maman pour moi !
- Je le ferai, et surtout rappelles-toi qu'on est mercredi et qu'à Londres la nuit est déjà tombée.

Sur les deux continents, les téléphones se raccrochèrent au même moment. Mais quand l'un repartait à ses affaires, l'autre s'interrogeait sur la pertinence de cette dernière phrase. Car dans l'emploi du temps mal réglé de la brunette, mercredi restait un jour qui ne brillait que par son caractère parfaitement ordinaire. Si on comptait pour banal la courte chronique radio qu'elle animait depuis quelques mois déjà. De par son patronyme et non sans l'aide de quelques contacts amusés à l'idée de rendre la vie de June ne serait-ce qu'un peu moins oisive, elle avait obtenu cette place sur ce récent et palpitant média. Émission élitiste certes, mais qui connaissait un certain succès. Ce qui venait ainsi combler son trop-plein de temps libre. Quoique l'écriture d'un article mensuel pour le jeune Vanity Fair -article consacré à la mode ou plus généralement aux dernières tendances- lui prenait au moins trois heures toutes les quatre semaines ! Ainsi, son nom était à présent associé à la vie culturelle de New-York. Si bien qu'elle était presque devenue l'une de ces personnes dont l'avis comptait.

Ses yeux emplis d'une certaine perplexité s'arrêtèrent alors sur la lourde pendule dont le tintement trop strict et régulier résonnait dans le hall. 16h. Ses paupières se soulevèrent considérablement sous l'effet de la surprise. Déjà 16h. Et dans moins d'une heure elle était supposée être devant le micro de ce studio radio dont la nouveauté n'égalait que l'engouement qu'il suscitait. 16h. Comment diable la journée avait-elle pu passer si vite ? A y réfléchir à deux fois, l'explication de ce temps qui filait résidait sans doute dans le fait qu'elle se soit levée alors que le soleil était déjà au zénith et qu'elle avait passé presque toute son après-midi à parler à un perroquet qui, du haut de son perchoir et de ses yeux semblables à des billes, paraissait s'être beaucoup moqué d'elle.
Ainsi en retard, June prit à peine le temps de s'observer dans un miroir afin de s'assurer que sa coiffure crantée tenait toujours, noua rapidement un élégant foulard autour de son cou jeta un petit chapeau emplumé sur sa tête et sorti à la hâte, sous le regard d'une femme de chambre qui ne s'étonnait plus des comportements inexplicables de son employeuse mais qui encore une fois ne saurait pas s'il lui faudrait l'attendre ce soir.

**********

Le lendemain, en fin de matinée.

Après la hâte due aux préparatifs de dernière minute et une nuit de sommeil trop courte, le souffle du vent sur sa figure avait un caractère vivifiant. Appuyée sur la rembarre du pont supérieur, une main posée sur son chapeau afin que celui-ci ne s'envole pas, June voyait se fondre New-York dans une masse brumeuse. Quelques mèches de cheveux bruns s'échappaient de sa coiffure pour venir voleter devant son visage dont le maquillage masquait les marques de fatigue. Le tissu de sa robe griffé Paquin claquait au gré du vent contre ses mollets et ses doigts jouaient avec les perles de son long sautoir.
Le parfum de l'idéale soirée de la veille s'estompait doucement au profit d'un air marin annonciateur d'un changement d'ambiance. La passionnante Amérique, dont on voyait encore l'image au loin, se soustrayait doucement à la belle mais vieille Europe.  Alors l'angoisse de l'ennui de la traversée se mêlait à l'impatience de débarquer et à l'envie de ne surtout pas s'éterniser.

La sensation de s'éloigner de la pure liberté que lui conférait cette ville lui donnait le vague à l'âme quand la perspective de passer quelques jours en famille la réconfortait un peu...
Pas d'abus, pas d’excès lorsqu'elle serait à Londres. Avancer au bras d'un paternel fier, s'extasier devant les œuvres d'une mère au centre des attentions, ne pas critiquer les tenues au manque d'audace, fumer en secret et bien se garder d'avaler plus de deux verres d'alcool en une journée. Tant de principes auxquels le simple fait de penser la faisait soupirer de désespoir.
Car bien que critique dont les recommandations étaient suivies à New-York, elle n'était en Europe qu'une « fille de »...

