Partagez | .
 

 Clifford Coleman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 15:29

Clifford « Cliff » Coleman (alias « CC »)
Il était écrit que j’avais le droit d’être loyal au cauchemar de mon choix (Joseph Conrad)

NOM : Clifford Coleman.
DATE DE LIEU DE NAISSANCE : 10 février 1886 à Memphis Tennessee.
ÂGE : 38 ans.
EMPLOI OU OCCUPATIONS : Cinéaste : réalisateur, scénariste et metteur en scène.
SITUATION FAMILIALE : Célibataire.
SITUATION AMOUREUSE : Le cinéma est sa seule passion, pourquoi s’encombrer d’une femme ?
GROUPE : Music-Hall.
I. introduction

Je lui dis :

« Vous me rappelez quelqu’un. »

Elle me demande :

« Parlez-moi d’elle. »

« Je ne lui ai jamais adressé la parole. »

« Pourquoi ? »

« Je n’osais pas. »

« Pourquoi ? »

« J’étais enfant. J’avais honte des pensées qu’elle m’inspirait. »

« Comment était-elle ? »

« C’était une personne remarquable. »

« Comment le savez-vous si vous ne lui avez jamais parlé ? »

« Je passais beaucoup de temps à l’observer. »

« Vous faisiez ça souvent quand vous étiez enfant ? »

« Oui. »

« Et vous le faîtes encore ? »

« Oui. »

« Comment s’appelait cette fille ? »

« Je ne sais pas, je l’avais prénommé déesse. »

II. Clifford

Seulement passionné par ses propres travaux d’auteurs. Pseudo érudit autodidacte qui passe son temps à faire des citations douteuses de Sun Tzu, Machiavel et Mahomet. Grand amateur de cigare. Insomniaque et caractériel irrécupérable. Dynamique, énergique et acharné. A une très haute idée des arts du divertissement. Ambitieux, monomaniaque et lunatique. Enthousiaste éloquent pour les uns, gros baratineur prétentieux pour les autres. Grand amateur de boxe et supporter insupportable pendant les combats. Adore donner l’impression qu’il est âpre en affaire en croyant impressionner les autres. Facilement jaloux des autres réalisateurs. Capable des pires préjugés sexistes et sociaux en société mais bizarrement fait preuve d’une grande tolérance et d’une attitude progressiste envers son équipe dès qu’il s’agit de tourner un film. Son hobby secret : collectionner les sales bestioles uniques en Amérique du nord. Victime bien malgré lui de quantités de surnoms stupides. Son entourage le désigne par « CC » ses initiales ou par « Cliff » ce qu’il ne supporte pas. La presse et l’industrie du cinéma l’appellent « Le glouton ». Ses rivaux réalisateurs le désignent comme « le Feu Follet Fou ». Mythomane dès qu’il s’agit de raconter son passé : il n’arrête pas de faire le récit édifiant de ses voyages de jeunesses en orient alors qu’il n’a jamais foutus un pied en dehors des USA.
Ladies ans gentlemen, nous avons aujourd'hui le plaisir d'accueillir Clifford Coleman ! Bonjour et bienvenue sur la radio AT&T's. Nous avons préparé quelques questions pour vous. Premièrement, tout le monde aimerait savoir ce que vous pensez des bars clandestins et du jazz, ne vous inquiétez pas, ça ne sortira pas d'ici !
« Bah après tout pourquoi pas ? Il faut bien des lieux de débauche et de démence pour que la plèbe vienne donner libre cours à ses instincts les plus bas. »
Oh, je vois... Ainsi, votre avis concernant la Prohibition...
« Le gangstérisme et la criminalité sont certes indécent pour les bonnes mœurs, mais après tout la prostitution est un métier comme un autre.  »
Oh ! Dans ce cas, buvez-vous de l'alcool ?
« Bien sûr, qui n’en boit pas en cette époque de fin de civilisation ? Il faut bien mourir de quelque chose et je préfère encore que ce soit une cirrhose du foie que la blennorragie ou la syphilis. (Quoique, c’est quand même plus agréable de mourir d’une orgie lors de son 100éme anniversaire.)  »
Personne ne vous juge, ne vous inquiétez pas. Et, dites-nous, New York, en un mot, c'est quoi pour vous ?
« L’envoutante Babylone humaine de toute les démesures et les excès. La divine cité nocturne labyrinthique d’un monde nouveau au bord de la frénésie démentiel. Comment ça c’est pompeux et prétentieux ce que je dis ? Justement, c’est l’effet recherché. »
Comme je vous comprends ! Pourriez-vous donc nous donner votre point de vue sur l'époque que nous vivons ?
« Le 20éme siècle sera celui de tous les excès, les hommes ont abandonnés toute pudeur envers le sexe faible, comme s’ils se frappaient la poitrine devant elles tel des gorilles lassés du célibat.»
Et bien, je vous remercie pour cette interview plus que constructive, et vous souhaite un excellent moment à New York !
derrière l'écran

