Partagez | .
 

 Minuit chez Alyson (Alyson Kesington)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Minuit chez Alyson (Alyson Kesington)   Jeu 22 Aoû - 14:24

Alyson Kesington & Clifford Coleman
Minuit chez Alyson


Bienvenue dans le merveilleux sujet de Alyson Kesington qui va avoir l'honneur d'avoir comme partenaire Clifford Coleman. Pour leur sujet, ils interdisent l'intervention d'un PNJ inoffensif qui pimenterait le rp et ils interdisent l'intervention de membres extérieurs qui passeraient par là. Ne sont-ce pas là des choix merveilleux ? L’histoire se déroule le 22 aout dans la soirée alors que la météo est calme. À présent, il est temps de laisser la parole au créateur du sujet : Première rencontre au cour d'une réception entre deux fiancés qui ne se sont encore jamais croisé..




Dernière édition par Clifford Coleman le Jeu 22 Aoû - 14:33, édité 2 fois
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Minuit chez Alyson (Alyson Kesington)   Jeu 22 Aoû - 14:25

Les cigares étaient des havanes, et leur arôme rappelèrent à Coleman ceux que fumait son père il y a une éternité. Les paroles encourageantes d’Andrew le précepteur de Miss Kesington : sourires, hochements de tête et petits gloussements.

Celui qui veillait aux intérêts de sa fiancée arpentait la pièce derrière son bureau en brandissant son havane. Derrière la grande baie vitrée, Central Park dans toute son envergure.

« …et je me suis laissé dire que la demoiselle était particulièrement curieuse de vous rencontrer. Cela fait déjà des années que la famille Kesington a associé sa destinée à la vôtre, vu que vous êtes à la fois actionnaire des studios de cinéma de la RKO, et également membre de la société de production Variety Pictures. Il y a une réception ce soir à son hôtel particulier. Elle y sera, je lui ais dis que vous pourriez y passer dans la soirée. Il serait temps que vous fassiez enfin sa connaissance mon cher Clifford. »

Alors que Coleman se levait, le précepteur de la jeune femme s’empressait d’attraper une poignée de cigare dans une boîte en érable. Il fondit sur lui comme un pilier de rugby pour lui serrer la main avec effusion et lui fourrer des havanes dans toutes ses poches disponibles, avant de le raccompagner jusqu’à la porte avec force grandes tapes dans le dos.