Une fois que rien n'était visible sinon l'horizon d'un bleuté mêlé de traces blanches, June regagna l'intérieur de cet immense bateau au décors élégant. Et ce fut au bras d'un jeune homme qui l'avait reconnue qu'elle entra dans le restaurant réservé aux passagers de première classe.



_________________

Don't forget to smile
“I guess we all have reasons to be happy.”


Dernière édition par June V. Wentworth le Sam 24 Aoû - 13:02, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 18:43

BIENVENUE parmi nous. bril Je ne connais pas Alicia Vikander, mais elle est adorable. my god Et merci pour les compliments sur le forum, ça fait chaud au cœur de lire de telles réactions. heart Bon courage pour ta fiche, et n'hésite pas si tu as des questions !

_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 19:04

BIENVENUUUUE SUR ATJ.
quel plaisir de voir de nouveaux visages pour les avatars!
June est un super choix de prénom aussi bril
bonne chance pour ta fiche, et si tu as des questions, n'hésite pas !
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 19:43

Bienvenue parmi nous bril 
Bonne continuation pour ta fiche ^^
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Fiordiligi / Elise
Missives : 132 Points : 27
Avatar : Alicia Vikander Crédit : (c) Saopflaws
Âge : 26 ans
Statut : Tristement célibataire. La femme qu'elle aimait étant morte et le fiancé paravent également...
Occupation : Papillon de nuit ; journaliste de mode à ses heures perdues ; chroniqueuse radio sur son temps trop libre
Gramophone : What I wouldn't do - A Fine Frenzy
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 19:46

Merci beaucoup à vous trois mimi 
Et Ev' (je JURE qu'un jour je retiendrai ton nom entier xD), ces compliments vous les méritez amplement !

C'est vrai qu'Alicia n'est pas encore très connue mais elle est tout de même super talentueuse et trop jolie bril

_________________

Don't forget to smile
“I guess we all have reasons to be happy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♔ strange bird
Pseudo + Prénom : loonywaltz - léa
Missives : 992 Points : 192
Avatar : ben barnes Crédit : loonywaltz
Âge : 25 yo
Statut : fiancé depuis toujours à l'amour de sa vie par la force du hasard
Occupation : propriétaire du palace theatre & du speakeasy please don't tell
Gramophone : pompei - bastille
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 19:50

Bienvenue sur ATJ ♥ Tu vas te plaire ici, parole de Gaby 8D 

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 19:55

Bienvenue chez les navets. greeny Je ne connais pas Alicia non plus, mais elle a l'air adorable effectivement. bril N'hésite pas si tu as besoin de quoi que ce soit !

_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 21:31

Bienvenuuue heart 
Alicia est trop adoraaable bril 
avatar
MY PAD, MY BODY, MY FAMILY, MY GIRLS.
Pseudo + Prénom : Solar
Missives : 247 Points : 57
Avatar : Clémence Poésy Crédit : avatar → Shiya, gif → tumblr
Âge : 27 yo
Statut : Célibataire
Occupation : Acheter une oeuvre pour un riche client, en faire une copie parfaite à l'aide de quelques pinceaux, et être payée pour une contrefaçon. Officiellement on appelle ça une acheteuse d'art, mais concrètement, on dit faussaire.
Gramophone : Bright Lights - 30'' to Mars
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 22:03

Welcome ! fucking 
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t605-miss-goldella-not-miserable
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Fiordiligi / Elise
Missives : 132 Points : 27
Avatar : Alicia Vikander Crédit : (c) Saopflaws
Âge : 26 ans
Statut : Tristement célibataire. La femme qu'elle aimait étant morte et le fiancé paravent également...
Occupation : Papillon de nuit ; journaliste de mode à ses heures perdues ; chroniqueuse radio sur son temps trop libre
Gramophone : What I wouldn't do - A Fine Frenzy
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Jeu 22 Aoû - 23:32

Groooou, que de glamouritude par ici : tous vos vavas sont à tomber hinhin 

Et merci pour l'accueil, ça fait super plaisir bril

_________________

Don't forget to smile
“I guess we all have reasons to be happy.”
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Sam 24 Aoû - 11:05

Bienvenue bril  bon courage pour ta fiche.
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Fiordiligi / Elise
Missives : 132 Points : 27
Avatar : Alicia Vikander Crédit : (c) Saopflaws
Âge : 26 ans
Statut : Tristement célibataire. La femme qu'elle aimait étant morte et le fiancé paravent également...
Occupation : Papillon de nuit ; journaliste de mode à ses heures perdues ; chroniqueuse radio sur son temps trop libre
Gramophone : What I wouldn't do - A Fine Frenzy
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Sam 24 Aoû - 12:03