PSEUDO ET/OU PRÉNOM : Doudou.
ÂGE : 25 ans.
DÉCOUVERTE DU FORUM ET AVIS SUR CELUI-CI : Flora votre âme damné m’a trainé de force ici pour venir hanter les sordides rues de All That Jazz.
PRÉSENCE : les nuits de pleine lune.
CONNAISSANCE ET AVIS SUR LES 1920's : Les mêmes connaissances qu’un inculte, j’ai toujours cru qu’Ellis Island est une île tropicale du Mozambique, que le jazz est une musique country qui rythme les ébats grotesques des bouseux de l’Oklahoma en plein accouplement et que la prohibition est un mot du dictionnaire désignant la saison des amours chez le sexe faible..
TA CHANSON FAVORITE : La pèche à la moule.
AVATAR : Le bonheur de ces dames, le tombeur du Titanic, le boooooo-gosse d’aviator : Leonardo Dicaprio, un beau, un dur, un vrai, un cador, une légende urbaine, the real deal. Vous avez le droit de me regarder, mais pas de me toucher, faut payer pour ça.
CODE DU RÈGLEMENT : OK par Eve.
PERSONNAGE INVENTÉ, SCÉNARIO : inventé.
UN DERNIER MOT : Si vous êtes effaré par le sinistre individu que je suis et que vous êtes furieusement habités par la pensée grisante que vous avez le pouvoir de me bannir d’un simple clic droit de votre souris, pensez que c’est Flora qui a osé m’amenez ici ! (Non mais qu’elle garce quand même !).




Dernière édition par Clifford Coleman le Dim 18 Aoû - 17:36, édité 2 fois
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 15:29

histoire
« Ce que je pense de New York ? A vrai dire, ça fait longtemps que j’ai arrêté de penser tout court » (Clifford Coleman, car c’était lui)


histoire ou test rp

Le père de Clifford, c’était Daddy Coleman, activiste parvenu et propagandiste du Ku Klux Klan au Tennessee. Daddy Coleman s’était enrichi en vendant des klanneries ktischissimes pendant le premier âge d’or du Klan dans les années 1870. Daddy avait engendré son fils Clifford hors des liens du mariage et renvoyé sa trainée de mère dans le Kentucky. Le p’tit Cliff avait grandi dans les kamps du Klan. Daddy haïssait les juifs, les papistes et les nègres mais il comprenait bien que le Klan était une mascarade et il a toujours dis à son fils de ne pas prendre ça au sérieux.

Daddy se hissa jusqu’au grade d’Auguste Cyclope. Daddy vendait des robes du Klan kustomisées, divers akkoutrements et autres défrokes, et même de la haute kouture pour la race kanine. Daddy s’enrichit encore plus porté par le boom du Klan dans les années 1890. Ce qui le fit chuter, ce fut une histoire de viol dégénérant en suicide. Le grand dragon qui lui servait de mentor agressa une jeune femme dans un train. Elle mit fin à ses jours en absorbant du mercure. L’histoire fit couler beaucoup d’encre. Une censure féroce entraina la disgrâce du Klan dans l’opinion publique. Les politiciens soutenus par le Klan furent évincés en masse. Daddy chercha de nouvelles perspectives et investit massivement en bourse. Sa fortune s’accrut régulièrement et il décida qu’il était temps de larguer sa grande maison de Memphis pour une encore plus grande dans la station balnéaire d’Atlantic City complétement tombé en désuétude. Daddy avait toujours rêvé de l’océan Atlantique.