Merci beaucoup, ô homme merveilleux bril 
Mon histoire se termine doucement, je devrais la poster dans pas trop longtemps (a)

_________________

Don't forget to smile
“I guess we all have reasons to be happy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Sam 24 Aoû - 15:15

Un personnage né à Edimbourg, déjà trop de perfection. my god  Je dois dire qu'une écossais amatrice d'opéra et flemmarde invétérée a déjà tout pour plaire. greeny  Tu as un style très agréable, tout est bien rédigé et on a un aperçu intéressant de la personnalité et de l'histoire de June sans que tu ne révèles tout d'elle pour autant. Elle possède plein de petites particularités qui la rende extrêmement attachante. J'ai hésité quant à ton groupe, je ne savais pas si elle avait plus sa place chez les Jazz ou les Music-Hall. Tu es partie sur le groupe Music Hall pour le côté papillon de nuit ?

_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Dim 25 Aoû - 0:55

Je vois que ta fiche est déjà terminée mais je viens te souhaiter la bienvenue quand même. culcul Ton personnage a l'air assez extravagant à la fois original et dans l'air du temps. *-*
*finit de lire l'histoire.* pervers 
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Fiordiligi / Elise
Missives : 132 Points : 27
Avatar : Alicia Vikander Crédit : (c) Saopflaws
Âge : 26 ans
Statut : Tristement célibataire. La femme qu'elle aimait étant morte et le fiancé paravent également...
Occupation : Papillon de nuit ; journaliste de mode à ses heures perdues ; chroniqueuse radio sur son temps trop libre
Gramophone : What I wouldn't do - A Fine Frenzy
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Lun 26 Aoû - 17:21

(Désolée de répondre seulement maintenant, internet m'a lachée et le dimanche on ne peut compter sur personne --')

En tout cas je suis contente que June plaise :bril:Pour le groupe, j'avoue que j'ai vraiment eu du mal à trancher (d'ailleurs j'ai pas vraiment réussi xD). Mais oui, j'étais partie sur music hall pour son côté fêtarde, mais si tu penses que jazz lui irait mieux, Maija, je me fierais à ton avis d'experte heart

_________________

Don't forget to smile
“I guess we all have reasons to be happy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Lun 26 Aoû - 18:23

Ce n'est rien. haha Allez je t'envoie chez les Music Hall. Tout ça reste assez subjectif de toute manière. Je te valide !
félicitations !
validation

Tu viens d'être validé(e), félicitations ! Mais il te reste des choses à faire ! En effet, n'oublie pas de remplir tous les champs de ton profil (ou du moins le maximum), ainsi que le gif. Il est impératif que tu recenses ton avatar dans le bottin prévu à cet effet dans ce sujet. De même, il te faudra ouvrir une fiche de liens et rps, pour ce faire, rendez-vous ici. Construire des liens entre ton personnage et ceux d'autres membres constitue une étape primordiale pour t'intégrer au forum. Si les codes ne sont pas ton fort, tu trouveras dans ce même sujet une fiche prête à être utilisée. Tu peux également obtenir un rang, trouver un logement, ou si ce n'est pas déjà fait une profession originale à ton personnage. Il est conseillé de surveiller régulièrement les annonces, de ce côté afin de suivre les intrigues et évènements en cours et de participer pleinement à la vie du forum. Tu fais d'ailleurs partie d'un groupe, pour en savoir plus c'est . N'hésite pas à faire un tour dans le flood ou à venir papoter avec nous sur la chatbox, on est là pour se faire plaisir avant tout ! Et n'oublie pas de rp, bien entendu. Allez, file donc danser le Charleston !



_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO secretary charming girl.
Missives : 712 Points : 52
Avatar : Phoebe Tonkin. Crédit : gentle heart + tumblr + silber sky.
Statut : Célibataire.
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   Lun 26 Aoû - 18:47

Bienvenue sur le forum, avec du retard (j'étais en vacances. arrow)
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t103-sue-la-vie-de-facon-hitchcockienne#728
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June   

 

Qui n'a jamais osé n'a jamais vécu || June

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All That Jazz :: 
CHARACTERS MANAGEMENT
 :: presentations :: validated
-