Daddy lâcha la rampe en 1909, emporté par une cirrhose du foie. Le p’tit Cliff hérita de sa fortune. A l’abri du besoin pour le reste de sa vie. Le p’tit Cliff avait une passion, il aimait les histoires, il se rêvait grand narrateur, il se rêvait charmeur de serpent face à un public avide de spectacle. Le p’tit Cliff revendit la grande maison d’Atlantic City et dit adieu au New Jersey puis bonjour à New York la grande cité des excès. Bien qu’il n’était pas aussi fameux que les studios de Burbank en Californie, le cinéma avait quand même sa place dans la grosse pomme et la RKO ainsi que Variety Pictures y tournaient quelques longs métrages. Coleman avait de l’argent à perdre, il devint cinéaste et s’aventura dans le film muet. « CC » l’excentrique, « CC » l’emmerdeur, « CC » l’acharné. Les producteurs virent qu’ils avaient affaire à un pseudo Cecil D BMile au rabais. Mais puisqu’il finançait lui-même ses pitreries devant caméras et qu’elles étaient assez enthousiastes pour attirer le public dans les salles de spectacles qui diffusaient des films, alors pourquoi pas ?


Brooklynn, 1924

Le grand terrain vague derrière Brownsville.

Coleman hurla :

« Caméra ! On tourne ! »

Le couple devant la caméra se disputa sur le plateau en carton pâtes qui avait été installé pour pas cher. Un traditionnel vaudeville, dès qu’on flattait les instincts du public avec ça, il n’y avait plus de limites. Coleman ajusta son nœud de cravate avec un 6 brodé dessus (Il avait tourné 6 films muets) et saisit son mégaphone tout en cherchant du regard où son metteur en scène était bien passé. Il avait eu cet abruti pour pas cher et il le regrettait. Cet abruti était pas foutus de diriger une danse de groupe sur scène. Il hurla ses instructions dans le mégaphone alors que son cameraman qui n’en pouvait plus tenta de se boucher les oreilles. Lui au moins il avait un endroit où crécher, au contraire de la plupart des désœuvrés de Brooklyn que Coleman avait engagé. Comme souvent, il avait engagé son équipe au marché d’esclave de Long Island, rue de la débine. Ils dormaient sur le plateau, on aurait cru une jungle de routard sur le retour.

« COUPEZ ! Scène suivante !!! »

Plan de coupe, un extras sautillant vêtu d’un masque de démon. Il était censé représenter le mauvais génie qui persuadait la femme de tromper son époux. Hop-Hop sur scène et une bouteille de gnôle bon marché qui giclait de la poche arrière de son pantalon. Clifford hurla en gesticulant:

« COUPEZ !!! Je vous ai déjà dit à tous de laisser vos flasques avec vos couvertures dans vos sacs de couchages ! Et souvenez-vous de mes ordres, pas d’alcool avant la pause déjeuner ! Les agents de police ont tendance à passer devant le plateau le matin. »

Hop-Hop, le gugusse qui se faufile en catimini derrière le décor. Pendant ce temps l’acteur faisant le mari pelote en douce le cul de l’actrice jouant sa femme et s’en prend une dans la tête bien sentit en retour. Coleman s’époumona :

« Pause de 5 minutes ! On ne picole pas derrière le plateau ! »

Un scénariste de théâtre qui vient s’insinuer en douce près de la caméra.

« Tu veux encore me vendre un de tes textes ? »

« Les gens n’arrêtent pas de me demander ça. »

« C’est une conclusion incontournable pour le connaisseur avertit. Comme dirait Sun Tzu dans l’art de la guerre, si le réalisateur de film fuit les sollicitations, il faut le poursuivre. »

« Quoi ? »

« Laisse tomber. »

C’était bientôt l’heure de la pause déjeuner et ce matin, Coleman était passé à la boulangerie de Norton sur Brooklyn pour se procurer le pain rassis d’une semaine pour les sandwichs. Il nourrissait son équipe de pain rassis, de beignets rassis et de cette viande qu’il achetait en douce sous le comptoir à l’abattoir de Vernon dans le Queens. Un de ses machinistes avait cessé de manger sur le plateau après avoir vu de la fourrure dans son bologne au fromage.

Rires et discussions des acteurs principaux autours du script. D’un pas de mambo, Coleman vint les rejoindre. La blonde qui jouait l’épouse volage et un vieux Dracula d’occase observaient la description de la scène à jouer. Dracula avec ses crocs à la bouche et sa cape, était en réalité Elston Majeska. Une sorte de vedette de théâtre en Europe venus jouer dans le muet en Amérique. Le vieux Elston appréciait le p’tit Cliff. Il fallait le voir dire son texte avec son accent hongrois (sans importance vu que le film était muet), se bâfrer de sucre et engloutir ces vieux beignets rassis.

Papi venait de s’éplucher une banane, les guibolles vacillantes. L’actrice et Coleman le rattrapèrent par sa cape pour ne pas qu’il tombe. Le cameraman était d’ailleurs en pamoisson devant la sublime et ses formes. On en mangerait, rien n’y manquait ! Elle revint sur le plateau d’un pas de mambo, imitant Clifford Coleman au plus fort de son style. Les poivrots qui constituaient l’équipe technique du tournage, l’acclamèrent. Coleman songea qu’il aimait bien les grandes minces et blonde miel. Toute en jambe, toute en poitrine.
Dans le scenario, le démon tentait de pervertir l’épouse pour qu’elle tombe sous le charme du vieux vampire qui voulait lui sucer le sang. Son mari parvenait à la fin à enfoncer un pieu dans le cœur de papi. Coleman rattrapa son mégaphone :

« PAUSE FINIS !!! Tout le monde en place ! »

Le couple revint, les minutes suivantes, la caméra n’en perdit pas une miette. Les deux têtes se raprochent, enlacement, baiser.

« COUPEZ !!! ELLE EST PITOYABLE ! On la recommence. »

En fait elle était bien, Coleman voulait juste se rincer l’œil en la voyant embrasser à nouveau à pleine bouche son mari factice.

Ils recommencèrent, un poivrot fit : BOOOO !! L’actrice l’envoya paître. Coleman fit une nouvelle pause et se dirigea vers sa caravane de réalisateur. Une fois à l’intérieur, quelqu’un frappa.

« Je ne distribue pas la gnôle salaire avant 18h ! Alors déguerpissez ! Comme dirait Mahomet dans le saint-Coran, Suban Allah Rabbiya Al Dim bande d’alcoolique. C’est la dernière fois que je vous engage pour l’un de mes films bande de traine-savate. C’est un plateau de cinéma ici, pas la mission de Jésus le sauveur. »

La porte s’ouvrit quand même et un producteur de la RKO entra. Coleman tata son pouls, 180 au bas mot.

« Pardon ! Je suis confus ! Prenez donc un beignet Allistair et dîtes moi tout ! »

Il attrapa un pain aux raisins, le gouta et le remit : rassis. Coleman complétement hilare ajouta :

« Oui refusez ma nourriture, mais je doute que vous allez refuser les 50% du film que je finance ! »

« Oui c’est d’ailleurs la seule raison pour laquelle le grand patron vous laisse le tourner. »

Coleman se vautra dans son fauteuil. Le producteur observa les murs de la caravane. Des photos de l’actrice en pause sexy sur les 4 murs.

« Encore une que vous voulez épouser ? »

« Ne parlez pas comme ça de ma muse ! Mes pensées envers elle sont avant tout artistiques ! »

« Mais bien sûr Cliff. »

« Ah non ! C’est Clifford ! Arrêtez de m’appeler comme ça ! »

« Je venais juste voir ou en était le tournage. Je vais y aller. »

« N’oubliez pas de prendre un de mes petit pain pour la route. »




Dernière édition par Clifford Coleman le Dim 18 Aoû - 17:37, édité 2 fois
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 15:30

PREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEM'S !
BIENVENUE DOUDOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU !!


mets un bel avatar ! :p

si tu as besoin n'hésite pas!
avatar
MODO secretary charming girl.
Missives : 712 Points : 52
Avatar : Phoebe Tonkin. Crédit : gentle heart + tumblr + silber sky.
Statut : Célibataire.
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 15:32

Dicaprio. heart
Bienvenue sur ATJ et bon courage pour terminer ta présentation. bril
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t103-sue-la-vie-de-facon-hitchcockienne#728
avatar
FONDA moonage daydream.
Pseudo + Prénom : ziggy stardust. / @girlcalledmercy / Clémence.
Missives : 2339 Points : 321
Avatar : kaya scodelario. Crédit : mad shout. + tumblr.
Âge : vingt-deux ans.
Statut : fiancée contre son gré à l'élu de son cœur, Gabriel, selon un arrangement conçu entre leurs pères respectifs quinze ans plus tôt.
Occupation : pianiste, violoniste, compositrice, rentière, apprend à gérer l'entreprise paternelle.
Gramophone : quicksand - david bowie.
Doubles-comptes : eponine m.-n. o'hare.
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 15:33

C'est donc le fameux Doudou. héhéh BIENVENUE parmi nous ! J'aime ton humour cynique, on va bien s'entendre. Et puis (je me devais de le dire) Leo. my god Si possible un Leo pré-Gatsby, pré-empâtement. rmgreen Bon courage pour la fin de ta fiche, et n'hésite pas si tu as des questions !

_________________

PRÉSENCE TRÈS RÉDUITE. and who are you, the proud lord said, that i must bow so low ? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.
Voir le profil de l'utilisateur http://allthatjazz.forumactif.org/t75-eve-you-drive-like-a-demon-from-station-to-station
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 15:35

Ne lui dis pas trop que son humour est bon. sa tête ne passera plus les portes du forum.
rmgreen 
avatar
AND ALL THAT JAZZ
Pseudo + Prénom : Pondy* + Pauline
Missives : 204 Points : 26
Avatar : AntoniaThomas Crédit : Applestorm
Âge : vingt-quatre ans.
Occupation : Bonne + Chanteuse dans un bar clandestin.
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 15:37

Bienvenuuuue :3

_________________
 ABBY WILSON
My soul is painted like the wings of butterflies,
Fairy tales of yesterday, will grow but never die,
I can fly, my friends!
© ZIGGY STARDUST.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 15:42

Bienvenue Doudouu. youhou Toi t'étais fiché avant même d'arriver. (a) Je sens que cette fiche va me plaire. Trouve-nous un bel avatar pour que nous puissions admirer tout le charme de Leo. rmgreen Bon courage pour la fin et n'hésite pas si tu as besoin de quoi que ce soit !

_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind


Dernière édition par S. Maija Pavlov le Dim 18 Aoû - 15:44, édité 3 fois
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♔ strange bird
Pseudo + Prénom : loonywaltz - léa
Missives : 992 Points : 192
Avatar : ben barnes Crédit : loonywaltz
Âge : 25 yo
Statut : fiancé depuis toujours à l'amour de sa vie par la force du hasard
Occupation : propriétaire du palace theatre & du speakeasy please don't tell
Gramophone : pompei - bastille
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 15:42

Bienvenue sur All That Jazz boo 
(non, je ne dirais rien de plus, la flemme rmgreen )

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 18:12

Bon alors ta fiche me convient parfaitement, ton personnage est tout à fait crédible historiquement et s'intègre très bien au contexte du forum. Tu devrais pouvoir en plus te trouver de nombreux liens grâce au monde du cinéma. Au passage il y en a un dans le Palace (de cinéma), n'hésite pas à jeter un coup d'oeil. Le style de ta fiche reflète bien le personnage, rien à redire là-dessus j'adhère. Donc je vais pouvoir te laisser aller gambader dans les rues de New York, malgré que tu sois un dangereux psychopathe. Bienvenue chez les Music Hall Doudou. héhé

_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FONDA ⚡ you ain't seen nothing yet.
Pseudo + Prénom : fleurpageons - Sarah
Missives : 1711 Points : 179
Avatar : Jessica Stam. Crédit : morphine & giulia.
Âge : 22 ans.
Statut : célibataire, enfin il parait.
Occupation : costumière & danseuse dans de petits cabarets le soir venu.
Gramophone : your heart is as black as night - melody gardot.
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 18:13

félicitations !
validation

Tu viens d'être validé(e), félicitations ! Mais il te reste des choses à faire ! En effet, n'oublie pas de remplir tous les champs de ton profil (ou du moins le maximum), ainsi que le gif. Il est impératif que tu recenses ton avatar dans le bottin prévu à cet effet dans ce sujet. De même, il te faudra ouvrir une fiche de liens et rps, pour ce faire, rendez-vous ici. Construire des liens entre ton personnage et ceux d'autres membres constitue une étape primordiale pour t'intégrer au forum. Si les codes ne sont pas ton fort, tu trouveras dans ce même sujet une fiche prête à être utilisée. Tu peux également obtenir un rang, trouver un logement, ou si ce n'est pas déjà fait une profession originale à ton personnage. Il est conseillé de surveiller régulièrement les annonces, de ce côté afin de suivre les intrigues et évènements en cours et de participer pleinement à la vie du forum. Tu fais d'ailleurs partie d'un groupe, pour en savoir plus c'est . N'hésite pas à faire un tour dans le flood ou à venir papoter avec nous sur la chatbox, on est là pour se faire plaisir avant tout ! Et n'oublie pas de rp, bien entendu. Allez, file donc danser le Charleston !



_________________
if I let you hang around, I'm bound to lose my mind
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   Dim 18 Aoû - 18:14

pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom 

Champommy pour tout le monde c'est ma tournée!!!!

Eh oui l'alcool est interdit, allez savoir pourquoi.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Clifford Coleman   

 

Clifford Coleman

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All That Jazz :: 
CHARACTERS MANAGEMENT
 :: presentations :: abandoned
-